SITES CATHOLIQUES (3)

 

Recherche embryonnaire 

 

 

Recherche embryonnaire : 

 

Cُest certainement la meilleure nouvelle des dix dernières années. 

 

Jan Wilmut, père de Dolly le premier mammifère cloné, a décidé de renoncer au clonage humain comme 

méthode de reproduction de lُêtre humain et à défaut de création des lignées de cellules souches 

embryonnaires. 

 

Rappelons de quoi il sُagit. 

 

Cloner signifie créer des embryons sans lُaide de spermatozoïdes en injectant le noyau de nُimporte quelle 

cellule dans un ovule. Ce qui permettrait peut-être de fabriquer des embryons humains pour les utiliser pour 

lُexpérimentation. Et même de créer en laboratoire un être humain coupé de toute paternité, ce qui nُa pas 

encore été réalisé et nُest peut-être pas réalisable. 

 

Le savant pose quatre affirmations 

 

1) En clonant, nous risquons de transmettre ou dُinduire des maladies génétiques. 

 

2) Les lignées de cellules souches embryonnaires nُont aucun intérêt vis-à-vis des cellules souches dites 

adultes que lُon trouve partout et qui nُont pas les mêmes inconvénients. 

 

 

3) Il est possible de transformer les cellules souches adultes de manière à ce quُelles aient la même efficacité 

que les cellules embryonnaires. 

 

4) Ce type de manipulations pose un problème dُordre moral. 

Ainsi le « pape » du clonage renonce à cloner des êtres humains, estimant que cُest à la fois inutile et 

immoral, même au nom dُhypothétiques bénéfices thérapeutiques. 

 

Or, Madame Valérie Pécresse vient dُinaugurer I Stem dirigé par le docteur Peschanski pour précisément 

faire les recherches auxquelles Wilmut vient de renoncer. I Stem est financé pour moitié par lُargent du 

contribuable et pour lُautre moitié par le Téléthon. 

 

Peschanski est lui-même payé par lُEurope pour faire les recherches sur ce créneau : celui du clonage 

embryonnaire dit 

« thérapeutique ». 

 

Rappelons cette phrase de Peschanski dans Science et Avenir du septembre 2005 (p.44) : 

« De pouvoir démontrer lُutilité du clonage, mais, ça je suis capable de le faire sur le champ ». 

 

Apparemment Wilmut, le premier biologiste à avoir tenté une telle démonstration nous dit exactement le 

contraire. Cُest un véritable coup de tonnerre dans le monde du 

« scientifiquement correct ». 

 

Dr Jean-Pierre Dickès 

 

Président de lُAssociation Catholique des Infirmières et Médecins. 

 

La rentrée de Septembre avec l'Institut I-Stem, est placée sous le signe de la *Confusion et du Mensonge*. 

 

L'ensemble de la presse a évoqué avec emphase l'inauguration à Evry le 11 septembre par le ministre Valérie 

Pécresse de l'Institut I-Stem dirigé par le professeur Marc Pechanski. 

 

Ce qui frappe dans tous les textes publiés à ce sujet est leur côté incomplet, partial, pour tout dire malhonnête. 

On veut faire croire que "l'expérimentation embryonnaire" est la voie - la seule voie - qui permettra de guérir 

les maladies dégénératives comme les maladies géniques. 

 

Pour les maladies géniques, l'attitude actuelle des chercheurs consiste à supprimer les malades pour  éradiquer 

la maladie : 

 

On ne voit pas très comment avec de tels principes, pourrait en découler un jour un succès thérapeutique... 

On l'a vu l'an dernier avec le Téléthon. 

 

Pour les maladies dégénératives, l'avenir réside dans l'utilisation des cellules souches adultes, en particulier 

issues du sang du cordon ombilical, comme le prouvent les travaux de l'équipe du Professeur Mac Guckin et 

du docteur Nicolas Foraz de l'Université de Newcastle (GB). Toute la communauté scientifique internationale 

le sait, pour une raison simple : 

 

les cellules souches embryonnaires sont  cancérigènes (à cause de leur fort pouvoir de multiplication). 

 

Dans le "Quotidien du Médecin" du 17 septembre on trouve ainsi ces affirmations hasardeuses, pour définir 

les cellules souches embryonnaires : 

 

1° "Elles sont les seules cellules non pathogènes", ce qui n'est pas vrai puisqu'elles sont cancérigènes, 

 

2° "Elles sont immortelles", ce qui est encore plus faux, l'immortalité est un attribut de l'âme ou de Dieu... 

 

Pourquoi alors tous ces mensonges ? Pourquoi sous-évaluer les cellules souches adultes, pourquoi ne jamais 

évoquer les possibilités du sang du cordon ? 

A cause de "l'ectogénèse" - 

 

la fabrication entièrement artificielle de l'être humain - en dehors de la sexualité, en dehors même de l'utérus, 

véritable obsession de certains chercheurs. Avec à la clef le clonage humain, les chimères hybrides, et toutes 

les fantasmagories extravagantes qui germent dans le cerveau de chercheurs dépourvus de sens moral, et 

qu'autorisent des lois perverses votées par des politiques incompétents. 

 

Nous publions le dernier texte du Dr Dickès sur Rosa Mystica : 

 

Le Dr Dickès, de retour des Philippines, commente: 

 

"Ce qui a été fait à General Santos, nom de la ville du sud de Mindanao la principale île des Philippines, 

menacée par le terrorisme, apparaît comme un événement sans pareil au sein de la Tradition. Mais aussi pour 

les Philippins eux-mêmes. La mission médicale d¹Acim Asia a fait l¹objet de deux reportages à la télévision 

nationale. 

 

Pourquoi ? elle a surpris par son ampleur dans un pays d¹une pauvreté extrême et où ce genre d¹opération est 

souvent très limité à quelques volontaires." 

 

La suite : 

 

 

La Porte Latine - 

 

 

nous a fait l'honneur de publier un reportage complet sur ACIM Asia et l'opération Rosa Mystica. 

La mission intitulée Rosa Mystica est assurée par 42 personnes inscrites à ce jour (auxquelles il convient 

dُajouter un et probablement deux prêtres). Soit plus précisément 17 médecins, 1 dentiste, 18 infirmières, 

2 pharmaciennes. 

 

Ces personnes viennent de 7 pays : Australie, Corée du Sud, Etats-Unis, France, Singapour, Malaisie et 

Philippines. 

 

Pour accéder à ce reportage, cliquez sur Rosa Mystica : 

 

http://www.laportelatine.org/international/communic/presse/asie/2007/acimasia/acimasia.php 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau