BAPHOMET

 

MUSULMANS ET TEMPLIERS

BAPHOMET

 

Bahomet et f m

Dans son livre Les Mystères de la Franc-maçonnerie, p. 773, cité par Mgr Léon Meurin, La Franc-maçonnerie, Editions Delacroix p. 160-175, Léo Taxil fait remonter la démoralisation des Templiers à leurs rapports avec les musulmans, et notamment avec les Ismaéliens qui formaient une société secrète mahométane, professant le manichéisme dans ses mystères. Ils rendaient un culte caché à une idole nommée BAPHOMET, « image satanique du naturalisme » et faisant revivre les turpitudes des manichéens. Le mot Baphomet vient du grec Baphé, immersion et métis, sagesse. Il signifie donc Baptême de la Sagesse.

Pour Epiphanus, p. 118, ce mot doit être lu à l’envers et il se compose de trois abréviations :

[« Tem – Ohp – Ab » qui signifient : Templi omnium hominum pacis abbas = le père [abbas] du temple de la paix universelle entre les hommes. »

                En fait : Ab = Abbas (à l’envers BA) ; Ohp = omnium hominum pacis (à l’envers PHO) ; Tem = Templi (à l’envers MET). ]

                M. de Hammer a découvert une douzaine de ces Têtes de Baphomet, comme on les nommait, et a déchiffré les inscriptions arabes, grecques ou latines qu’elles portent, ainsi que les symboles dont elles sont chargées. La métis, Sagesse, est représentée sur ces idoles, conformément aux idées des Gnostiques, et particulièrement à celles des Ophites, sous une figure humaine réunissant les attributs des deux sexes. Elle est accompagnée de la fameuse et immonde lettre Tau (le phallus que les Egyptiens appelaient La Clef de la Vie et du Nil), du serpent, de la représentation du baptême du Feu, et en outre des symboles maçonniques, tels que le soleil, la lune, l’étoile flamboyante, le tablier, la chaîne des éons, la loupe dentelée des francs-maçons, le chandelier à sept branches…Ces symboles, ces hiéroglyphes, ces inscriptions se retrouvent sur les châteaux, les églises et les tombeaux des Templiers.

« On a fait un crime aux Chevaliers du Temple, explique l’Orateur au récipiendaire du 29° degré, grade du Grand Ecossais de Saint-André d’Ecosse, d’avoir honoré ce symbole dans leurs réunions mystérieuses. Quel mal y a-t-il donc à cela ? » Eh bien, demandons-le à Eliphas Levi, alias Frère Constant dans son Dogme et Rituel de la Haute Magie :

« Disons hardiment et hautement que tous les initiés aux sciences occultes ont adoré, adorent encore et adorent toujours ce qui est signifié par ce symbole. Oui, les grands Maîtres de l’Ordre des Templiers adoraient le Baphomet et le faisaient adorer à leurs initiés ; oui, il a existé et il peut exister encore des assemblées présidées par cette figure, assise sur un trône avec sa torche ardente entre les cornes. Seulement, les adorateurs de ce signe ne pensent pas, comme nous, que ce soit la représentation du diable, mais bien celle du dieu Pan, (le Grand Tout), le dieu de nos écoles de philosophie moderne, le dieu des théurgistes de l’école d’Alexandrie et des mystiques néoplatoniciennes de nos jours, le dieu de Spinoza et de Platon, le dieu des écoles gnostiques primitives, le Christ même du sacerdoce dissident. »

                La vérité est que le Baphomet est tout à la fois une figure panthéiste du grand Tout et la représentation de Lucifer.

Baphomet st merry

EGLISE SAINT MERRI

 

                A cette figure symbolique du Baphomet, les francs-maçons ont substitué la Rose-Croix.

                « Les francs-maçons du Rite Palladique se proclament les héritiers directs des Templiers. Leurs trois premiers degrés d’initiation sont empruntés au Rite moderne d’adoption et ils ont deux grades spéciaux.

«  Ils affirment que lors du procès intenté à Jacques de Molay et à ses complices, un certain nombre de Templiers réussirent à sauver la monstrueuse idole dite le Baphomet, la transportèrent en Ecosse, et là, continuèrent leurs pratiques secrètes. Les Templiers, disent-ils, changèrent de nom pour échapper aux persécutions, et devinrent les Rosi-Crucians (ou Rose-Croix). En 1717, une fusion eut lieu entre les dernières conférences des maçons constructeurs et les Rose-Croix. Anderson, Payne, Desaguliers, fils d’un pasteur protestant réfugié en Angleterre à la suite de la révocation de l’édit de Nantes, s’introduisent dans l’ancienne franc-maçonnerie, qui était un simple compagnonnage, et la transformèrent en Société secrète d’anti-catholiques conspirateurs. C’est en effet de cette époque que date la véritable franc-maçonnerie militante.

                Les Templiers ont été en contact avec l’Ordre des Assassins dont le chef avait pour surnom le Vieux de la Montagne. Ils ont trahi les Croisés en livrant les projets des princes chrétiens au Soudan de Babylone.

                Terminons en citant l’Abbé Barruel :

« Oui toute votre école et toutes vos loges sont venues des Templiers. Après l’extinction de leur Ordre, un certain nombre de Chevaliers coupables, échappés à la proscription, se réunissent pour la conservation de leurs affreux mystères. A tout le code de leur impiété, ils ajoutent le vœu de se venger des Rois et des Pontifes qui ont détruit leur Ordre, et de toute la religion qui anathématise leurs dogmes. Ils se font des adeptes qui transmettent de génération en génération les mêmes mystères d’iniquité, les mêmes serments, la même haine et du Dieu des chrétiens et des Rois et des prêtres. Ces mystères arrivent jusqu’à vous, et vous en perpétuez l’impiété, les vœux et les serments : voilà votre religion (…) Les Chevaliers Aumont et Harris le frère Pierre de Boulogne apportèrent les modifications nécessaires.

La première condition d’existence était le secret. »

 

 

BaphometELIPHAS LEVI

NOM INSCRIT SUR LE SOCLE

IMAGES PRISES SUR WIKIPEDIA

 

 

Ajouter un commentaire