NI ALLAH NI MAITRE

NI  ALLAH  NI  MAITRE  

 

NI ALLAH NI MAÎTRE 

 

Double courage que celui dœune femme qui affronte à la fois la haine des islamistes et un cancer : 

 

Nadia El Fani est venue au festival de Cannes chauve, car elle est en chimiothérapie. Son documentaire Ni 

Allah ni maître , produit par les Français de Kœien Productions, est projeté ce 18 mai dans le cadre du marché 

du film, le même jour quœun autre réalisateur tunisien, Mourad Ben Cheikh, qui bénéficie dœune séance 

spéciale en sélection officielle avec Plus jamais peur. 

Elle nous a accordé un entretien avant la projection. 

 

Nadia El Fani est une réalisatrice tunisienne exilée en France depuis dix ans. Elle a commencé à tourner 

 

avant la « Révolution du jasmin » son documentaire Ni Allah ni maître , et lœa terminé après. Une projection, 

le 24 avril dernier à Tunis, en clôture du festival de documentaires, sœest déroulée dans une ambiance calme 

et accueillante. La réalisatrice a donné une interview a Hannibal TV, entretien qui a été repris tronqué et 

remonté sur Internet et a valu à Nadia El Fani dœêtre désignée sur le web comme la personne à faire taire : dès 

le 1er mai se  créaient des comptes Facebook, dont 

 

« Pour qu'il y ait dix millions de crachats sur la tête de cette truie chauve » 

 

qui compte 35 000 adeptes. Elle a déposé deux plaintes pour menaces de mort, en France et en Tunisie. Et des 

tags portant le titre de son film fleurissent sur les murs parisiens. 

 

DOCUMENTAIRE A VOIR ! 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau