ALGERIE

 

 

Algérie : persécutions antireligieuses 

 

■ LلÉglise dلAlgérie, limitée dans ses activités par la loi algérienne de 2006, souffre comme dans beaucoup 

de pays musulmans dلune persécution insidieuse. 

 

Et la pression monte. 

 

Sur 33 millions d'habitants, les chrétiens d'Algérie représentent quelques 11.000 personnes, en majorité 

catholiques. Mais cette petite communauté nلa pas la vie facile. 

 

Tout récemment, l'ancien président de l'église protestante d'Algérie, Hugh Jonhson, de nationalité américaine, 

à la retraite depuis 2006, s'est vu notifier par la police algérienne l'obligation de quitter le territoire. Son titre 

de séjour, venu à échéance en mai 2007, nلa pas été renouvelé. Les autorités lui ont accordé depuis des 

prorogations de trois mois, dont la dernière expire en mai. 

 

À la suite de lلannonce de cette expulsion, les évêques d'Algérie (Mgr Henri Tessier, archevêque d'Alger, 

Gabriel Piroird, évêque de Constantine, Alphonse Georger, évêque d'Oran et Claude Rault, évêque de 

Laghouat) ont entrepris une démarche auprès du ministre des Affaires religieuses, Bouabdallah Ghlamallah 

pour réclamer l'annulation de la décision. 

Dans une lettre rendu publique, ils ont exprimé 

« l'inquiétude de la communauté catholique » face aux « obstacles » et aux « difficultés » auxquels se heurtent 

les chrétiens en Algérie. 

 

Les évêques constatent que de plus en plus fréquemment, des visas dلentrée en Algérie sont refusés à des 

membres de congrégations religieuses. Ils se plaignent quلun prêtre catholique français d'Oran, le père Pierre 

Wallez, ait été condamné à un an de prison avec sursis pour avoir « animé un culte » auprès de migrants 

clandestins camerounais. Une action assimilée par les autorités algérienne à du prosélytisme, interdit par la 

loi. Une fois de plus lلattitude du gouvernement algérien pose le problème de la réciprocité et du respect 

mutuel. T.B. 

 

ق Algérie:des imams envoyés en France 

L'Algérie va envoyer dimanche en France 29 imams et deux femmes prédicatrices ("mourchidate") pour 

encadrer des mosquées en application d'un accord entre le ministère algérien des Affaires religieuses et 

l'Association de la mosquée de Paris, a annoncé samedi l'agence de presse APS. Ces ministres du culte ont été 

désignés pour une durée de quatre ans, selon cette source. 

Le ministre des Affaires religieuses Bouabdallah Ghlamallah a appelé les imams et les mourchidate à la veille 

de leur départ à oeuvrer pour "la diffusion des valeurs de tolérance, de magnanimité et d'altruisme".  

Il a également a appelé "à se rapprocher des enfants des immigrés pour leur inculquer le sens de la citoyenneté 

et de la loyauté envers la patrie" et demandé aux imams "de respecter les lois de l'Etat hôte. 

 

"Vous êtes chargés de prêcher et non de mener une guerre, d'où la nécessité de faire montre d'une conduite 

exemplaire, de dialoguer de la meilleure manière avec l'autre, notamment les non-musulmans, et de  veiller à 

mettre en valeur la véritable image de l'islam", a-t-il dit. 

 

Source : AFP 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau