ISSA - JESUS - YESHOUA

ISSA -JESUS-YESHOUA (suite et fin) 

 

Quelle est la  logique de ce processus ? 

 

L'islam se perçoit comme la religion primordiale. Pour lui, le judaïsme et le christianisme n'en sont que des 

développements accessoires, et périmés. Les musulmans et eux seuls forment « la meilleure communauté au 

monde » (3.110) 

 

Car pour le Coran, Abraham (Ibrahim) est le prototype radical du monothéiste, soumis à Allah (3.66), le hânif. 

Les musulmans et eux seuls sont donc les vrais représentants de cette foi fondamentale d'Abraham dans le 

monde d'aujourd'hui! 

 

Or la religion de l'Abraham biblique et celle de l'Abraham coranique n'ont pas grand chose de commun. La 

ressemblance est purement formelle. Si l'Abraham de la Bible est le premier maillon vivant d'une chaîne 

historique de croyants en la promesse de Dieu, l'Abraham du Coran (Ibrahim) est un prophète qui proclame 

une foi intemporelle et abstraite en l'unicité d'Allah. L'Abraham biblique renonce à sacrifier son fils Isaac, 

(Ismaël, dans le Coran) car le « Dieu des vivants » a en horreur les sacrifices humains. 

 

Mais la relation à Dieu sous forme d'alliance, c'est à dire de réciprocité vivante et confiante, si fondamentale 

chez les juifs et les chrétiens, est absente dans l'islam. L'Abraham du Coran est le premier « soumis » de toute 

une série de personnages, Adam, Noé, Jésus, etc. Les prophètes du Premier Testament manquent à l'appel, car 

le sens du mot « prophète » (nabi en hébreu, rasûl en arabe) n'est pas le même en islam. 

 

Le musulman ISSA (=Jésus?)Ā 

 

Deux sources décrivent le personnage d'Issa, Jésus musulman : le Coran et les Hadith, les deux ayant autorité 

et constituant la sunna, la tradition islamique. 

Le Coran donne un bref aperçu de sa vie, tandis que les Hadith (collection de dits du prophète Mohamed) 

précisent son rôle dans la compréhension islamique des temps à venir. 

 

ISSA dans le Coran : 

 

Selon les sourates qui parlent de lui, Issa est un prophète de l'islam parmi d'autres, mais dont l'envergure est 

particulière. Son message est purement islamique, en relation avec Allah (3.84). Comme tous les prophètes 

avant lui, et comme Mohamed après lui, Issa n'a pour seul but que de donner la loi de l'islam, et de ce fait, ses 

disciples appelés chrétiens devraient s'en remettre à cette seule loi (3.50; 5.48) car, au départ, ils étaient 

naturellement soumis à Allah en affirmant: « nous sommes croyants », en d'autres termes: « nous sommes 

musulmans » (5.111). 

 

Les Livres 

 

Comme tous les prophètes de l'islam avant lui, Issa a reçu sa révélation de l'islam sous la forme d'un livre 

(6.90), appelé injil , (déformation de: évangile). La Torah était le livre d'Abraham, (!) et le Zabour (psaumes) 

était le livre de Daoud (David). 

C'est pourquoi les juifs et les chrétiens sont appelés les « gens du livre« . (ahl al kitab) Mais la seule religion 

révélée dans  tous ces livres, c'est l'islam (3.18). 

La révélation donnée à Issa confirme les prophètes qui l'ont précédé (3.49, 84; 5.46; 61.6). Mohamed 

lui-même, « sceau des prophètes », a authentifié toutes les révélations antérieures, celle d'Issa incluse (4.47). 

C'est la raison pour laquelle les musulmans doivent croire dans la révélation que Issa a reçue (2.136) tout en 

sachant que son livre, injil, a été détourné de sa forme originelle par ses adeptes, et que, de nos jours, seul le 

Coran est le guide sûr pour accéder à l'enseignement d'Issa ! 

 

La biographie coranique de Issa 

 

Selon le Coran, Issa était « Messie ». Il était sous l'influence du Saint Esprit (2.87; 5.110). Il est également 

présenté comme parole d'Allah (4.171). 

La mère de Issa, Mariam, était la fille d'Imram (3.34,35) (cf le Amram de l'Exode) et la s   ur d'Aaron et de 

Moïse (19.28). Elle avait été adoptée par Zakariah (père de Jean-Baptiste) (3.36). Toujours vierge, Mariam 

donna naissance à Issa, seule dans un lieu désert, non pas à Bethlehem de Judée, mais sous le palmier dattier 

(19.22s) d'une oasis. 

Issa se mit à  parler, encore bébé, dans son berceau (3.46; 5.110; 19.30). Il réalisa de nombreux prodiges, 

comme d'insuffler la vie à des oiseaux d'argile, de guérir les aveugles et les lépreux, de relever des morts 

(3.49; 5.111). Mais surtout, il annonça la venue de Mohamed (61.6). 

Issa n'est pas mort sur une croix 

Le Coran rectifie les messages qui l'ont précédé, car « les chrétiens et les juifs ont corrompu leurs Ecritures » 

(3.74-77; 113). Bien que les chrétiens croient que Jésus est mort en croix, il ne fut en réalité ni tué ni crucifié, 

et ceux qui affirment la crucifixion sont des menteurs (4.157). 

Issa n'est jamais mort, mais a connu une ascension auprès d'Allah (4.158). C'est pourquoi, au jour de la 

résurrection, Issa en personne portera un témoignage d'accusation contre les juifs et les chrétiens qui ont cru à 

sa mort en croix (4.159). 

 

Les vrais chrétiens devraient accepter l'islam 

De la part des chrétiens et des juifs, il est impardonnable d'ignorer le fait que Mohamed a transmis le Coran 

comme claire évidence de la révélation d'Allah (98.1). Mohamed était même le cadeau d'Allah aux chrétiens, 

venu corriger leur mauvaise interprétation et leur déviance. Ils devraient donc accepter Mohamed comme 

messager d'Allah, et le Coran comme la révélation finale! (5.15; 57.28; 4.47). 

Les « vrais » chrétiens étant par définition incapables d'aimer les ennemis de Mohamed (58.22), de ce fait, 

quiconque s'oppose au message de Mohamed ne peut pas être un vrai chrétien. 

 

Les chrétiens qui refusent ou acceptent l'islam 

Quelques juifs et chrétiens sont de vrais croyants, car ils acceptent l'islam, ne parlent ni n'agissent en sa 

défaveur; mais la plupart, indifférents ou hostiles, sont des transgresseurs (3.109) qui seront châtiés, puisque 

ceux qui refusent de reconnaître la mission de Mohamed iront en enfer (98.6). 

Pour le Coran, il est clair que les musulmans ne devraient « jamais prendre pour amis des juifs ou des 

chrétiens » (5.51). Ils doivent plutôt les combattre jusqu'à ce qu'ils se soumettent, payent la taxe de dhimmi, et 

soient humiliés (9.29). 

 

Des centaines de versets coraniques sont de fait consacrés au « jihad dans le sentier d'Allah » (= guerre armée 

contre les infidèles). On trouve dans ce livre « sacré » plus fréquemment les termes de combattre et de tuer (« 

Tuez les associateurs=faqtulû-l-musrikîna     S. 9,5, verset appelé : verset du sabre) que le mot prier.      

 

Il existe un Livre du Jihad dans toutes les collections de Hadith, ce qui prouve la centralité de ce thème 

combattant, assimilé à un 6ème pilier de l'islam pour tout un courant historique. 

Voici le hadith 1080 page 466 du livre : La Réalisation du but     Boulough Al-Marâm     Daroussalam     page 

466 

 

« On rapporte d'Abi Hourayra qui disait : Le Prophète avait dit :    Quiconque meurt sans faire le Jihad (la 

guerre sainte) ni y penser, mourra en une filière d'hypocrisie' » [hadîth rapporté par Mouslim] 

La note n° 5 stipule : « On doit participer au Jihâd armé si on en obtient la chance. » 

Note en bas de la page 64 concernant le verset 190 de la sourate 2     Al-Baqarah. 

Le sens des versets du Saint Qour'ân     Cheikh Boumeira Abdou Daouda - Essalam 

 

Ce verset est le premier révélé en ce qui concerne le Djihâd. Il a été par la suite suppléé par d'autres comme le 

verset 36 de la sourate 9 

 

« Le Djihâd ou le combat sacré dans la voix d'Allah par tous les moyens (force - armements - logistiques - 

finances - savoir) occupe une place importantes en Islam et constitue une des bases fondamentales sur 

lesquelles repose la religion islamique. En effet, c'est grâce au Djihâd que l'Islam continue à exister ; la parole 

d'Allah (lâ ilâha illallâh) et sa loi sont rehaussés et la religion est propagée. Si le Djihâd est abandonné, 

qu'Allah nous en préserve ! l'Islam sera détruit, les musulmans tomberont dans l'avilissement et perdront leur 

honneur ; leurs terres seront occupées et leur loi disparaîtra. Ainsi le Djihâd est un devoir obligatoire pour tout 

musulman. Et quiconque parmi les musulmans essaie de s'y dérober ou ne nourrit pas en son for intérieur le 

dessin de combattre dans la voie d'Allah, mourra avec certaines qualités des hypocrites. » 

 

Les croyances des chrétiens 

Il est expressément demandé aux chrétiens de ne pas croire que Issa est le Fils de Dieu. 

La paternité étant perçue sur le plan purement biologique, la transcendante majesté d'Allah est évidemment 

incompatible avec le fait d'avoir un « fils » (4.172; 25.2). 

 

Issa n'était simplement qu'une créature humaine, et un serviteur d'Allah. (4.172; 3.59). (Voir Arianisme) 

Le Coran accuse les chrétiens de blasphémer, parce qu'ils croient en une famille de dieux: Dieu le Père, Marie 

la mère, et Issa le FilsĀ Pourtant Issa a rejeté cet enseignement (5.116). La doctrine de la trinité est une 

mécréance, et une destinée douloureuse attend inévitablement ceux qui y adhèrent (5.73) car le blasphème 

mérite les plus sévères sanctions. Les « associateurs = mushrikîna » auront un châtiment particulièrement 

sévère en raison de cette impiété impardonnable aux yeux de l'islam (shirk=association). S. 98, 6 

 

Issa (mal traduit par Jésus) dans les Hadîth: 

 

Issa, le destructeur de la chrétienté ! 

 

La deuxième source officielle de la croyance islamique (aussi importante que le Coran lui-même) considère 

que le prophète Issa va jouer un rôle important à la fin des temps: il fera la guerre à toutes les religions, 

jusqu'à leur destruction, démontrant ainsi le triomphe de l'islamĀ 

Dans une tradition, nous lisons que de nouveaux prophètes n'apparaîtront plus sur terre avant que Issa ne 

revienne, comme un homme de taille moyenne, au teint rougissant, portant deux vêtements légers, des gouttes 

tombant de sa tête, bien qu'il ne soit pas mouillé. Il combattra pour la cause de l'islam. 

Issa « brisera la croix », « tuera les porcs » et abolira la taxe (djyza) imposée aux infidèles (al-Kâfirûn) 

soumis. Allah détruira alors toutes les religions, à l'exception de l'islam. 

Issa fera disparaître la figure du mal, vivra sur terre durant quarante ans et ensuite mourra. (Sunan Abou 

Daoud, livre  37,4310). 

 

Quelle est la  signification de ces dits? 

 

La croix est le symbole de la chrétienté: briser la croix veut dire: abolir le christianisme. Dans la culture 

islamique, les porcs sont associés aux chrétiens, et les singes aux juifs; tuer les porcs est donc une manière 

d'annoncer leur anéantissement. Le retour d'Issa purifiera le monde de l'impureté que représentent les 

chrétiens aux yeux des musulmans. 

 

«    Î-sâ le fils de Mayriam descendra en tant que leader des musulmans. Ceci est un avertissement sévère aux 

chrétiens qui prétendent être les adeptes de    I-sâ. Il brisera la Croix et tuera les cochons et abolira la Djizia 

(taxe) et il sera exigé de toute l'humanité d'embrasser l'Islam sans aucune alternative. » 

Note de la page 770 de la sourate 61, 6     le sens des versets du Qour'ân par Cheikh Boumeira Abdou Daouda 

 

    Essalam 

 

Sous la loi islamique, payer la taxe de capitation (djyza) permet de racheter sa survie et ses biens lorsque l'on 

fait partie des « gens du livre » (9.29). L'abolition de la taxe signifie donc que le jihad a repris contre les juifs 

et les chrétiens vivant sous l'islam, et que  ceux-ci devraient se convertir sous peine de mort ou d'esclavage. 

Telle est donc la tâche finale d'assainissement que le musulman Issa devra accomplir, lorsqu'il reviendra dans 

les derniers jours!Ā 

 

Rappelons que le musulman dit plusieurs fois par jour la fatiha, la première sourate du Coran, qui est 

considérée comme la matrice de toutes les autres. Or dans cette invocation à Allah, il est fait mention de « 

ceux qui encourent sa colère », c'est à dire les juifs, et de « ceux qui se sont égarés », c'est à dire les chrétiens! 

(Les commentateurs autorisés du Coran le spécifient traditionnellement ainsi). On voit combien cette 

incantation répétitive peut ancrer dans les esprits une discrimination religieuse méprisante envers les 

non-musulmans, ainsi que nombre d'autres sourates du Coran et que certains hadîths particulièrement 

agressifs. 

 

Analyse du musulman Issa (Jésus) 

Issa n'est pas une figure historique. 

 

Le Issa coranique n'est pas un personnage historique crédible, car son identité, comme son rôle de 

« prophète de l'islam », se basent sur de présumées révélations individuelles à Mohamed, ayant eu lieu plus 

d'un demi millénaire après la vie et la mort du Jésus historique, au sujet duquel seuls les écrits 

néo-testamentaires sont les témoignages tangibles les plus proches. 

 

Le véritable nom de Jésus n'a jamais été Issa. 

 

La langue maternelle de Jésus était l'araméen. Du temps de son existence personnelle, il a été appelé Yeshua 

en araméen, puis Jesu en grec. Yeshua est une variante de l'hébreu Yehoshua, qui signifie 

« Yahvé sauve ». 

 

Yeshua de Nazareth n'a jamais été appelé Issa, le nom que lui attribue le Coran. Issa ne veut rien dire en 

arabe; Jésus est délibérément privé de son identité. 

 

Jésus n'a jamais reçu un « livre »! 

 

Selon le Coran, un livre a été révélé à Issa, comme aux autres prophètes: c'est l'injil. 

Le terme arabe « injil » n'est que la déformation du grec eu-angelion qui veut dire bonne nouvelle ou évangile. 

Jésus annonçait en effet une bonne nouvelle libératrice de la part de Dieu, dans la ligne de ses prédécesseurs, 

en se référant à une expression de la période du retour d'exil où une annonce de bonheur avait été faite au 

peuple d'Israël déporté à Babylone. 

L'expression eu-angelion ne se comprend donc pas par rapport à un texte de révélation que Jésus lui-même 

aurait reçu tout rédigé, et que le Coran appelle « injil ». 

 

Le terme « évangile » n'a été utilisé qu'après la mort de Jésus pour donner un titre biblique aux récits 

biographiques rédigés par Matthieu, Marc, Luc et Jean comme base de confession de foi des 

communautés.(Evangiles écrits entre 37 et 50     cf Association CARMIGNAC) C'est sans doute à partir de ces 

rédactions apostoliques et apocryphes que Mohamed s'est fait cette fausse idée d'un injil comme livre de 

révélation donné au prophète Issa par Allah.. 

 

L'ensemble des prophètes de l'islam dont les noms sont puisés dans les Ecritures hébraïques n'ont pas reçu de 

livre ou de code de lois. Par exemple les psaumes ne sont pas un livre révélant l'islam, comme le prétend le 

Coran, mais une collection de chants liturgiques, dont quelques-uns sont de David. Les Israélites qui se 

référaient alors à la Torah de Moïse n'ont jamais cherché de prescriptions légales dans les psaumes. Ainsi, 

David ne pouvait pas être un « prophète » au sens coranique du terme, c'est-à-dire un transmetteur de loi; de 

même, nombre de personnages cités comme tels par l'islam n'ont jamais été des porte-parole d'une loi. 

 

Prophéties bibliques et prophéties coraniques: rien à voir! 

 

La compréhension biblique de la prophétie est totalement différente de celle de Mohamed. Une prophétie n'est 

pas considérée comme extrait d'un texte céleste préexistant éternellement, à l'instar du Coran, mais comme 

message de Dieu inspiré à des êtres humains pour un temps et un lieu spécifiques. 

Un prophète biblique est une personne vivant dans un contexte précis, à qui Dieu révèle des réalités  encore 

cachées à tous et qui est appelée à agir comme son porte-parole. La variété des textes inspirés dans la Bible 

montre bien que ceux-ci ne sont pas dictés à partir d'un livre céleste intemporel et an-historique. 

 

Erreurs et anachronismes du Coran 

 

L'affirmation du Coran selon laquelle Jésus ne fut pas exécuté sur une croix n'a aucune base factuelle, et 

rappelle étonnamment la polémique développée quelques siècles plus tôt par les courants hérétiques hostiles 

au christianisme naissant. 

 

Or, l'un des points forts orthodoxes sur lequel se rejoignent toutes les sources chrétiennes originelles est 

précisément la crucifixion de Jésus. 

 

La mère d'Issa est appelée Mariam dans le Coran, et elle est présentée comme la s   ur de Moïse et d'Aaron, et 

la fille d'Imram (en hébreu Amram). Mohamed a visiblement confondu Marie avec la Myriam de l'Exode, 

treize siècles auparavant! 

 

Le Coran reproche aux chrétiens d'adorer trois dieux: Dieu le Père, le Fils Jésus, et la Mère Marie. Ce qui est 

une caricature grossière. Il accuse aussi à tort les juifs et les chrétiens de polythéisme. (voir Deutéronome 6.4 

et Jacques 2.19a), impiété gravissime. 

 

De nombreuses séquences du Coran évoquent des récits populaires juifs ou chrétiens, et d'autres rappellent la 

littérature apocryphe datant d'un siècle minimum après la mort de Jésus. Ainsi, le récit coranique de Jésus 

(Issa) né sous un palmier-dattier est la reprise d'une fiction tardive, de même que celui de Jésus enfant 

insufflant la vie à des oiseaux d'argile. 

 

Les titres que le Coran donne à Jésus, tels que Messie et Parole de Dieu ne trouvent aucune explication dans la 

propre logique islamique. Par contre dans la Bible, d'où ils ont été expatriés, ces titres prennent un sens précis, 

lié à un système théologique cohérent, que le Coran méconnaît totalement. 

Le Coran mentionne le Saint Esprit en connexion avec Jésus, utilisant ainsi des phrases extraites de l'Evangile. 

Ibn Ishak, le biographe de Mohamed, rapporte que, pour ce dernier, l'Esprit est l'ange Gabriel (Jibril), (de 

même que les sourates 2.97 et 16.02) 

 

.C'est pourquoi l'expression biblique « Esprit de Dieu » ou ruah Elohim, ne peut se comprendre qu'à la lumière 

des saintes Ecritures hébraïques; cela ne correspond pas en tout cas à un ange. 

 

L'allégation coranique selon laquelle Jésus aurait annoncé la venue de Mohamed (61.6) semble fondée sur une 

lecture complètement reformulée de Jean 14.26, un passage qui se réfère à la venue du Saint-Esprit. 

Les Ecritures saintes hébraïques étaient la bible de Jésus. Il a toujours affirmé leur autorité et leur pertinence, 

et il a prêché à partir de leur message théologique. C'est en fonction de ces mêmes Ecritures que Jésus a 

reconnu et présenté Dieu comme Adonaï Elohim, le Dieu d'Israël. Il n'a jamais appelé Dieu Allah, nom d'une 

divinité païenne arabe dont le culte existait à la Mecque bien avant Mohamed (son propre père, mort avant sa 

naissance, se nommait d'ailleurs Abd allah = serviteur d'Allah). 

 

Les développements narratifs de la Bible sont riches de détails historiques souvent confirmés par la recherche 

archéologique. Ils recouvrent plus d'un millier d'années et révèlent un long processus de créativité culturelle. 

A l'opposé, l'histoire religieuse du Coran ne s'appuie sur aucun support archéologique; les récits fragmentaires 

et discordants qui la composent n'offrent jamais le reflet de cultures historiques. Aucune localisation possible 

de l'Israël ancien n'y est mentionnée, et le nom de Jérusalem, si central dans la Bible, n'y apparaît jamais ! 

La plupart des événements prétendument historiques relatés dans le Coran n'offrent aucune possibilité de 

vérification indépendante. Ainsi, on nous explique qu'Abraham et Ishmaël ont construit la Kaaba à la Mecque 

(2.127) mais il n'y a aucun support historique à cette affirmation. Le texte biblique original, antérieur de plus 

de mille ans, ne place Abraham dans aucun lieu proche de l'Arabie. 

 

Le Coran, écrit par étapes à partir du 7ème siècle de notre ère, et dont les sourates innombrables ont été 

finalement sélectionnées et peut-être reformulées par Othman (modifications jusqu'au 10 ème, selon Mondher 

Sfar) n'est pas crédible lorsqu'il parle de Jésus Christ. Il n'est pas compétent en histoire biblique, contient de 

nombreux contresens historiques, et ne peut donc faire autorité en la matière. 

 

Appropriation, par l'islam, de l'histoire du judaïsme et du christianisme 

A la lumière  des événements ultérieurs, on peut analyser la prétention selon laquelle l'islam est la religion 

primordiale et les prophètes antérieurs à Mohamed déjà musulmans: cela s'appelle une appropriation abusive 

au profit de l'islam. Cette captation d'héritage spirituel prive le judaïsme et le christianisme de leur propre 

histoire. 

 

N'oublions pas que de nombreux sites bibliques, comme les tombeaux des patriarches hébreux et le Mont du 

Temple, sont réclamés par l'islam comme étant des sites islamiques, et non pas juifs ou chrétiens. (Le Coran 

nous raconte  qu'Abraham était le prototype du croyant de l'islam. D'où la revendication d'une Palestine arabe 

et musulmane, sans tenir aucun compte des bénéficiaires historiques de la Promesse, les Juifs). 

Il est vrai que sous la loi islamique (le waqf), après la sortie des Arabes d'Arabie et l'invasion de la Terre 

sainte, les juifs et les chrétiens ont effectivement été bannis de ces sites chargés de mémoire juive et 

chrétienne exclusivement. 

 

Le rôle des Ecritures hébraïques dans le christianisme n'a pas de parallèle avec la place que l'Islam donne à la 

Bible

 

Il y a une différence fondamentale entre l'attitude chrétienne vis-à-vis des Ecritures hébraïques et l'attitude 

musulmane envers la Bible. Les chrétiens acceptent telles quelles les Ecritures hébraïques, qui étaient celles 

de Jésus et de ses apôtres, et celles de la primitive Eglise, entièrement juive. 

L'essentiel de la foi chrétienne s'appuie sur elles, et les concepts essentiels tels que Messie, Esprit de Dieu, 

Royaume de Dieu, salut, etc, s'enracinent profondément dans la tradition biblique. L'Eglise a même 

excommunié l'hérésiarque Marcion qui voulait exclure la Bible hébraïque du Canon des Ecritures! 

Dans les temples et les églises, on lit chaque dimanche les mêmes Ecritures hébraïques que celles lues le 

samedi dans les synagogues. Les prêtres et les moines prient les psaumes chaque jour, louange typiquement 

juive. 

Au contraire, la façon qu'a l'islam de traiter la Bible est d'une arrogance insupportable : d'un côté le Coran 

prétend « confirmer » les révélations précédentes, en même temps il n'accorde strictement aucune place au 

contenu réel de la Bible. 

En déclarant  sans aucun argument précis que les juifs et les chrétiens ont falsifié leurs Ecritures, le Coran 

cherche surtout à couvrir ses fantaisies historiques et théologiques. Il est très rare que les étudiants musulmans 

connaissent quelque chose des textes ou de la théologie bibliques, les imams ne lisent jamais la Bible et ils 

restent ainsi enfermés dans leur auto-proclamation coranique sans aucun repère critique. 

 

*Quelques voix contemporaines à propos  de Jésus: 

 

Yasser ARAFAT, dans une conférence de presse aux Nations Unies en 1983, a appelé Jésus « le premier 

fedayin palestinien qui a porté l'épée » (c'est à dire: qui a combattu pour l'islam). 

 

Sheik Ibrahim Mahdi, employé de la télévision de l'autorité palestinienne a déclaré en direct en avril 2002: 

« Les juifs attendent le faux messie juif, tandis que nous attendons, nous, Jésus, paix sur lui. Les mains pures 

de Jésus feront trépasser le faux messie des juifs. Où? En Palestine! » 

 

Shamim A. Siddiqi, écrivain, New York, a récemment exposé la définition classique de l'islam: 

« Abraham, Moïse, Jésus et Mohamed, étaient tous des prophètes de l'islam. L'islam est l'héritage commun de 

la communauté judéo-christiano-islamique des Etats Unis, et établir le royaume de Dieu est la tâche  commune 

des trois religions abrahamiques. 

 

L'islam était  la foi, l'art de vivre, des juifs  et des chrétiens, mais ceux-ci les ont perdus dans des innovations 

humaines. Maintenant, les musulmans désirent remémorer la vraie religion à leurs frères et s   urs juifs et 

chrétiens. Ce sont les faits de l'histoire! » 

 

Le négationnisme historique est un stratagème de l'apologétique islamique: en se présentant comme  une 

confirmation du judaïsme et du christianisme, l'islam peut mieux les rejeter et les supplanter ensuite. 

 

Embrasser pour mieux étouffer. 

Ce qui est affirmé dans une parodie de respect n'est ni du judaïsme, ni du christianisme, c'est une récupération 

pour mieux phagocyter l'ensemble, et finalement promouvoir Jésus et Moïse comme prophètes musulmans. 

C'est souvent l'arrière-pensée des musulmans qui fréquentent le « dialogue interreligieux », car par ces 

discussions de salon pour naïfs, l'islam peut ainsi baliser la reconversion des juifs et des chrétiens vers « la 

vraie religion », dans le sens où Siddiqi parle de « tâche commune des juifs et des chrétiens dans 

l'établissement du royaume de Dieu aux USA », ce qui, pour lui, veut dire promouvoir ensemble la sharia et 

l'ordre islamique! 

 

Conclusion: 

 

Le Jésus du Coran, appelé Issa, est le résultat conjoint de l'imagination, de la fiction et de l'ignorance. Quand 

les musulmans vénèrent ce Issa, ils ont en tête quelqu'un qui n'a rien à voir avec le vrai Jésus, premier né de 

Marie, fils d'Israël, lié à l'histoire biblique. Le Issa du Coran est basé sur des affirmations non historiques 

émanant de légendes caravanières de l'Arabie du 7ème siècle. 

Pour l'immense majorité des croyants musulmans, Issa est le seul Jésus qu'ils connaissent. Mais quiconque 

accepte ce Jésus islamique accepte aussi le Coran et la religion de Mohamed. En faisant du Jésus des 

évangiles Issa, un prophète de l'islam, les musulmans réduisent à néant l'existence propre du christianisme, 

comme ils l'ont fait du judaïsme en vampirisant Abraham, Moïse et David. 

 

Selon les hâdîths, la fin des temps verra ce Issa combattant venant détruire la foi chrétienne et faire de l'islam 

la seule religion triomphante dans le monde entier. Issa en personne démontrera la désobéissance des juifs et 

mettra les chrétiens en accusation pour les condamner à l'enfer en raison de leur croyance à la crucifixion et à 

l'incarnation. 

 

L'acte final du musulman Issa reflète bien la stratégie apologétique qui consiste à remplacer le vrai Jésus 

historique, le Yeshua pacifique, par un clone agressif de Mohamed, de sorte que rien ne subsiste en dehors des 

visées planétaires de l'islam. L'altérité ne fait pas partie du paysage culturel de l'islam. 

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau