OBAMA

OBAMA  

 

Obama ne répondrait pas aux critères de sécurité 

 

par Daniel Pipes  21 octobre 2008 

 

 

Colin Powell répétant désormais le mensonge selon lequel Barack Obama a toujours été un Chrétien, ce « en 

dépit des informations confirmant l'enfance musulmane d'Obama » (ainsi l'inscription à une école 

indonésienne le répertoriant comme musulman), on doit constater avec consternation que le candidat 

démocrate s'emploie à dissimuler la vérité sur cette question. 

 

Portons notre attention, en ce contexte, sur un sujet connexe, les relations d'Obama tout au long de sa carrière 

avec l'islam extrémiste, et l'endettement moral impliqué. Sur un plan plus précis, Obama maintient des liens 

indirects, mais anciens et persistants, avec deux organisations, le Council on American Islamic Relations 

(CAIR), incriminé, sans mise en examen, par le gouvernement américain en 2007 comme complice de 

conspiration dans un procès concernant le financement du Hamas ; et The Nation of Islam, condamnée par 

l'Anti-Defamation League pour un passé marqué « de manière constante par le racisme et l'anti-sémitisme ». 

 

Commençons par les liens d'Obama avec des islamistes : 

 

·         Les relations à Khalid al-Mansour. Selon l'ancien président du quartier de Manhattan Percy Sutton, 

Al-Mansour a collecté de l'argent pour financer les « dépenses d'Obama à la Harvard Law School ». 

Al-Mansour un noir américain (nom de naissance Don Warden) est devenu un conseiller du prince saoudien 

Al-Walid bin Talal, le principal donateur du CAIR. Al-Mansour a des positions islamistes classiques : il nie 

que le gouvernement soudanais entérine l'esclavage, il nie les liens des Juifs à Jérusalem. Il a écrit une 

brochure appelée « Américains, prenez garde. Le complot sioniste contre l'Arabie saoudite ». (Obama et 

al-Mansour réfutent les déclarations de Sutton). 

 

·         Les relations avec Kenny Gamble (connu aussi sous le nom de Luqman Abdul-Haqq) : Gamble, un 

producteur de musique pop autrefois connu, a coupé le ruban lors de l'inauguration d'un quartier général de 

campagne d'Obama situé dans un immeuble du sud de Philadelphie dont il est propriétaire. Gamble est un 

islamiste qui achète de nombreuses propriétés dans Philadelphie aux fins de créer une zone résidentielle 

réservée aux Musulmans. En tant qu'émir autoproclamé du United Muslim Movement, il a aussi des liens 

nombreux avec des organisations islamistes, dont le CAIR et la Muslim Alliance in North America. (Siraj 

Wahhaj, l'émir du MANA a été impliqué, sans mise en examen, pour complicité de conspiration dans l'attaque 

contre le World Trade Center en 1993). 

 

·         Les relations avec Mazen Asbahi. Le premier coordinateur de la campagne d'Obama en direction des 

Musulmans a démissionné après des révélations montrant qu'il avait fait partie du bureau d'une organisation 

financée par l'Arabie saoudite, le North American Islamic Trust, position qu'il partageait avec Jamal Said, 

incriminé lui aussi, sans mise en examen, comme complice de conspiration dans le procès concernant le 

financement du Hamas en 2007. Asbahi a des liens avec les bureaux du CAIR à Detroit et à Chicago, avec 

l'Islamic Society of North America, incriminée elle-même, sans mise en examen, pour le financement du 

Hamas et d'autres organisations islamistes. 

 

·         Les relations avec Minha Husaini. Le second coordinateur de la campagne d'Obama en direction des 

Musulmans a un passé islamiste et a travaillé comme stagiaire au Muslim Public Service Network. 

Immédiatement après sa nomination par Obama, elle a rencontré un groupe dd'une trentaine de Musulmans 

incluant des gens aussi connus que Nihad Awad du CAIR, Mahdi Bray de la Muslim American Society, qui a 

soutenu publiquement des groupes terroristes tels le Hamas et le Hezbollah, et Johari Abdul Malik de la Dar 

Al-Hijrah Mosque de Falls Church en Virginie, qui a déclaré aux Musulmans Américains : « Vous pouvez 

faire sauter des ponts, mais vous ne pouvez pas tuer des gens innocents qui se rendent à leur travail ». 

 

Passons aux liens d'Obama à The Nation of Islam : 

 

Le donateur et l'allié de longue date d'Obama, Antoin « Tony » Rezko a été, trois décennies durant, le 

partenaire de Jabir Herbert Muhammad, fils d'Elijah Muhammad, dirigeant de The Nation of Islam, et dit qu'il 

a donné à Jabir et à sa famille des « millions de dollars au fil des ans ». Rezko a aussi été directeur exécutif de 

la Muhammad Ali Foundation, une organisation douteuse qui, sans l'autorisation d'Ali, a utilisé le nom de 

celui-ci qui, par ailleurs, a été récompensé par le CAIR. 

 

Jeremiah Wright, le pasteur estimé d'Obama pendant vingt ans, a des liens passés avec The Nation of Islam, a 

accepté récemment la protection d'un détachement de sécurité de The Nation of Islam, et a parlé 

louangeusement de Louis Farrakhan comme de « l'un des géants de l'expérience religieuse des 

Afro-Américains ». L'église de Wright a célébré Farrakhan pour avoir été « la parfaite illustration de la 

grandeur ». 

 

Farrakhan lui-même a annoncé son soutien à Obama, le qualifiant d' »espoir du monde entier », de « celui qui 

peut relever l'Amérique après sa chute », et même de « Messie ». 

 

Le fait que la biographie d'Obama montre des liens si fréquents avec des organisations aussi peu 

recommandables que le CAIR et The Nation of Islam devrait donner à réfléchir. Combien de politiciens 

ont-ils eu des liens avec une organisation de ce genre, et combien en ont eu avec sept d'entre elles ? John 

McCain appelle charitablement Obama « une personne dont vous ne devez pas avoir peur si elle devenait 

 

Président des Etats-Unis ». mais les liens multiples d'Obama avec des organisations anti-Américaines et 

subversives, signifie qu'il ne répondrait pas aux critères de sécurité exigés pour l'engagement des employés du 

gouvernement fédéral. 

 

L'agression islamique constitue l'ennemi stratégique de l'Amérique. Les nombreuses relations insalubres 

d'Obama suscitent des doutes graves concernant son aptitude à être Commandant en chef des Etats-Unis 

d'Amérique. 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau