DE LA FAUTE ORIGINELLE A L'EUCHARISTIE

 

DE LA FAUTE ORIGINELLE A L’EUCHARISTIE

 

Nous avons été créés à l’image de Dieu, la Genèse l’affirme. On peut donc penser qu’initialement notre corps était un corps de lumière. Nous avons vu que la tradition juive l’enseigne et que la correspondance chair-lumière se manifeste chez Jésus à la Transfiguration, chez Moïse et chez les mystiques.

Après le péché d’Adam et Eve, nous sommes tombés dans un état dégénéré qui se manifeste par nos imperfections, nos défaillances, etc… Notre chair elle-même n’est qu’une mauvaise image de notre corps originel qui devait être un « corps de lumière » sans doute semblable à celui de la Très Sainte Vierge Marie, tel que Mélanie Calvat le décrit à La Salette. La nature entière et la matière elle-même subissent les conséquences de la faute d’Adam et Eve.

Toute cette dégénérescence, cette décadence trouve son origine dans la fameuse pomme qu’Adam a mangé. Elle devait « contenir » une puissance de Dieu, une partie des pouvoirs de Dieu lui-même et conférer la connaissance du Bien et du Mal. Dieu voulait en faire don à Adam si celui-ci avait résisté à la tentation de voler la puissance de Dieu pour remplace Dieu. Cette pomme, une fois arrachée à Dieu, a engendré la mort, la dégénérescence de toute matière et de toute vie.

Dieu a racheté cette faute, tellement grave que toute la création en est affectée, par la Passion dont il nous a laissé le mémorial dans l’Eucharistie qui n’est plus la puissance de Dieu, mais qui est Dieu lui-même. Dieu, [à savoir les trois Personnes divines, Dieu le Père, Dieu le Fils Jésus, Dieu le Saint-Esprit] est réellement présent dans l’hostie comme sa puissance devait, au moins en partie, être réellement présente dans la pomme du jardin d’Eden.

  • Le fruit défendu a enregistré la mort pour tout homme.
  •  
  • Le Saint-Sacrement redonne la vie éternelle à chaque homme s’il accepte le rachat que Dieu offre. Le baptême nous fait enfant adoptif de Dieu. Nous sommes participants à la vie divine.
  •  

C’est pour cela que Jésus affirme :

 

« Celui qui mange ma chair et boit mon sang aura la vie éternelle et je le ressusciterai au dernier jour » (Jean 6, 54 )

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau