CONTRIBUABLE ASSOCIE

 

Finances publiques : la faillite de lُEtat est une réalité ! 

 

« Je suis à la tête dُun Etat en situation de faillite au plan financier », a déclaré le Premier ministre,  François 

Fillon, au cours dُun déplacement en Corse, le 21 septembre dernier. Ce constat, hélas exact, a 

immédiatement créé la polémique. Il nُest pourtant pas nouveau. 

 

Dans son rapport sur la dette publique, publié en décembre 2005 et qui fit alors quelque bruit, Michel 

 

Pébereau, évoquant le problème des retraites des fonctionnaires, estimait déjà « inconcevable que (lُEtat) 

puisse faire faillite ». Néanmoins, le rapporteur démontrait que des entreprises privées, placées dans les 

mêmes conditions seraient bel et bien déclarées en failliteَ 

 

Même si lُEtat, justement parce quُil est lُEtat, nُest pas, pour lُinstant, réduit au dépôt de bilan, il nُest 

donc pas exagéré de parler, comme François Fillon, dُune « situation de faillite ». 

 

Il est en outre permis de se demander jusquُà quand cette situation paraîtra « inconcevable ». Il est déjà arrivé 

à des Etats dُêtre déclarés en faillite : ce fut le cas, par le passé, de la Suède, plus récemment de lُArgentine, 

et cela manqua dُêtre celui de la Grande-Bretagne avant lُarrivée au pouvoir de Margaret Thatcher. 

Rien nُinterdit de penser que la même mésaventure puisse arriver un jour à lُEtat français. 

 

Les « cadeaux fiscaux » nُy sont pour rien 

 

On connaît la chanson : « le premier qui dit la véritéَ ». Il nُen est pas moins hypocrite de reprocher à 

François Fillon dُenvisager cette difficile réalité. Ceux qui sُy risquent mettent dُailleurs lُaccent, non pas 

sur la nécessité de rompre avec les habitudes de gabegie des administrations publiques, comme le 

recommandaient les rapports Camdessus et Pébereau, mais sur les prétendus « cadeaux » fiscaux consentis par 

le nouveau gouvernement aux contribuables français, qui nُen restent pas moins les plus ponctionnés 

dُEurope. 

 

Au reste, ces « cadeaux », nُayant pas encore produit dُeffets, peuvent difficilement expliquer la situation 

actuelle de nos finances publiques. 

 

Contribuables Associés pose la question différemment : pourquoi lُEtat français se trouve-t-il dans  cette 

situation-là, en dépit du niveau ahurissant quُont atteint les prélèvements obligatoires dans notre pays ? A 

cause de lُimportance non moins ahurissante des dépenses du secteur public, dont la réduction drastique est 

seule capable dُéviter la faillite à lُEtat français. 

 

Mis en ligne le 24-09-2007 

 

::Envoyez cet article à un contact:: 

 

Archives récentes de la rubrique 

Le point de vue de CONTRIBUABLES ASSOCIES 

 

24/09/2007: Finances publiques : la faillite de lُEtat est une réalité ! 

« Je suis à la tête... 

 

21/09/2007: Nicolas Sarkozy reprend une réforme choc proposée par Contribuables Associés ! 

Le président de la République veut... 

 

20/09/2007: « La dépense publique doit être plus modeste » 

Entretien. Hervé Novelli, secrétaire dُÉtat chargé... 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau