MEURTRES POLITIQUES

 

MEURTRES POLITIQUES

Coran S9 v 29 : Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés.

Cette prescription coranique ne dit pas "s'ils vous attaquent".


Ou bien tu veux dire que quand les 'cavaliers d'Allah' envahissaient un pays, ceux qui se défendaient étaient obligatoirement considérés comme 'entrant en guerre contre les musulmans' ?


Et Mohamed a pratiqué l'assassinat politique :


« Il y avait une femme du nom d'Asmâ bint Marwan. Elle faisait des vers particulièrement insultants pour le prophète de l'Islam. Quand ces vers furent rapportés à Mohamed, il dit tout haut:

"Est-ce que personne ne me débarrassera de la fille de Marwan ?"

Il y avait là un homme du clan de la poétesse, 'Omayr Ibn 'Adi. Il n'avait pas été à Badr. Bonne raison pour faire preuve de zèle. Le soir même il s'introduisait chez elle. Elle dormait au milieu de ses enfants. Le dernier, encore au sein, sommeillait sur sa poitrine. Il la transperça de son épée et le lendemain alla trouver l'Envoyé de Dieu. Il dit : "Envoyé de Dieu je l'ai tuée " "Tu as secouru Allah et son Envoyé Ô 'Omayr", répondit celui-ci. 'Omayr demanda:  "Est-ce que je supporterai quelque chose à cause d'elle. Envoyé d'Allah ?" Il dit : " Deux chèvres ne choqueront pas leurs cornes pour elle !" 'Omayr retourna alors dans son clan où ce jour-là, il y avait une grosse émotion au sujet de la fille de Marwan. Elle avait cinq fils et la vengeance pouvait être demandée.

 'Omayr s'adressa à son clan: « Ô Banû Khatma ! J'ai tué la fille de Marwan. Tramez quelque chose contre moi mais ne me faites pas attendre. [Cette phrase est une citation du Coran.] Personne ne bougea. » L'annaliste poursuit: « Ce jour-là fur le premier où l'Islam se montra puissant chez les Banû Khatma. » Le coup avait réussi. L'exploit de 'Omayr est classé par les chroniqueurs musulmans parmi « les expéditions du Prophète ». Le mois suivant, le poète centenaire Abou ' Afak fut tué pendant son sommeil, à cause de quatre vers contre Mohamed. Le Prophète avait prononcé négligemment: « Qui me fera justice de cette crapule? » Quelqu'un se chargea de l'opération. Mais l'assassinat politique le plus connu est celui de Kaab Ibn Achraf. C'était un poète de Médine, juif par biographie de Mohamed, celle d'Ibn Ishâq, traite longuement des campagnes et expéditions des musulmans à l'époque du prophète... etc. (rapporté par Tabari).

[Le Prophète avait déclaré : «  Qui me débarrassera de ce fils d’Ashraf ? s’écria-t-il ?

Mohammad b. Maaslama, un ansar, dit : «  Je ferai cela pour toi, Ô Apôtre d’Allah, je le tuerai. Mahomet répondit : Fais-le, si tu le peux … »

(…) Quand ils furent arrivés au milieu des vergers (Siklan musulman, frère de lait de Ka’b le poète et complice de Muhammad b. Maslama ) loin du fortin , loin des maisons juives, Silkan donc saisit fortement le Ka’b par les cheveux, qu’il tire à l’arrière, et crie : «  chargez ! » En moins d’une seconde, tous se précipitèrent sur le malheureux adversaire du Prophète et le tuent à coups de sabre ; au château, l’alarme est enfin donnée, on allume des torches, on crie, on se précipite, les meurtriers sautent sur la terrasse, tuent la femme de Ka’b et s’enfuient vers Médine, en emmenant un avec eux un compagnon blessé au front, Harith b. Aws. Le jour commençait à poindre quand ils entrèrent dans Médine ; le Prophète priait, ils lui firent leur apport et Mahomet, après avoir rendu grâce à Allah, les remercia. Ensuite, disent les traditions, il souffla sur la tête de Hatith, dont la blessure fit guérie immédiatement.( !!!)

 Le premier meurtre politique de l’histoire de l’Islam était accompli.

Sources : Roger Caratini , Mahomet, vie du prophète – L’Archipel - pages 411-412

Comment en quelques dizaines d'années après la mort de votre Prophète l'islam s'est imposé de l'Espagne à l'Inde ?

Des peuples ont été génocidés, des populations entières razziées et mises en esclavage, il fallait trouver de la main-d’œuvre et de jolies vierges pour remplir les harems (certains sultans ou califes possédaient des centaines d'esclaves sexuelles, le record du nombre d'enfants (+ de 1000 avec 500 "concubines") est d'ailleurs détenu par le très pieux Moulay Ismael "sultan fidèle et pieux observateur de sa religion" dont la distraction favorite était de décapiter d'un coup de sabre, en chevauchant son destrier, l'esclave qui tenait son étrier.

(source :  wikipedia)

Lire : La biographie du Prophète MAHOMET - Edition FAYARD

texte traduit et annoté par Walib Atallah

Ce présentateur dit la VERITE !

https://www.facebook.com/jugurtha.akvayli.9/videos/293903815196063

https://www.facebook.com/jugurtha.akvayli.9/videos/287783052474806

 

Ajouter un commentaire