PIE XII ET LA CITE

PIE  XII  et  la  CITE  

 

PIE XII ET  LA CITE 

 

Extraits du livre de Joël Benoit d?Onorio : PIE XII et la Cité Editions TEQUI. 

 

A la mort de Pie XII, en 1958, Madame GOLDA MEIR, alors ministre des affaires étrangères d?Israël, 

 

déclara à l?ONU : 

 

« Nous pleurons un grand serviteur de la paix (...), il a maintenu l?idéal de la paix et de la charité. Pendant les 

10 années de la terreur nazie, quand notre peuple a souffert un martyre effroyable, la voix du pape s?est 

élevée pour condamner les bourreaux et pour exprimer sa compassion envers les victimes. » 

 

Le grand rabbin de Rome, Mr Elio Taff lui rendit témoignage en disant que les Juifs 

« se souviendront toujours de ce que l?Eglise catholique a fait pour eux sur l?ordre du pape au moment des 

persécutions raciales. Quand la guerre mondiale faisait rage, Pie XII s?est prononcé souvent pour condamner 

la fausse théorie des races.» 

 

( cf. .La Documentation Catholique N° 1289 du 26 X 1958, col. 1396.) 

 

Le grand rabbin Safran, de Roumanie, assura que « grâce à ses instructions, les 400 000 Juifs de Roumanie 

furent sauvés de la déportation.» 

 

( D.C. N° 1430 du 16-08-1964, col. 1024 ) 

 

Sur la collaboration du Saint Siège avec les organisations internationales israélites pour la sauvegarde des 

 

Juifs de Roumanie, lire : 

 

Ion Dumitriu Snagov : « La Romania nella diplomazia vaticana 1939-1944.» Editions Pontificia Università 

Gregoria Roma 1987. ) 

 

En avril 1945, le congrès des communautés israélites d?Italie adressa à Pie XII un message de gratitude pour 

son action protectrice. 

 

En 1946, soixante-dix Juifs rescapés des camps de déportation se rendirent à Rome, animés des mêmes 

sentiments. 

 

En 1955, c?est un orchestre de quatre-vingt-quatorze musiciens juifs originaires de quatorze pays qui vint au 

Vatican donner un concert en « remerciement pour l?oeuvre humanitaire grandiose accomplie par Sa Sainteté pour sauver un grand nombre 

de Juifs pendant la deuxième Guerre mondiale. ». 

 

Le palais de l?actuelle nonciature à Rome près la République italienne est un don du sénateur Lévi à Pie XII 

en remerciement pour tout ce que le pape avait fait pour les Juifs, hébergés, comme partout en Europe, dans 

des monastères, des séminaires, jusque dans le palais de Castel Gandolfo, voire enrôlés dans la garde suisse du 

Vatican. 

 

En pleine polémique sur la pièce : LE VICAIRE, - dont il est significatif de souligner que la 

représentation fut interdite en Israël ! - 

 

M. Pinhas Lapide, Consul général d?Israël à Milan sous le pontificat de PIE XII, affirma que : 

 

« Le pape personnellement, le Saint Siège, les nonces et toute l?Eglise catholique ont sauvé de 150 000 à 400 

000 Juifs d?une mort certaine. (...) Je comprends très mal que l?on s?en prenne maintenant à PIE XII, alors 

que pendant de nombreuses années, on s?est plu en Israël, à lui rendre hommage. Au lendemain de la 

libération de Rome, j?ai appartenu à une délégation de soldats de la brigade palestinienne qui a été reçue par 

le pape et qui lui a transmis la gratitude de l?Agence Juive, qui était l?organisme dirigeant du Mouvement 

sioniste mondial, pour ce qu?il avait fait en faveur des Juifs.» (Le Monde, 3 Janvier 1964.) 

 

« Le grand rabbin de Rome, Israël Zolli et sa femme, convertis au catholicisme en 1945, choisirent comme 

nom de baptême ceux d?Eugenio et Eugenia, en souvenir du pape Eugenio Pacelli (PIE XII)qu?ils avaient 

sollicité en septembre 1943, pour l?obtention de quinze kilos d?or manquants, sur les cinquante réclamés par 

les nazis pour la rançon de trois cents otages israélites menaçés du pire. ( En fait, le Saint Siège n?eut pas à 

donner les 15 Kg d?or , malgré l?ordre pontifical de réunir immédiatement le métal précieux puisque, entre 

temps, le grand rabbin informa le Pape que la communauté juive était parvenue à trouver elle-même le 

nécessaire. )... 

 

Quant au savant Einstein, il reconnut publiquement : 

 

« L?Eglise Catholique a été la seule à élever la voix contre l?assaut mené par Hitler contre la liberté. Jusqu?à 

cette époque, l?Eglise n?avait jamais retenu mon attention, mais aujourd?hui j?exprime ma grande 

admiration et mon profond attachement envers cette Eglise qui, seule, a eu le courage de lutter pour les 

libertés morales et spirituelles.» 

 

Les accusations colportées contre la mémoire de Pie XII n?ont jamais relevé que de la diffamation historique. 

On n?écrit pas l?histoire avec des légendes. 

 

Lire l?encyclique : Mit brennender Sorge. La rédaction a été largement inspirée par le Cardinal Pacelli, 

devenu PIE XII. 

 

L?encyclique a été rééditée par : 

E S J A - 18260 VILLEGENON 

 

Lire la première encyclique de Pie XII : Summi Pontificatus ( 20 octobre 1939) 

 

Dans sa première encyclique : Summi Pontificatus (20 octobre 1939), Pie XII condamne solennellement les 

bases mêmes de la doctrine nazie : la divinisation de l?Etat et le totalitarisme idéologique, le culte de la 

violence et de la force, la négation des règles du droit naturel comme des droits de chaque peuple et, par 

dessus tout, le mépris de l?unité du genre  humain par le racisme et l?antisémitisme stigmatisés en termes non 

équivoques : « La première de ces pernicieuses erreurs, aujourd?hui largement répandue, est l?oubli de cette 

loi de solidarité humaine et de charité, dictée et imposée aussi bien par la communauté d?origine et par 

l?égalité de nature raisonnable chez tous les hommes, à quelque peuple qu?ils appartiennent, que par le 

sacrifice de rédemption offert par Jésus-Christ. » 

 

http://www.pie12.com/ 

Ajouter un commentaire