JUDAS EST EN ENFER

LA DAMNATION ETERNELLE

Le magistère de l'Église enseigne que Judas est en Enfer

 

Saint Pierre, le premier pape, dans l'exercice de son magistère pontifical, lors du premier synode des Apôtres réunis par et sous son autorité suprême, évoque ainsi le sort de Judas:

L 'Esprit-Saint ayant parlé d'avance de Judas, qui en est venu à servir de guide à ceux qui ont arrêté Jésus •.

Pourquoi en ce moment solennel saint Pierre cite-t-il !'Écriture Sainte, sinon pour exprimer ce qui concerne Judas de façon certaine ? Et que dit-il ? « Il est allé dans son lieu à lui (Ac 1.25) •. Autrement dit : Judas est damné, aussi vrai que si Judas est « dans son lieu à lui•, c'est qu'il n'est pas dans la Communion des Saints, car là, • nul ne dit sien ce qui est à lui ... Mais entre eux tout est commun (Ac 2.44; 4.32) » •.• La condition de ceux qui sont • devenus participants du Christ (He 3.14) , est de ne faire plus qu'un avec Dieu et entre eux (Jn  17.21; I Co 12.12), tous membres du même Corps (Col 2.17), en qui • Dieu est tout en tous (1 Co 12.6,26; 15.28) •, en sorte qu'ils se disent l'un à l'autre: , tout ce qui est à moi est à toi. (Lc 10.31) accomplissement de la prière du Christ : • Que tous soient un, comme Toi, Père, Tu es en Mot et Mot en Toi, qu'eux aussi soient un en Nous » Jn 17.21) •. C'est dans cette communion que Dieu trouve Sa gloire » Jn 17.10).

Le Magistère de l'Eglise a toujours condamné « l'indifférentisme, cette opinion funeste répandue partout par la fourbe des méchants, selon laquelle on peut, par une profession de foi quelconque, obtenir le salut éternel de l'âme, pourvu qu'on ait des mœurs conformes à la Justice et à la probité. L'Apôtre nous en avertit: Il n'y a qu'un Dieu, qu'une foi, qu'un baptême (Ep 4.5)'; qu'ils tremblent donc ceux qui s'imaginent que toute religion conduit par une voie facile au port de la félicité; qu'ils réfléchissent sérieusement sur le témoignage du Sauveur lui-même:

« qu'ils sont contre le Christ dès lors qu'ils ne sont pas avec le Christ (Lc 21.23) »; qu'ils dissipent misérablement par là même qu'ils n'amassent point avec Lui, et que par conséquent, ils périront éternellement.[. .. ] Ah l « Quelle mort plus funeste pour les âmes, que la liberté de l'erreur ! » disait saiut Augustin. (Grégoire XVI Mirari vos) »; « Il s'en trouve beaucoup aujourd'hui pour oser enseigner que le meilleur régime politique et le progrès de la vie civile exigent absolument que la société humaine soit constituée et gouvernée sans plus tenir compte de la Religion que si elle n'existait pas, ou du moins sans faire aucune différence entre la vraie et les fausses religions. (Pie IX, Quanta cura, n°5)

« La foi nous enseigne que beaucoup d'âmes seront damnées, comme le furent les anges qui, par orgueil, tombèrent du Ciel et sont maintenant des démons;

Beaucoup d'hommes sur la terre, meurent en dehors du giron de l'Eglise,

c'est-à-dire en païens,

et beaucoup aussi, parmi les baptisés, ne vivent pas en chrétiens et ne meurent pas en union avec Dieu.

Tous ceux-là sont condamnés au feu éternel ; comme la sainte Église enseigne à le croire. »

(Sainte Julienne de Norwich, in Georges Huber, Le cours des événements, hasard ou providence, Téqui, 2001, p.181)

Les récents Messages de la Mère de Dieu se font l'écho de cet enseignement du Magistère173: « Le monde actuel blesse le Très Saint Cœur de Notre-Seigneur par ses ingratitudes et ses injures. Beaucoup d'hommes en ce monde affligent le Seigneur. Je souhaite des âmes pour Le consoler. Pour adoucir la Colère du Père Céleste, je souhaite, avec mon Fils, des âmes qui réparent, par leur souffrance et leur pauvreté, pour les pécheurs et les ingrats. Pour faire connaître au monde Sa colère, le Père Céleste S'apprête à infliger un grand châtiment à l'humanité entière. Avec mon Fils, je suis intervenue tant de fois pour apaiser le Courroux du Père. J'ai empêché la venue de calamités en Lui offrant les Souffrances du Fils sur la Croix, Son précieux Sang, les âmes bien-aimées qui Le consolent et forment la cohorte des âmes victimes. Prière, pénitence et sacrifices courageux peuvent adoucir la Colère du Père. [. .. ] L'action du diable s'infiltrera même dans l'Église, de sorte qu'on verra des cardinaux s'opposer à des cardinaux, des évêques contre d'autres évêques. Les prêtres qui me vénèrent seront méprisés et combattus par leurs confrères, les églises, les autels saccagés. L'Église sera pleine de ceux qui acceptent les compromis et le démon poussera beaucoup de prêtres et de consacrés à quitter le service du Seigneur. Le démon s'acharne surtout contre les âmes consacrées à Dieu. La perspective de la perte de nombreuses âmes est la cause de ma tristesse. Si les péchés croissent en nombre et en gravité, il n’y aura plus de pardon pour ceux-ci. (Notre Dame à Akita, 1973) »174; «J'ai vu beaucoup de mes enfants se perdre, et je suis venu les aider. (Notre Dame à Kibéo, 1981) » ...

173 Mélanie Calvat, qui l’a vue [La sainte Vierge] à la Salette, ne disait pas autre chose : • Le petit, le bien petit nombre embrasse la réforme des cœurs et s'attache à l'observance de la sainte Loi du Père de famille ; mais. hélas ! le plus grand nombre reste dans le crime et s’y enfonce encore plus. (René Laurentin, Michel Cortcville, Découterte du Secret de la Salette, Fayard, 2005, p.214

Extrait du livre :

JUDAS EST-IL EN ENFER – pages 107 sq

Auteur : Abbé Guy PAGES – Editions D M M

 

 

 

Ajouter un commentaire