N'ADIR

N'ADIR  

 

NلADIR (AVERTISSEUR)

 

Etre avertisseur nلest pas une fonction mineure. Cلest une très grande dignité qui résulte du choix de Dieu. 

Tous les Patriarches, Apôtres et Prophètes dلIsraël ne furent rien dلautre, eux aussi, que des chargés de 

mission de la part du Tout-Puissant. Par eux, le peuple juif a reçu communication du message de Vérité pour 

lلannoncer à son tour à lلhumanité entière. Qui écoute les apôtres juifs est assuré du salut. 

Moi-même qui tلinstruis, dit le maître, 

 

« Si ceci vient de Dieu et que vous nلy croyiez pas alors quلun témoin parmi les fils dلIsraël reconnaît sa 

conformité avec les messages antérieurs et quلil y croit. » S. 46, 10 

 

Je suis un avertisseur auprès de toi pour que tu deviennes lلavertisseur de ton peuple. Est-ce chose possible ? 

 

« Déjà nous tلavons donné les sept versets qui doivent être répétés constamment, ainsi que le grand Coran.» 

S. 15, 87 

 

« Nous avons fait descendre le Coran durant la nuit de la destinée.» S. 97, 1 

 

« Raconte-leur lلhistoire des hôtes dلAbraham » (S. 15, 51) 

 

« Nous tلenseignerons à réciter le Coran, et tu nلen oublieras rien.» S. 87, 6 

 

« Psalmodie avec soin le Qoلrân.» (S. 73, 4) 

 

« Ne remue pas ta langue, en le disant, en vue de le hâter. Cلest à nous de le rassembler et de le réciter. 

 

Quand nous le déclamons, suis-en bien la déclamation ; et ensuite, cلest à nous dلen expliquer le texte.» (S. 

75, 16-19) 

 

« Je ne suis pas un innovateur parmi les apôtres   .Je ne sais pas ce qui mلa été révélé et ne suis quلun 

avertisseur sincère.» (S. 46, 9) 

 

« Oui, je suis pour vous et de sa part un avertisseur explicite.» (S. 51, 51) 

 

« Nous tلavons révélé que tu avais à suivre la religion dلAbraham qui était orthodoxe, et nلétait point du 

nombre des idolâtres.» (S. 16, 123 فS. 2, 136) 

 

« Nous donnâmes à Moïse le Livre de la Loi.» (S. 17, 2) 

« Dites : اNous croyons en Dieu, à ce qui nous a été révélé, à ce qui a été révélé à Abraham, à Ismaël, à Isaac, 

à Jacob et aux tributs ; à ce qui a été donné à Moïse et à Jésus.» (S. 2, 136) 

 

Tu es le premier arabe quلAllah a honoré dلune pareille mission, après tلavoir accordé la grâce de Le 

connaître et de devenir ainsi à la Mecque, le premier mouslim, musulman. 

 

« A Lui, nul associé, cلest ce qui mلa été ordonné et je suis le premier des musulmans.» 

(S. 6, 163) 

 

« La révélation de lلEcriture, il nلy a sur ce point aucun doute, émane du Seigneur des Siècles. Diront-ils : 

اIl lلa forgéeل ? Non point ! Elle est la vérité émanant de ton Seigneur pour que tu avertisses un peuple, 

auquel avant toi, nلest venu aucun avertisseur. » (S. 32, 3-2). 

 

Cette citation prouve que Muhammad nلétait pas illettré, comme il est couramment admis. Traduire la S. 7, 

157 

 

« Croyez en Allah et en son envoyé, le prophète illettré » 

 

révèle une méconnaissance des textes. Blachère, suivi par de nombreux islamisants a traduit : « Croyez en 

Allah et en son apôtre, le prophète des gentils qui croit en Allah et en ses arrêts. », entendons, le prophètes des 

illettrés, cلest-à-dire les bédouins qui ne possédaient pas le Livre Saint. (Confirmé par S. 62, 2) 

 

Ce nلest pas à toi quلa été révélée lلEcriture, bien entendu : 

 

« Tu nلétais pas sur le flanc du Sinaï quand nous (interpellâmes) Moïse. Mais par une grâce de ton Seigneur, 

tu en as reçu  connaissance pour avertir un peuple auquel nلétait venu nul avertisseur avant toi. » (S. 28, 

43-46). 

 

Et pour cause : 

 

« Cلest à MOÏSE que Dieu a parlé clairement. » 

(S. 4, 164) 

 

« Je professe la Religion de mes pères : Abraham, Isaac et Jacob.» S. 12, 38 

« Oui, je crois, il nلy a de Dieu que celui  en qui les fils dلIsraël croient. » S. 10, 90) 

 

Revenons sur le Qoلrân. 

 

En hébreu, le verbe LIRE a pour racine QR, qaro (à lلinfinitif, liqaro), dont le substantif verbal qria. Il est 

évident que ce que le maître va enseigner à son disciple et que celui-ci apprendra par c”ur en le scandant, 

cلest la loi juive, le livre de Direction. Dans sa bouche, le qoلrân ne peut signifier rien dلautre que celui de 

Moïse, le Pentateuque. Nous lisons ce mot 58 fois dans les sourates mecquoises, et partout, sans aucune 

exception, il désignera le qoلrân hébreu (la Torah), le seul qui existe à lلépoque de la sourate 73, puisquلil 

nلen existe encore aucune adaptation arabe. Cette traduction en arabe, le maître va la réaliser 

progressivement. 

 

«   Quoi ! nلest-elle pas venue à eux la Preuve qui est dans les premières feuilles.» (S. 20, 133) 

 

Mais si ! vous lلavez ! Vous avez maintenant un Coran arabe. (Corab: transposition en arabe du Pentateuque) 

 

Ce Coran, le voici ! Il est explicitement mentionné pour la première fois, sourate 20, 113 : 

 

« Nous avons révélé ceci comme un Coran arabe (Corab). Nous y avons adressé aux hommes des menaces. 

Puissent-ils se comporter en craignant (Dieu) et en faire (un objet) de réminiscence. » 

 

Conclusion : Le Coran arabe et le Coran actuel ou Actes ont été écrits par un maître ès Bible et Talmud, un 

moine ébionite très certainement. 

 

« Dieu veut vous diriger et vous montrer les pratiques de ceux qui furent avant vous ». (S. 4, 26) 

Ce maître secret a formé Muhammad pour que celui-ci enseigne le Coran aux arabes. 

 

http://perso.wanadoo.fr/aria7000/secrets5.html 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau