FINANCEMENT DES MOSQUEES

 

Montpellier : 

 

C   est l   argent du contribuable qui a financé la mosquée. 

 

L   ancien maire socialiste de Montpellier, le bouillant Georges Frêche, avait par deux fois, en 1995 et 1999, 

refusé le projet de construction d   une mosquée dans sa ville alors que, pourtant, les fidèles étaient censés tout 

payer de leurs deniers, ne demandant au premier magistrat que la mise à leur disposition d   un terrain à des 

conditions avantageuses. 

 

Finalement, la pression se faisant insistante     et les élections approchant     il finit par se résoudre à faire 

construire 

 

« une salle polyvalente à caractère associatif » 

 

aux frais de la mairie. 

 

Ladite salle, comme bien on s   en doute, ne fut pas longtemps 

« polyvalente » mais rapidement « monovalente », puisque l   association franco-marocaine à laquelle la 

municipalité en avait confié la gestion a eu tôt fait de la transformer en mosquée. Le lieu est sous le contrôle 

d   un employé municipal, Lhoussine Tahri, lequel s   est assuré les services d   un imam marocain, Mohamed 

Khattabi. 

 

Tout aurait pu perdurer ainsi, dans une totale illégalité, si des adversaires de l   imam n   avaient porté l   affaire 

devant le tribunal administratif qui, en 2006 a donné tort à la mairie : selon la loi de séparation des églises et 

de l   Etat, elle n   avait pas le droit de financer ce qui était devenu un lieu de culte. 

Décision récemment confirmée en appel. 

 

Quel était donc l   objectif des plaignants, musulmans eux aussi ? L   amour du droit français ? Que nenni : tout 

simplement déposséder la mairie de la pseudo « salle polyvalente » pour se l   approprier, puis expulser 

l   imam en place pour le remplacer par l   un des leurs, marocain également, mais en désaccord avec l   autre ! 

 

Officiellement, il s   agissait de mettre un peu d   ordre financier et administratif dans la gestion de la mosquée, 

comme l   explique leur avocat : 

 

« L   association responsable de la salle n   est plus gérée depuis deux ans ! Cela fait deux ans qu   il n   y a eu 

aucune approbation des comptes. » 

 

Georges Frêche n   est plus maire ; il a refilé l   encombrant bébé à son successeur, socialiste, Hélène  

Mandoux. Or, la semaine dernière, lors d   une réunion publique, devant les habitants d   un quartier à forte 

présence immigrée, elle a accepté que ces musulmans gèrent la mosquée, renonçant officiellement à son 

caractère « polyvalent », ce qui, dès 1995, était l   objectif poursuivi par les musulmans de Montpellier. 

Elle a dû, certes, préciser que l   association musulmane devrait d   abord racheter la salle, mais elle leur serait 

vendue moyennant une somme symbolique, le terrain étant loué à un prix dérisoire. Il s   agit donc du don 

d   un bâtiment construit avec les deniers du contribuable. 

Reste à savoir, quand cette « vente » à un prix défiant toute concurrence sera effective, ce qu   en dira le 

tribunal administratif. 

 

Source : Le Bulletin d   André Noël n°2142, mai 2009. 

 

A.I.L.     Ass.1901     23, rue Paul Vaillant-Couturier, 94700 MAISONS-ALFORT     Tél & Fax : 01 49 777 

333 


banoel@wanadoo.fr

 

http://observatoiredessubventions.com/category/autres-subventions/on-ne-subventionne-pas-que-les-associations/religion/ 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau