CHEMIN DE LA CROIX DE LA PENITENCE

 1° STATION : JESUS, VRAI DIEU ET VRAI HOMME, EST CONDAMNE A MORT. 

 

C'est pour me rendre la vie, mais à la condition que je prendrai ma part de ses souffrances et que j'achèverai 

en moi ce qui manque à sa Passion (Col. 1, 24). Si je m'y refuse, je perds tout le fruit de cette mort salutaire et 

je me voue moi-même à la mort éternelle. 

Ô Jésus, vous nous avez avertis que nous péririons tous, si nous ne faisions pénitence. (Luc 13, 5) 

Donnez-moi donc, je vous en supplie, le courage de me condamner et de châtier sans pitié ces maudits péchés 

qui vous ont condamné à mourir pour moi. Ainsi soit-il 

 

2° STATION : JESUS EST CHARGE DE SA CROIX     JESUS PREND SA CROIX AVEC AMOUR 

 

La sentence est exécutée sans délai    Que de fois je me suis condamné !.... Mais qu'il m'en coûte de m'exécuter 

!... Eh ! qu'importent à Dieu mes protestations, mes soupirs et mes larmes si je ne m'arme enfin contre 

moi-même, si je ne me décide à faire de dignes fruits de pénitence (Matt. 3, 8) 

Ô Jésus, que je prenne enfin ma croix et que je la porte généreusement à votre suite, tous les jours de ma vie 

(Luc 9, 23) Ainsi soit-il ! 

 

3° STATION : JESUS TOMBE POUR LA PREMIERE FOIS 

 

Rappelle-toi, mon âme, en face de ton Dieu anéanti, que tout péché, même pardonné, réclame une expiation. Il 

faut qu'il soit puni, en cette vie ou en l'autre. Si je remets après la mort, ce sera le Purgatoire avec ses flammes 

et son immense désolation ; et je n'en sortirai qu'après avoir payé toute ma dette, jusqu'à la dernière obole. 

(Matth. 5, 26) 

Ô Jésus ! déterminez mon âme à embrasser au plus tôt la douce pénitence que m'impose votre Bonté, afin que 

j'évite, après cette vie, l'épouvantable malheur de tomber aux mains de votre infinie Justice. Ainsi soit-il ! 

 

4° STATION : JESUS RENCONTRE SA TRES SAINTE MERE. 

 

Chaque nouvelle souffrance de Jésus est un glaive acéré qui transperce l'âme de Marie. Et pourtant cette 

divine Mère suit l'adorable Victime jusqu'au Calvaire    jusqu'au tombeau    Quand moi aussi, je me déciderai à 

gravir le rude sentier de la pénitence, je suis assuré d'y rencontrer Marie   On marche et on souffre avec plus de 

courage sous les yeux et près du c   ur de sa Mère. 

Reine des Martyrs, Vierge des douleurs ! Puisque c'est mon péché qui a crucifié Jésus et vous a plongé dans 

les larmes, ne cessez de me faire entendre le cri désolé que vous jetiez au monde, dans l'une de vos apparitions 

à Lourdes : « PENITENCE ! PENITENCE ! PENITENCE ! » et qu'enfin tous les vrais chrétiens répondent au 

cri de leur Mère ! Ainsi soit-il ! 

 

6° STATION : SIMON DE CYRENE AIDE JESUS A PORTER SA CROIX 

 

Ce ne fut d'abord que par contrainte et à contre-c   ur ; puis il y trouva tant de charme qu'il ne pouvait plus s'en 

détacher.

Pourquoi donc, Ô Jésus ! éprouvé-je une si grande répugnance à entrer dans la carrière que vous m'avez 

ouverte ! Ah ! j'oublie que votre croix n'est lourde que de mes iniquités, et que c'est à moi seul de la  porter ; 

J'oublie que plus je me chargerai de la croix, plus je serai près de vous, ô mon Sauveur, et que la croix avec 

vous, c'est le paradis. Triomphez donc, par la grâce de votre exemple, des résistances de ma lâcheté, et 

inspirez-moi  vaillance et générosité à partager avec vous ce fardeau qui ne devrait peser que sur moi. 

Ainsi soit-il ! 

 

6° STATION : SAINTE VERONIQUE ESSUIE LA FACE DOULOUREUSE ET MEURTRIE DE 

JESUS. 

 

Le Prophète l'avait vu sur la voie du supplice, et il ne l'avait pas reconnu ! Le Fils de Dieu n'avait plus même 

l'apparence d'un homme. Il ressemblait à un lépreux ; il était l'abjection du peuple, l'opprobre du genre 

humain. (Ps. 21, 7) 

Ô mon Dieu, combien plus hideuse est mon âme défigurée par la lèpre du péché ! Cette âme, votre image 

vivante, la fille de votre amour, elle vous fait horreur !     Mais vous la régénérez dans votre sang, ô bon Jésus 

! et ma pénitence, comme un voile divin, essuiera toutes ses taches et lui remettra au front le rayonnement de 

sa céleste beauté. Ainsi-soit-il ! 

 

7° STATION : JESUS TOMBE POUR LA DEUXIEME FOIS. 

 

Mon divin Maître m'enseigne par cette nouvelle chute à me prémunir contre les retours du péché. Toute ma 

sécurité repose dans l'aide de sa grâce et aussi dans cette inébranlable énergie que donne le continuel exercice 

de la pénitence. Si je désarme mon bras, je suis perdu ! car l'ennemi reviendra plus fort qu'à la première 

attaque, et les blessures de ses traits empoisonnés seront plus profondes et plus désespérés. (Matthieu 12, 45) 

Ô Jésus, par la vertu de votre deuxième chute, soutenez mon courage dans l'expiation constante de mes 

iniquités passées, afin que je sois invincible aux tentations de l'avenir. Ainsi soit-il ! 

 

8° STATION : LES FEMMES DE JERUSALEM PLEURENT SUR JESUS     

 

JESUS CONSOLE LES FEMMES DE JERUSALEM 

 

Ce n'est pas sur Moi qu'il faut pleurer, leur dit-il, mais sur vous et sur vos enfants. Si l'on traite ainsi le bois 

vert, si la justice de mon Père s'appesantit si durement sur une victime innocente, comment sera traité le bois 

sec ? (Luc 23, 45) Que peuvent attendre les âmes où ne circule plus la sève de la grâce ? Ô Jésus, votre voix brisée de douleur, de fatigue et de tristesse pouvait-elle se faire plus éloquente pour nous 

convaincre que notre unique ressource est dans la pénitence ? 

Je vous en conjure, infusez dans mon coeur desséché le sang de votre Passion, et que, renouvelé par cette sève 

divine, je ne cesse plus de pleurer et d'expier ces fautes qui m'ont rendu semblable au bois sec, destiné au feu 

de l'enfer ! Ainsi soit-il. 

 

9° STATION : JESUS TOMBE POUR LA TROISIEME FOIS. 

 

Regarde mon âme, ton Maître et ton Modèle, gisant dans la poussière, écrasé sous la lourde croix ! Il n'a plus 

qu'un souffle de vie !    C'est pour te dire qu'on ne peut rester chrétien sans devenir un Jésus crucifié (II, 

 

Corinthiens IV.     Romains VIII) et que cette nécessaire transfiguration ne s'opère que par le labeur de la 

 

pénitence. 

Ô Jésus, saisissez mon esprit et mon c   ur de cette doctrine de vérité, et que je n'hésite plus de mourir avec 

vous tous les jours sur le CALVAIRE, pour avoir le bonheur de vivre éternellement avec vous dans le ciel. 

Ainsi soit-il ! 

 

10° STATION : JESUS EST DEPOUILLE DE SES VÊTEMENTS. 

 

Quelle ignominie et quel supplice pour mon Sauveur ! C'est à ce prix qu'il me méritait la force dont j'ai si 

besoin, pour me dépouiller moi-même de ce honteux tissu de péchés qui me couvrent des pieds à la tête ; ces 

habitudes coupables, ces périlleuses affections, cet orgueil, cette mollesse et ces lâches négligences, il faut me 

dépouiller de tout, arracher tout avec violence, dussè-je me couvrir de plaies, dussè-je y mettre tout le sang de 

mon coeur ! 

Ô Jésus ! Vous m'ordonnez de sacrifier l'   il droit et la main droite s'ils me scandalisent ! (Matthieu 5, 30) Ah ! 

du moins, guidez vous-même et fortifiez mon bras trop timide dans cette opération sanglante qui est  la 

première condition d'une sincère pénitence. Ainsi soit-il ! 

 

11° STATION : JESUS EST CLOUE A LA CROIX. 

 

La vie est dans la croix ; la croix renferme toutes les richesses de la Rédemption. Je devrais donc l'enserrer 

dans mes bras, la presser sur mon c   ur dans l'étreinte de l'amour et de la reconnaissance. Mais j'ai si peur de 

souffrir ! Dieu qui veut mon salut est obligé de m'y attacher malgré moi. Chaque jour, sa main paternelle me 

crucifie par les clous de l'humiliation, du délaissement, des revers, de la maladie, du deuil et par tant d'autres 

que sait choisir sa miséricordieuse Providence ! 

Ô Jésus, vrai Dieu et vrai homme, vous vous livriez sans murmure à la brutale cruauté des bourreaux qui 

perçaient vos mains et vos pieds ; faites que je m'abandonne avec une soumission filiale aux rigueurs aimantes 

du crucifiement qui me fera mourir au péché, et vivre de plus en plus de votre grâce. Ainsi soit-il ! 

 

12° STATION ! JESUS MEURT SUR LA CROIX. 

 

Jésus est mort ! Il est mort sur une croix !  De ses membres meurtris, de ses veines déchirées, le sang divin 

coule sur mon âme et lui donne la vie. Enfant de sang, enfant de la croix, puis-je vivre et me sauver dans les 

ménagements et les délicatesses, au milieu des plaisirs et des délices ? 

O Jésus, vrai Dieu et vrai homme, partout où je rencontre votre image, elle me rappelle vos souffrances et 

votre mort ; je vous vois toujours crucifié ! O mon Crucifix, imprime tes plaies si profondément dans mon 

coeur, qu'elles ne cessent de rayonner dans les saintes    uvres de ma pénitence. Ainsi soit-il ! 

 

13° STATION : JESUS EST DESCENDU DE LA CROIX ET REMIS A SA TRES SAINTE MERE. 

 

Marie, debout au pied de la croix, a recueilli le dernier soupir de son Fils Bien-Aimé. Maintenant, elle le 

contemple sur ses genoux et couve de baisers et de larmes son corps glacé, livide et sanglant. Sa douleur est 

comme un océan sans rivages. Mais au prix de cette douleur, elle a mérité de m'assister dans mon agonie, et 

de me recevoir dans ses bras à ma sortie de ce monde. 

O ma Mère ! Vous serez donc là quand je mourrai ! Quelle consolation ! Et c'est vous qui me présenterez à 

mon Juge    Quelle sécurité !     Mais encore faut-il que vous retrouviez en moi les traits de votre Jésus crucifié 

(II Corinthiens 4     Romains 8, 29) Oh ! Montrez que vous êtes ma Mère et donnez-moi cette divine 

ressemblance qui sera votre joie et mon salut ! Ainsi soit-il ! 

 

14° STATION : JESUS EST DEPOSE AU TOMBEAU. 

 

Tombeau glorieux ! Portique du ciel ! C'est la fin des souffrances, c'est le commencement de la félicité. Une 

crèche a été le berceau de Jésus, une croix son lit de mort. C'était bien l'homme des douleurs ! Et maintenant il 

est assis à la droite du Père et son règne est à jamais. 

O Jésus ! Il est donc vrai ! Toutes les amertumes de la pénitence ne sont rien au regard du poids immense de 

bonheur que vous réservez à vos Saints. (Romains 8, 18) Oh ! Souffrir avec Jésus, pour régner avec  Jésus ! Je 

ne veux plus d'autre devise    La voie du sacrifice s'arrête au tombeau    et au-delà c'est la récompense éternelle ! Ainsi soit-il ! 

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau