HISTOIRE AFN (12)

HISTOIRE  AFN  (12)  

 

d) LES BYSANTINS. 

 

Nous avons donc raison de dire que les chrétiens anciens colons de Rome avaient disparu en grande partie à 

l'arrivée des Arabes. 

 

Quant aux Byzantins qui ne devaient pas être très nombreux puisqu'ils comprenaient surtout des soldats, des 

employés et des commerçants, il en a été de même. Les batailles sanglantes livrées par les Arabes, les razzias 

dévastatrices opérées dans toute l'Ifrikia, la fuite en masse de tous ceux qui purent échapper au cimeterre des 

Arabes ont dû en peu de temps réduire leur nombre à un chiffre tellement infime que « Mouça ibn Noceïr 

arrivant à Kairouan (7o4) vit l'lfrikia changée en une vaste solitude et y fit venir des populations d'origine 

étrangère qui se trouvaient dans les provinces éloignées.» 

 

« Lors de l'invasion du Magreb par Abd Allah ibn Sâad, les Roum se réunirent dans la péninsule de  Cherik 

(du cap Bon) et se dirigèrent en toute hâte vers Kelibya (Clypea) et les lieux voisins. S'étant alors embarqués, 

ils allèrent à l'île de Cossura (Pantellaria) » EL BEKRI, trad. p. 110) - IBN KHALDOUN., trad., I, p. 215. 

 

Nota. On ne sait si ce passage d'Ibn Khaldoun fait allusion à celui-ci dُEl Bekri : 

 

« Abci el Melek ibn Merouan ordonna à Abd et Aziz, son frère, gouverneur d'Egypte, d'envoyer à Tunis 1000 

Coptes avec leurs familles pour y construire une flotte afin de ravager le pays des Roum. Trad., de Slane, p- 94 

 

Les débris de la colonisation romaine et byzantine en partie exterminés, il ne reste en présence des Arabes que 

l'élément berbère. 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau