NOTRE DAME D'AFRIQUE

 

NOTRE DAME D'AFRIQUE

 

Un peu d'histoire de cette terre chrétienne dès le premier siècle de notre ère !

 

NOTRE-DAME D'AFRIQUE.

PROLOGUE.

     L'Afrique  du  Nord  fut  christianisée  dès  la  fin  du  1er  siècle.  Cette  Afrique  chrétienne très vivante et florissante donnera trois grands papes berbères, mais aussi de grands docteurs à l'Eglise. Ils sont à l'origine de notre civilisation occidentale.

     Dès l'origine, le culte de Marie aura une vie très intense. Tertullien "comparait l'Eve nouvelle à la première Eve qui a perdu le monde par sa désobéissance, comme Marie a mérité de lui donner son sauveur par son obéissance et sa pureté".

     Saint Cyprien écrit: "Elle avait ce privilège singulier qu'avant et après Elle, aucune femme n'a mérité d'être, en même temps, et à tous les titres, Vierge et Mère. A la mère était due la plénitude de la grâce : à la Vierge, la surabondance de la gloire ... "

     Je rappelle, pour ceux qui l'ignoreraient, que Tertullien, Saint Cyprien, tout comme notre compatriote Saint Augustin, étaient des Berbères, et, pour ce dernier, on pourrait même dire, qu'il était un chaouia de l'Aurès, Sous la plume de Saint Augustin, nous pouvons lire ces mots puissants, ces expressions chaleureuses qui désignent la Vierge Marie :  "Fontaine scellée, Palmier qui a donné pour fruit la vigne véritable. Porte fermée à jamais sur une perpétuelle virginité. Porte d'Ezéchiel, par laquelle seul le Seigneur entre et sort. etc ... "

      Le cardinal Lavigerie avait, sur son bureau, une statuette, trouvée dans les ruines d'une des basiliques de Tébessa. En marbre blanc, décapitée, elle représentait la Vierge Marie, assise, tenant sur ses genoux !'Enfant Jésus qu'elle présente à l'adoration des fidèles.

      Cette Chrétienté, si vivante, résiste jusqu'au Xème siècle, aux invasions arabes. A cette époque, on connaît encore un évêque à Bougie. Pour moi se pose une question pour laquelle je ne vois aucune réponse valable: "Je sais fort bien que les desseins de Dieu sont impénétrables , mais comment une Eglise, aussi brillante, a-t-elle pu disparaître, ne laissant que des basiliques en ruines ? Et pourtant, des communautés chrétiennes subsistent encore en Orient". , pour moi, le mystère reste insoluble.

      Cet amour à Marie se retrouve dans bien des appels au secours lancés, avec ferveur et espoir, par les Chrétiens, esclaves des Barbaresques, qui résistaient à l'apostasie que l'on voulait leur imposer.

      La "reconsquita" espagnole, envisagée par Isabelle la Catholique, n'alla pas très loin d'autant que l'appel de l'Amérique nouvellement découverte avait des attraits plus fructueux.

LES PREMICES

En cette année 1830, le roi de France, Charles X décide la conquête d'Alger. Il me semble que l'on ait souvent passé sous silence son désir , peut-être intime et secret, de vouloir la reconquête chrétienne de l' Afrique du Nord.

Un fait est certain. Le 5 juillet 1830, "dès que le général en chef eut pénétré dans le palais d'Hussein, on plaça dans la cour un coffre qui fut recouvert d'un tapis. Les abbés de Combret, Bertrand, Zaccar et Dopigez y arrangèrent les deux petits chandeliers, la croix et la pierre sacrée qui constituaient l'autel de campagne et, après un salut à l'état-Major, commencèrent la messe, . . . Après la cérémonie, Bourmont adressa aux aumôniers une brève allocution:

"Vous venez s'ouvrir la porte du christianisme en Afrique. Espérons qu'il viendra bientôt/aire refleurir la civilisation qui s'est éteinte". (Esquer-La prise d'Alger 1830)

Hélas, trois semaines après, Charles X était chassé et des Voltairiens s'emparaient du pouvoir. La crainte de créer une agitation sur le territoire, nouvellement conquis, sera une excellente excuse pour ignorer le Christianisme. Et l'on assistera à des choses invraisemblables.

Une mauresque d'Alger fait part au gouverneur général de son désir de se convertir. A une demande d'explication du ministre de la guerre, le Gouverneur général répond en invoquant la liberté de conscience, d'où un rappel à l'ordre :

 

"Vous devez respecter la liberté de conscience, certes, mais il est de votre devoir de vous opposer à toutes tentatives de conversions".

Cet athéisme aboutit au résultat inverse de celui qui est recherché. Quelle estime peut-

on avoir envers des mécréants ? Un échange de prisonniers a lieu. Les soldats noirs ne sont pas libérés. Le colonel Maussion est envoyé auprès de l'Emir Abd El Kader qui dit, en substance: "Quand on fait une razzia, on ne rend pas les animaux pris, or les noirs sont des animaux".

Maussion de répondre que "dans notre religion, les noirs sont des hommes comme nous et ont une âme comme nous".

 

Abd El Kader réagit violemment: "Votre religion !, mais où sont vos prêtres, où sont vos églises, où et quand priez-vous ? Voyez, nos frères, ils ont des mosquées, des imams, voyez les juifs, ils ont leurs rabbins, leurs synagogues" ! mais vous, où sont vos églises, où sont vos prêtres ? Et il précisera: " qu'il ne peut se fier à la parole des Français, parce que des Athées ne peuvent avoir de conscience"

Ces amers reproches des Indigènes, et surtout la crainte des conséquences politiques qu'une semblable opinion peut entraîner, ont une conséquence directe: la création d'un évêché en Algérie et la nomination de Mgr Dupuch en 1838.

En terminant ce chapitre, permettez-moi de rappeler un souvenir personnel : En 1945, j'étais membre d'une délégation des Syndicats Chrétiens qui se trouvait à la préfecture d'Alger pour y accueillir le commissaire de la République, chargé de l'Intérieur. Il commença son discours par ces mots: "Si Dieu existe .... " A ce moment, j'entendis le "chaouch" de service affirmer: "Dieu est". Je crois toujours, et plus que jamais, que le problème existe toujours et nos dirigeants devraient se rappeler que, pour tous musulmans, les incroyants et athées sont des êtres méprisables.

 

SUR CE BLOG , lire :

http://www.torah-injil-jesus.com/pages/la-france-rebelle-au-christ-roi.html

 

Quelques photos-souvenirs de cette Algérie française !

 

Dossier en pdf

 

Notre dame dafriqueNotre dame dafrique (3.8 Mo)

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau