LA REPUBLIQUE CONTRE LE CHRIST

 

ENTRETIEN DE Mgr PIE avec l'EMPEREUR NAPOLEON III le 15 Mars 1856

 

            Dans une entrevue mémorable, avec un courage apostolique digne du Christ-Roi, Mgr Pie donna au prince une leçon de droit chrétien :

            C'était donc en 1856, le 15 mars. A l'empereur qui se flattait d'avoir fait pour la religion plus que la Restauration elle-même, il répondit : " Je m'empresse de rendre justice aux religieuses dispositions de votre Majesté et je sais reconnaître, Sire, les services qu'elle a rendus à Rome et à l'Eglise, particulièrement dans les premières années de son gouvernement. Peut-être la Restauration n'a-t-elle pas fait plus que vous ? Mais laissez-moi ajouter que ni la Restauration ni vous, n'avez fait pour Dieu ce qu'il fallait faire, parce que ni l'un ni l'autre vous n'avez relevé son trône, parce que ni l'un ni l'autre vous n'avez renié les principes de la Révolution dont vous combattez cependant les conséquences pratiques, parce que l'évangile social dont s'inspire l'Etat est encore la déclaration des droits de l'homme, laquelle n'est autre chose, Sire, que la négation formelle des droits de Dieu.

" Or, c'est le droit de Dieu de commander aux Etats comme aux individus. Ce n'est pas pour autre chose que Notre Seigneur est venu sur la terre. Il doit y régner en inspirant les lois, en sanctifiant les mœurs, en éclairant l'enseignement, en dirigeant les conseils, en réglant les actions des gouvernements comme des gouvernés.

Partout où Jésus-Christ n'exerce pas ce règne, il y a désordre et décadence.

" Or, j'ai le devoir de vous dire qu'Il ne règne pas parmi nous et que notre Constitution n'est pas, loin de là, celle d'un Etat chrétien et catholique. Notre droit public établit bien que la religion catholique est celle de la majorité des Français, mais il ajoute que les autres cultes ont droit à une égale protection. N'est-ce pas proclamer équivalemment que la constitution protège pareillement la vérité et l'erreur ? Eh bien ! Sire, savez-vous ce que Jésus-Christ répond aux gouvernements qui se rendent coupables d'une telle contradiction ? Jésus-Christ, Roi du ciel et de la terre leur répond : " Et Moi aussi, gouvernements qui vous succédez en vous renversant les uns les autres, Moi aussi je vous accorde une égale protection. J'ai accordé la même protection aux Bourbons, la même protection à Louis-Philippe, la même protection à la République et à vous aussi la même protection vous sera accordée. "

L'empereur arrêta l'évêque : " Mais encore, croyez-vous que l'époque où nous vivons comporte cet état de choses, et que le moment soit venu d'établir ce règne exclusivement religieux que vous me demandez ? Ne pensez-vous pas, Monseigneur, que ce serait déchaîner toutes les mauvaises passions ? "

" Sire, quand de grands politiques comme votre Majesté m'objectent que le moment n'est pas venu, je n'ai qu'à m'incliner parce que je ne suis pas un grand politique. Mais je suis EVEQUE, et comme évêque, je leur réponds :

" Le moment n'est pas venu pour Jésus-Christ de régner, eh bien ! alors le moment n'est pas venu pour les gouvernements de durer "

(extrait de : La Royauté sociale de Notre Seigneur Jésus-Christ d'après le Card. Pie. Ed. de Chiré-86190 -CHIRE )

" Car un petit enfant nous est né, un fils nous est donné. La souveraineté repose sur son épaule, et il se nomme : Conseiller merveilleux, Dieu fort, Père éternel, Prince de la Paix." ( Isaïe IX, 5 )

Cette souveraineté est l'exercice de l'Autorité divine, Autorité qui, seule, a un pouvoir absolu et infaillible. C'est la notion théologique du souverain bien qui est Dieu lui-même. Il s'exerce sur l'homme et pour le bien de l'homme. C'est en ce sens seulement que Notre Seigneur Jésus-Christ sert l'homme pour le sauver, car l'homme n'a pas à se servir de Dieu, mais à Le servir.

« Sachons reconnaître que l’abandon des principes est la vraie cause de nos désastres. Une nation chrétienne ne peut impunément déchirer les pages séculaires de son histoire, rompre la chaîne de ses instructions, inscrire en tête de sa Constitution la négation des droits de Dieu, bannir toute pensée religieuse de ses codes et de son enseignement public. Dans ces conditions, elle ne fera jamais qu’une halte dans le désordre, elle oscillera perpétuellement entre le césarisme et l’anarchie, ces deux formes également honteuses des décadences païennes.»

Comte de Chambord, déclaration du 8 mai 1871

Lecture et Tradition n° 77 – www.chire.fr

 

            Mais alors, la REVOLUTION, qu'est-ce que c'est ? Citons Mgr GAUME :

 

" Si, arrachant son masque, vous lui demandez (à la Révolution) : qui es-tu ? elle vous dira : " Je ne suis pas ce que l'on croit. Beaucoup parlent de moi et bien peu me connaissent. Je ne suis ni le carbonarisme…ni l'émeute…ni le changement de la monarchie en république, ni la substitution d'une dynastie à une autre, ni le trouble momentané de l'ordre public. Je ne suis ni les hurlements des Jacobins, ni les fureurs de la Montagne, ni le combat des barricades, ni le pillage, ni l'incendie, ni la loi agraire, ni la guillotine, ni les noyades. Je ne suis ni Marat, ni Robespierre, ni Babeuf, ni Mazzini, ni Kossuth. Ces hommes sont mes fils, ils ne sont pas moi. Ces choses sont mes œuvres, elles ne sont pas moi. Ces hommes et ces choses sont des faits passagers et moi je suis un état permanent.

Je suis la haine de tout ordre que l'homme n'a pas établi et dans lequel il n'est pas roi et Dieu tout ensemble. Je suis la proclamation des droits de l'homme sans souci des droits de Dieu. Je suis la fondation de l'état religieux et social sur la volonté de l'homme au lieu de la volonté de Dieu. Je suis Dieu détrôné et l'homme à sa place. Voilà pourquoi je m'appelle Révolution, c'est-à-dire renversement."

C'est SATAN, l'ange déchu qui a entraîné EVE et ADAM, qui veut la perte de l'humanité et prendre la place du CHRIST. (extrait de : Pour qu'Il règne de Jean Ousset - Ed.DMM )

 

ILLUSTRATION SONORE : https://www.youtube.com/watch?time_continue=18&v=zfwsbKxnDjM

 

Concluons avec Saint Jean, ch 3,v.16-17 :" Dieu a tellement aimé le monde qu'il lui a donné son Fils Unique afin que tous ceux qui croient en Lui ne périssent pas, mais qu'ils aient la Vie éternelle. Car Dieu n'a pas envoyé le Fils dans le monde non pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par Lui."

 

CHRISTUS VINCIT, CHRISTUS REGNAT, CHRISTUS IMPERAT

 

LA REPUBLIQUE CONTRE LE CHRIST, VRAI ROI DE FRANCE

 

Non seulement notre nation refusant toute référence à son baptême, sur les fonts baptismaux de Reims en 496, se glorifie d'être une république laïque (comme des terroristes se glorifient de leurs attentats...) mais encore elle refuse que l'Europe fasse mention de SON HÉRITAGE RELIGIEUX (cet héritage religieux qui est justement la source de tous ses progrès spirituels, intellectuels et matériels)

De nouvelles informations ont été données sur la suppression de la mention de l'héritage religieux de l'Europe dans la Charte des droits fondamentaux. A la fin de l'année dernière, de nombreuses voix s'étaient élevées chez les catholiques (et les protestants), y compris chez des personnalités engagées à gauche — comme en témoignait l'appel lancé par Témoignage chrétien (reproduit dans Chrétiens dans la Cité n° 83 du 1° janvier 2001). On savait que Lionel Jospin était monté en première ligne contre cette mention proposée par les chrétiens-sociaux allemands. Or le Premier ministre, dans une mise au point publiée par Le Figaro (30/7), a précisé que cette intervention avait été prise "d'un commun accord" avec le président de la République. Le Monde (1/9) ajoute : "Cette version des faits est confirmée  par l'Elysée : Jacques Chirac et Lionel Jospin ont téléphoné à Roman Herzog, ancien président de la République fédérale d'Allemagne et président de la convention  chargée de rédiger la charte pour lui demander de modifier l’expression en cause."

Le rôle clé a été joué en cette affaire par le représentant du gouvernement français dans la commission préparatoire, le juriste Guy Braibant, premier communiste à avoir été nommé conseiller d'Etat en France, ancien président de la section du rapport et des études de la plus haute juridiction administrative française. C'est lui qui a mis en garde l’Elysée et Matignon contre ce qu'il considérait être une atteinte à la laïcité constitutionnelle ! (Extrait de chrétiens dans la cité – N° 96 – 12 sept. 2001)

LE GAULLISTE Chirac connaît son maître DE Gaulle. En effet, la IV° République (constitution de 1946) à l’initiative du stalinien Emile FAJON et du parti communiste, la république en France est devenue constitutionnellement « laïque. »

Pourquoi ? En bon marxiste, il connaît la pensée de Lénine : « Dieu est l’ennemi personnel de la société communiste. Nous devons combattre la religion, c’est l’a-b-c de tout matérialisme, par conséquent, du communisme. »

Ainsi éclate au grand jour la COLLUSION (entente secrète en vue de tromper) droite-gauche, et il est temps que s'ouvrent enfin les yeux des naïfs qui s'illusionnent encore sur la "droiture" de nos gouvernants qui, en fait, détruisent notre nation. La parole de Léon XIII en 1884 demeure plus que jamais d'actualité :

TOUTE SOCIÉTÉ HUMAINE (la France comme l'Europe) QUI PRÉTEND EXCLURE DIEU DE SA CONSTITUTION ET DE SON GOUVERNEMENT…MERITE VRAIMENT QUE L’APPUI DU CIEL LUI SOIT REFUSE…ELLE PORTE DANS SES ENTRAILLES UN PRINCIPE SECRET DE MORT ET NE PEUT AVOIR L’ESPOIR DE DURER

On se souvient que lors de son premier voyage en France en 1980, Jean-Paul II avait interpellé la Fille aînée de l’Eglise : « Es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ? »

A Reims, le 22 septembre 1996, le Pape ajoutait encore avec cette précision pour notre nation, hélas, apostate :

« Vous pouvez être la lumière qui illumine les autres…ou bien vous pouvez devenir le contraire de cette lumière. »

 

Et précisément, la France, depuis 1789, a répandu par tout l’univers, l’ivraie de la révolte (de Satan) contre Dieu et les ténèbres de l’athéisme. L’illustre représentant du Siècle des Lumières, le grand Voltaire, « le patriarche des écraseurs », (dixit le roi de Prusse, Frédéric II) ne signait-il pas ses lettres par ces mots : «  Ecrasons l’infâme » (Jésus-Christ )

(Voltaire méconnu de Xavier Martin – Ed. DMM – p. 168) -Sources : Le Sourire de Marie  - N° 289 – Octobre 2001 - BP 6 – 53150 – MONTSURS -   http://www.civitas-institut.com/content/view/288/28/#4.

 

En 1848, le franc-maçon Garnier-Pagès avait déclaré :

« La République a ses racines dans la Maçonnerie et la Maçonnerie est la République secrète. »

« Le serpent inspirateur de désobéissance, d'insubordination et de révolte fut maudit par les anciens théocrates alors qu'il était en honneur parmi les initiés. (...) Rendre semblables à la divinité, tel était l'objet des anciens mystères. (...) De nos jours le programme n'a pas changé. » Le F. Oswald Wirth, grand initié dans : Le livre du Compagnon, p. 74

 

Déclaration du Député communiste LEROY à la Chambre dans la séance du 10 décembre 1998 :

« Il faut s'assurer que les valeurs fondatrices de la République, la laïcité au premier chef, sont bien inculquées aux enfants ... L'école de la République se doit de réagir au développement d'enseignements dogmatiques. Seule, l'école républicaine permet de transmettre l'esprit des Lumières face à l'obscurantisme » ( dit catholique : messe en latin St Pie V – Créationnisme – le Décalogue – l’enseignement de l’Eglise jusque PIE XII)

JULES FERRY : « Mon but est d'organiser l'humanité sans Dieu et sans roi. », « Nous avons promis la neutralité religieuse, nous n'avons pas promis la neutralité philosophique, pas plus que la neutralité politique. »

                D’où l’enseignement de l’ÉVOLUTIONNISME, base de l’enseignement du communisme. Nous sommes le produit de la matière évolutive ! Donc, l’intervention de Dieu Créateur n’existe pas !!!

Lire l’encyclique : VEHEMENTER NOS. Lettre encyclique du pape Pie X au peuple français, condamnant la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat - 11 février 1906. « Vous savez le but que se sont assignées les sectes impies qui courbent vos têtes sous leur joug, car elles l'ont elles-mêmes proclamé avec une cynique audace "

 

« Décatholiciser la France ».

« Tout le monde, petits et grands, soit marqué sur la main droite ou le front, de façon à ce que personne ne puisse acheter et vendre sans être marqué du nom de la Bête, ou du chiffre de son nom. C'est le moment de se servir de son intelligence. Ceux qui seront renseignés pourront calculer le chiffre de la Bête. C'est un chiffre d'homme; et ce chiffre est 666."(Ap.13)-Tel est le But du Communisme international : faire de nous des adorateurs de S a t a n !

http://www.prolognet.qc.ca/clyde/fran.htm - liberty-vox - http://www.qui-est-jesus.comhttp://www.algerie-francaise.org/

http://www.civitas-institut.com/content/view/269/110/  Ecrit par Thierry Martin   

 

http://www.torah-injil-jesus.com/pages/droits-de-dieu-droits-de-l-homme.html

http://www.torah-injil-jesus.com/pages/le-deluge-de-feu-1.html

http://www.torah-injil-jesus.com/pages/le-deluge-de-feu-suite-et-fin.html

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau