DJIHAD (8)

DJIHAD  (8)  

 

LES TROIS "D" : 

 

Dîn -Dunya - Dawla = Religion - Monde - Etat 

 

(La croix et le croissant de feu le père Antoine Moussali 

 

Editions de Paris. 

 

Jacques PIETRI pour Libertyvox.com 

 

La religion se situe, de manière évidente, dans la sphère du privé, et non pas dans celle du public. Toute autre 

est la conception des théoriciens islamiques contemporains : LُIslam, écrit Hani Ramadan, dans le Bulletin 

du centre islamique de Genève, « est religion et État, foi et loi, doctrine et mode de vie... il nous enseigne un 

monothéisme authentique, évident, et aussi une loi qui constitue désormais un système complet reposant sur 

des sources authentiques applicables en tout lieu et en tout temps». 

 

Un article paru dans un périodique algérien illustre bien ce quُil en est de la laïcité dans le monde arabe (le 

mot laïcité étant à peu près intraduisible en arabe) : 

 

«Lُadage occidental «rendre à César ce qui appartient à César et à Dieu ce qui appartient à Dieu» 

nُa pas sa place dans la conception islamique de la société. 

 

Tout appartient à Dieu et César lui-même appartient à Dieu». 

 

LُIslam, comme le rappelait si bien ce folliculaire, 

 

«signifie étymologiquement soumission, celle-ci doit être totale et inconditionnelle à Dieu et à sa foi révélée», 

cُest bien pourquoi «ne peut rester musulman celui qui sُest converti à la laïcité, cette nouvelle religion qui prône la séparation 

de la Foi et de la Loi». 

 

 

DROIT MUSULMAN par A.M. DELCAMBRE 

 

Or le droit musulman (fiqh) est une création juridique extrêmement originale. Parmi les systèmes de droit les 

grands juristes comparatistes comme René David sont d'accord pour dire qu'il apparaît bien, avec le système 

romaniste et celui de la common law , comme l'une des trois seules créations originales en la matière. On 

parle des systèmes de droit appliqués. 

 

Certes le droit hébraïque et le droit parsi sont des droits religieux. Mais ils restent cantonnés au seul statut 

personnel. En fait ils apparaissent en quelque sorte comme des survivances. 

 

Le droit musulman est un système élaboré par des jurisconsultes, à partir de l'Iraq et au 8ème siècle , entre 750 

et 850 après J.C. 

 

Le droit musulman est à l'origine d'une culture, d'une civilisation. Or certaines prescriptions du fiqh s'opposent 

aux exigences de la Déclaration universelle des Droits de l'homme. 

 

Or c'est bien d'un conflit de civilisation qu'il s'agit - d'un côté une civilisation qui privilégie la 

DEMOCRATIE, les droits de l'Homme et qui ignore les Droits de Dieu, agissant comme si Dieu était mort, 

dans la sphère publique - de l'autre côté une civilisation qui agit comme pour une THEOCRATIE, les droits 

de Dieu passant toujours avant les droits de l'homme. 

 

L'islam n'est  PAS une religion comme le christianisme ou comme le judaïsme. L'islam créé par les convertis 

-persans pour la plupart- est un système juridique qui a décidé d'inscrire le Droit tout entier dans le cadre de 

l'Absolu. C'est la Norme sacralisée. 

 

De même qu'on a pu dire que le bouddhisme n'était pas une religion mais une philosophie, on peut dire que 

l'islam sunnite et chiite (imamite duodécimain) est UNE LOI, qui se traduit concrètement par une 

jurisprudence, un DROIT qui dicte la NORME. 

 

C'est l'application TOTALE de ce droit musulman que revendiquent les "islamistes". C'est ce droit musulman 

qui pose problème à un occident dont les valeurs actuelles sont RADICALEMENT opposées à celles de 

l'islam. 

 

RELATIONS DANS LA SOCIETE 

 

 

la question suivante était posée à un responsable religieux : 

Question d'un internaute musulman : 

 

« Un des prédicateurs dُune des mosquées dُEurope a déclaré quُil nُest pas permis de considérer les juifs 

et les chrétiens comme des mécréants. Vous savez que la majeure partie des gens qui sُoccupent des 

mosquées en Europe ont très peu de connaissances (sic). Nous craignons que de telles déclarations se 

répandent. Par conséquent, nous vous demandons dُapporter à cette question une réponse complète  et claire. 

 

Réponse du mufti internaute : 

 

Je dis « ce quُa dit cet homme induit en erreur son auditoire. 

En fait on peut considérer cela comme un blasphème car Allah a déclaré les juifs et les chrétiens infidèles 

(kouffar). Les chrétiens disent que le Christ est le fils de Dieu « QuُAllah les tue » , (sourate 9, verset 30-31) 

mais aussi sourate 5 , verset 72-73 

 

« Ce sont les mécréants qui disent « Allah , cُest le Messie , fils de Marie ». Ils sont des mécréants et ils 

seront des habitants du feu de lُEnfer. Et : 

 

« Quiconque prétend quُil y a une religion sur terre autre que lُislam qui semble acceptable à Allah est un 

mécréant » 

 

Ibn Taymiyya , un juriste syrien , très célèbre en islam (1263-1328) dit: 

 

« Quiconque croit que les églises sont les maisons de Dieu , quiconque pense que les juifs et les chrétiens font 

des actes valables dُadoration est un mécréant .Quiconque croit que rendre visite aux juifs et aux chrétiens 

dans leur lieu de culte est un acte qui le rapproche de Dieu est un apostat (murtad)" 

 

De cette fatwa il faut rapprocher une fatwa du 5 février 1993 , empruntée à Bat Yeُor qui la cite dans son 

livre « Juifs et chrétiens sous lُislam. Les dhimmis face au défi intégriste ». 

 

Le cheikh Qubtan , professeur de droit musulman à Riyad avait répondu à la question : « Est-il permis à un 

chrétien, dans une société appartenant à un musulman, dُavoir autorité sur des musulmans et d'être 

directeur?" 

 

La réponse du mufti est claire : 

 

« Lُautorité dُun non-musulman sur un musulman nُest pas permise, selon la parole dُAllah « Dieu ne 

donnera pas aux infidèles lُavantage sur les croyants (musulmans) (Coran , sourate 4, verset 141, fin du 

verset). Lُautorité dُun non قmusulman est par conséquent en contradiction avec le texte des versets. Car le 

musulman qui doit obéir à celui qui le commande devient son inférieur. 

 

« Une telle situation est inacceptable pour un musulman » (َ). Notre conseil à ce directeur dُentreprise est de 

remplacer ce directeur infidèle (chrétien=associateur- mouchrikoun) par un musulman 

 

LA FEMME MUSULMANNE : 

 

Ce que dit vraiment Hassan al-Banna, Fondateur des Frères Musulmans. 

Sources : Islam de France N° 8 

 

[Voyons donc ce que le fondateur des Frères musulmans, "le plus influent des réformistes musulmans de ce 

siècle" selon  Tariq Ramadan [parent de Hassan al-Banna] (p. 418), dit sur ce chapitre, en comparaison avec ce 

que disent le  Prophète, Abu Hanîfa, et même Al-Qaradhâwi. (َ) 

 

Selon Hassan al-Banna, la société musulmane n'est pas une société mixte (mujtama'mushtarak), mais une 

société monosexuelle (mujtama' 'infirâdi) ; il y a donc "des sociétés pour les hommes" et "des sociétés pour les 

femmes" (p. 11 et 12). Son propos se résume dans ce passage : 

 

"L'islam interdit (yuharram) à la femme de découvrir son corps, d'avoir une entrevue particulière (et) de 

fréquenter autrui. Elle a l'obligation de faire la prière chez elle. Le regard est comme une flèche d'Iblis; elle ne 

doit pas porter un arc, ce qui l'assimilerait à un homme. Et avec ça, on dit que l'islam ne prescrit pas 

l'interdiction pour la femme d'accéder aux emplois publics" (p. 18). 

 

Hassan al-Banna concède bien à la femme le droit à l'éducation, mais précise qu'elle n'a pas besoin 

 

d'apprendre les langues, le droit ou les arts, car elle se destine au foyer et à l'éducation des enfants. Elle doit 

donc être éduquée conformément au rôle qui lui est dévolu, l'espace domestique (p. 10) : "... nous disons : 

apprenez à la femme ce dont elle a besoin par rapport à sa mission et sa fonction pour laquelle Dieu l'a créée : 

la gestion du foyer et l'éducation de l'enfant" (p. 11). (َ) 

 

En fait, pour Hassan al-Banna, la femme est littéralement assignée au foyer, même pour la prière. 

 

" Admonestez celles dont vous craignez l'infidélité, / reléguez-les dans des chambres à part et frappez-les. " S. 

4, 34 et 223 

 

« Vos femmes sont pour vous des champs de labour, allez à votre champ comme vous le voudrez. »  

 

La plupart des personnes en enfer sont des femmes. : 

Muhammad a dit: « J'ai vu l'enfer peuplé surtout de femmes. » 

 

(hadîth, Vol. 1:28.301; 2:161; 7:124) 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau