LES 5 PILIERS

LES  5  PILIERS  

 

D'où proviennent réellement les pratiques des 5 piliers de l'islam ? 

 

1er pilier : la profession de foi 

(en arabe : "el chahada") reprenant l'unicité de l'affirmation divine (en arabe "el tawhid") : ce dogme à été 

professé dès l'origine du judaïsme par Abraham et a constitué, et constitue encore, la spécialité de la religion 

juive, son identité même, et qui lui a valu tant d'opposition de la part des autres nations. Moïse et les prophètes 

ont, quant à eux, défendu cette unicité d'innombrables dieux et autres idoles (Bible : Deutéronome 6.4 ; etc.). 

 

Cette formule, "il n'y a pas d'autre Dieu que Allah", et qui constitue la première partie de la chahada provient 

de la Bible. Elle est souvent utilisé dans l'Ancien-Testament, et citée pour la première fois dans le livre de 

Samuel : "Il n'y a pas d'autres Dieu que Yahvé" (Bible : 1 Samuel 2.1). Mais elle est nettement détournée dans 

son sens originel en ayant inclus "et Muhammad est son prophète", et la preuve en est que Muhammad 

n'apparaît pas dans la chahada gravée en 688-691 par Abd al-Malik au fronton de la mosquée du Dôme du 

rocher de Jérusalem, comme on peut encore le constater, non plus que dans la chahada primitive présente dans 

le Coran (Sourate 3.19) qui dit : 

 

" La religion aux yeux d'Allah, c'est la soumission (l'islam).". De même dans celle en vigueur jusqu'en 775, 

qui disait : "  Il n'y a de divinité qu'Allah, pas d'associé à lui. ", point finale, il y' a pas de Muhammad ! 

Ensuite, la foi chrétienne, en tant qu'accomplissement des Ecritures, ne s'est évidemment pas écartée de cette 

affirmation dans le dogme de la Sainte Trinité qui est : "Un seule Dieu en trois Personnes". 

 

2ème pilier : la prière rituelle (en arabe : "el salat"), (c'est-à-dire l'ensemble des cinq prières que le musulman 

doit réciter chaque jour) : son rythme est calqué sur la prière des moines chrétiens orientaux : elle se pratique 

encore aujourd'hui dans beaucoup de communautés religieuses orientales ou occidentales et à laquelle 

s'associaient et s'associent toujours de nombreux fidèles. On retrouve également ce rythme dans les cinq 

offices divins dont les prêtres catholiques doivent s'acquitter chaque jour. 

 

 

3ème pilier : l'aumône légale (en arabe : "el zakat") : elle est apparentée à l'aumône judéo-chrétienne, même 

si elle revêt aujourd'hui, comme son nom  l'indique, un caractère plus légal. Elle reprend la tradition ancestrale 

qui court tout au long de la Bible. Les prophètes de l'Ancien-Testament, tout comme Jésus lui même, ont bien 

souvent fustigés ceux des responsables de l'ancienne comme de la nouvelle Alliance qui se refusaient à venir 

en aide aux pauvres, aux orphelins, aux veuves, etc (Bible : Marc 14.7 ; Actes 4.34 ; 1 Timothée 6.18 ; 

Jacques 4.17). 

 

4ème pilier : le jeûne du ramadan (en arabe : "el ramadan") : il est emprunté à la tradition chrétienne du 

carême : cette période de jeûne avant la "fête de rupture du jeûne" (en arabe "id el fitr"), fait évidemment 

penser au jeûne du Carême des chrétiens avant la fête de Pâques. D'autant plus que le mot arabe "ramad" 

signifie "cendres", ce qui n'est pas sans rapport, on s'en doute avec le premier jour du Carême appelé 

"Mercredi des Cendres", où l'Eglise invite les fidèles à considérer la pauvreté de la condition humaine selon la 

célèbre expression biblique : "Tu es poussière et tu retourneras à la poussière" (Genèse 3.16). 

 

5ème pilier : le pèlerinage à La Mecque (en arabe : "el hajj") : il ne fait que reprendre la grande et séculaire 

tradition juive du pèlerinage à Jérusalem (Bible : Deutéronome 12.14 ; Tobie 1.6 etc.), et celle non moins 

séculaire des chrétiens sur le tombeau du Christ depuis sa mort au Golgotha. L'on sait d'autre part l'importance 

de cette cité sainte pour les premiers groupes judéo-chrétiens, et plus spécialement du groupe hérétique 

ébionite qui l'a conquise pour la première fois quelques années seulement après la formation du premier 

groupe musulman (les "mouhadjiroum") avec l'aide du premier groupe conquérant arabe. 

 

Où l'on voit que l'islam n'a non seulement rien apporté de nouveau, mais s'est bien plutôt enrichi des valeurs 

d'autrui ! 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau