STATUT DE LA FEMME EN ISLAM

 

STATUT DE LA FEMME EN ISLAM

Dans l’Islam, la femme est très déshonorée !

http://contrefemmes.unblog.fr/2010/10/13/dans-lislam-la-femme-est-tres-deshonoree/

I-Introduction

 Cet article n’est pas pour la prédication du christianisme, mais c’est une étude qui montre que, relativement à la doctrine chrétienne, et aux lois de la nature, l’Islam ne donne aucune valeur à la femme : Il la méprise et la déshonore. 

Les musulmans disent qu’en Islam, la femme  a une très grande valeur relativement à la femme occidentale d’aujourd’hui ; et surtout à la femme chrétienne. 

Ces dires musulmans  ne sont que des mensonges utilisés pour faire convertir les femmes occidentales à l’Islam, et aveugler plus les femmes musulmanes en se moquant d’elles. Tout ça est pour le but de la reconstruction de leur empire musulman qui doit contrôler le monde entier. (Sourate 2, v. 191 et 193 – 286 )

Actuellement, une partie des musulmans est en train d’utiliser la violence conformément aux hadiths mahométiques  et aux versets coraniques abrogeants (El ayat  ennassikha) qui disent :

-1-« Après que les mois sacrés expirent, Tuez les associateurs (les chrétiens = l-mushrikîna ) où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les  et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la prière et acquittent la zakât, alors laissez-leur la voie libre, car Allah est pardonneur et miséricordieux » (Coran 9,5- Ce verset est appelé LE VERSET DU SABRE).

-2-« Combattez [au moyen des armes] ceux qui ne croient pas en Dieu, ni au jour dernier et ne s’interdisent pas ce que Dieu et son messager ont prohibé. [Combattez au moyen des armes] également ceux parmi les gens du livre (les juifs et les chrétiens), qui ne professent pas la religion de la vérité (l’Islam) à moins qu’ils ne versent la capitation directement en toute humilité » (Coran 9,29). 

(Nb : Ces deux versets (Coran 9,5 et 9,29) ont abrogé tous les passages coraniques de paix envers les non-musulmans – tous les versets mecquois) 

Et l’autre partie des musulmans se cache derrière le Coran mecquois pacifique qui est abrogé (mensoukh) par le Coran médinois violent envers les non-musulmans. Cette partie de musulmans qui est majoritaire, utilise une arme pacifique plus dangereuse que l’épée et qui s’appelle  tromperie ou mensonge ; et ceci conformément aux hadiths mahométiques suivants : 

-1-«  Mahomet dit : « La guerre est tromperie » Ceci est cité dans 581 références musulmanes y compris Sahih El -Boukhari. 

-2- « Le  prophète a permis le mensonge dans trois cas : Dans le combat (quelque soit le type), dans l’arrangement entre les gens [musulmans] et dans ce que dit l’homme à sa femme ». (Mousned l’Imam Ahmed ben Henbel volume 6 page 404).

Actuellement, les musulmans se considèrent en combat avec les non-musulmans et en particulier avec le monde occidental ; et pour eux tous les moyens sont bons pour aboutir à leur but qui est l’Etat Musulman (Empire musulman). (S. 2, 287:« Tu es notre Maître ! Accorde-nous la victoire sur tous les mécréants !»)

Le Canon musulman est composé du Coran et de la Sounna.  La Sounna est composée de l’ensemble des hadiths (paroles) attribués à Mahomet, et de la  Sira qui englobe les habitudes, le comportement et les actes personnels de Mahomet. Pour les musulmans, la Sounna est leur deuxième référence authentique, qui est le complément du Coran. Chez les musulmans rien n’est rejeté de la Sounna, mais ils classent les hadiths en authentiques (sahih) et en inauthentiques (daïf) ; et ce classement n’est pas universel pour tous les musulmans, et il varie d’un Imam à un autre. Dans cette étude on utilise la Bible pour décrire la femme dans le Christianisme ; et le Coran et les hadiths authentiques (classés authentiques par la plupart des Imams) de la Sounna pour la femme dans l’Islam.

Nb : Les comportements personnels hors des textes sacrés (Islam et Christianisme), des musulmans et des chrétiens avec leurs femmes ne sont pas pris pour références. 

II- La femme dans l’Islam

II-1- Dans l’Islam ; le témoignage des femmes sans la présence  d’un homme, n’est pas accepté ; et les femmes s’égarent facilement.

-1-« […]. Faites-en témoigner par deux témoins d’entre vos hommes; et à défaut de deux hommes, un homme et deux femmes […], en sorte que si l’une d’elles s’égare, l’autre puisse lui rappeler. […] » (Coran 2, 282) 

… وَاسْتَشْهِدُوا شَهِيدَيْنِ مِنْ رِجَالِكُمْ فَإِنْ لَمْ يَكُونَا رَجُلَيْنِ، فَرَجُلٌ وَامْرَأَتَانِ […] أَنْ تَضِلَّ إِحْدَاهُمَا فَتُذَكِّرَ إِحْدَاهُمَا الْأُخْرَى…«  (سورة ال282

C’est-à-dire, dans l’Islam le témoignage des femmes seules n’est pas accepté, quelque soit leur nombre. 

II-2- Dans l’Islam, le musulman peut mentir à sa femme

1-« Le  prophète a permis le mensonge dans trois cas : Dans le combat (quelque soit le type), dans l’arrangement entre les gens [musulmans] et dans ce que dit l’homme à sa Femme ». (Mousned l’Imam Ahmed ben Henbel volume 6 page 404) » 

  رَخَّصَ النبي مِنَ الْكَذِبِ في ثَلاَثٍ: في الْحَرْبِ وفي الإِصْلاَحِ بين الناس وَقَوْلِ الرَّجُلِ لاِمْرَأَتِه  »   (مسند أحمد بن حنبل ج6/ص404    

II-3- Mahomet contre les femmes 

1-« Abi Saada El-Khoudri dit: Le Messager de Allah sortit […] , il passa par les femmes et il leur dit : Ô femmes donnez de l’aumône, car je vois, que vous êtes les plus nombreuses des gens de l’enfer ! Elles dirent : Ô Messager deAllah, on ne voit pas pourquoi ?  Il dit : Vous maudissez trop, et vous êtes ingrates envers vos maris. [La référence rajoute], Je vois que vous êtes incomplètes du coté  raison et religion ; que chacune de vous va à l’homme qui est assoiffé d’elle ! Elles dirent : Ô Messager deAllah, pourquoi sommes-nous incomplètes du coté religion et raison ? Il dit : Est-ce que le témoignage de la femme n’est-il pas la moitié de celui de l’homme ? Elles dirent oui ! Il dit : Ceci est à cause de l’incomplétude de sa raison ! [Il dit aussi], est ce que la femme ne fait  pas la prière et le jeûne en périodes de règles ? Elles dirent oui ! Il dit : Ceci est à cause de l’incomplétude de sa religion ».(Sahih El-Boukhari ; volume 1 ; page 116) Ce hadith est cité dans 183 références musulmanes. 

عن أبي سَعِيدٍ الْخُدْرِيِّ قال: خَرَجَ رسول اللَّهِ في أَضْحَى أو فِطْرٍ إلى الْمُصَلَّى، فَمَرَّ على النِّسَاءِ، فقال: يا مَعْشَرَ النِّسَاءِ، تَصَدَّقْنَ، فَإِنِّي أُرِيتُـكُنَّ أَكْثَرَ أَهْلِ النَّارِ. فَقُلْنَ: وَبِمَ يا رَسُولَ اللَّهِ؟ قال: تُكْثِرْنَ اللَّعْنَ وَتَكْـفـُرْنَ الْعَشِير (يعني تعصِـيْن الزوج) ، [ثم أضاف] « ما رأيت من نَاقِصَاتِ عَقْلٍ وَدِينٍ أَذْهَبَ لِلُبِّ الرَّجُلِ الْحَازِمِ من إِحْدَاكُنَّ. قُلْنَ: وما نُقْصَانُ دِينِنَا وَعَقْلِنَا يا رَسُولَ اللَّهِ؟ قال: أَلَيْسَ شَهَادَةُ الْمَرْأَةِ مِثْلَ نِصْفِ شَهَادَةِ الرَّجُلِ؟ قُلْنَ: بَلَى. قال فَذَلِكِ من نُقْصَانِ عَقْلِهَا. وأَلَيْسَ إذا حَاضَتْ لم تُـصَـلِّ ولم تَصُمْ؟ قُلْنَ بَلَى. قال: فَذَلِكِ من نُقْصَانِ دِينِهَا » (صحيح البخاري ج1 ص116) جاء هذا الحديث في 189 مرجعا تراثيا.   

II-4-Dans l’Islam la femme doit être méprisée et elle ne doit pas étudier. 

Dans le monde musulman, presque toutes les anciennes femmes sont analphabètes.   Avant les années 1980, dans les universités des pays musulmans, le nombre de femmes étudiantes ne dépassaient pas 10% ; tandis que celui des garçons étudiants dépassait largement 90%. Tous les musulmans de cette époque emprisonnaient les femmes aux maisons, les méprisaient trop, et étaient contre leurs  études. Ce n’est qu’actuellement que le nombre des étudiantes musulmanes a augmenté, mais ce n’est pas dans tous les pays où règne l’Islam: Dans certains pays, on trouve des femmes ministres, des avocates etc. Mais dans d’autres, la femme n’a même pas le droit de conduire la voiture ![Arabie saoudite] On dit que cette coutume est dû à l’ignorance des gens, mais malheureusement non ! Car les pouvoirs des pays musulmans, dits extrémistes, ne sont pas ignorants et ceci est une instruction musulmane authentique, qui se trouve dans la Sounna mahométique :

 1- « D’après Aicha ; « [Mahomet dit] : Ne faut pas faire habiter les femmes dans les chambres (les lieux de luxe), et ne leur apprenez pas l’écriture ; apprenez-leur le tissage, et seulement sourate En-Nor (sourate  N°24) » (Kounz el-oummel ; fi sounene el akouel oua el afaal ; Volume 16, page 158) 

 عن عائشة: لا تنزلوا النساء في الغرف، ولا تعلموهن الكتابة، وعلموهن الغزل وسورة النور« (كنز العمال في سنن الأقوال والأفعال ج16 ص158 

2-«  D’après Ibn Abbas ; le prophète dit : « Ne faut pas faire habiter les femmes dans les lieux luxueux, et ne faut pas leur apprendre l’écriture. » (Adab el-kiteb ; li Es-Soli volume1 page 42) ; On trouve ce hadith dans 41 références musulmanes.

   جاء فيه النهي عن ابن عباس، أنه قال: ‘لا تسكنوا النساء العلالي ولا تعلموهن الكتابة« (أدب الكتاب 

للصُّـولي ج1 ص42)   هذا الحديث جاء في 41 مرجعا تراثيا. 

3-[Mahomet dit] : « Dressez les [femmes] avec les branches de palmier, et leur dire beaucoup de « NON », car [le mot] « OUI » les dévie du sujet » (Ouyoune el akhbar ; li Eddinouri , Volume 1 page 395)

واستعينوا عليهن بالعُـرَى وأكثروا لهن من قول « لا » فإن « نعم » تغريهن على المسألة« . (عيون الأخبار 

للدينوري ج1 ص 395 

4-Le prophète dit : L’enfer fut créé pour les imbéciles, et les femmes sont les imbéciles des imbéciles» (Tarikh madinet dimachk, li Ibn Hiba Allah ; volume 65, page 221) On trouve ce hadith dans 12 références musulmanes. 

قال النبي: إن النار خلقت للسفهاء وإن النساء أسفه السفهاء » ( تاريخ مدينة دمشق لابن هبة الله ج65 ص221 )  جاء هذا الحديث في 12 مرجعا تراثيا  

5-Mahomet dit : « L’enfer fut créé pour les imbéciles qui sont les femmes » (kounz el oummel, li El-Moutaki El-Hindi ; volume 16, page166)

 ألا إن النار خلقت للسفهاء وهن النساء » (كنز العمال للمتقي الهندي ج16 ص166 

6-Le prophète dit : « les hommes se détruisent lorsqu’ils obéissent aux femmes ; les hommes se détruisent s’ils obéissent aux femmes ; et il a répété ceci 3 fois. » (Mousnid l’Imam Ahmed Ben Henbel ; volume 5 ; page 45)

 قال النبي: هَلَكَتِ الرِّجَالُ إذا أَطَاعَتِ النِّسَاءَ هَلَكْتِ الرِّجَالُ إذا أَطَاعَتِ النِّسَاءَ. قالها ثَلاَثاً (مسند    الإمام أحمد بن حنبل ج5 ص45  

7-« Le messager de Allah dit : Le monde est beau […] méfiez-vous de [ce] monde  et des femmes ; car la première tentation fut provenue des femmes.» (Tefsir Ibn Katir ; volume 3, page 73) 

 عن رسول الله أنه قال إن الدنيا حلوة [...] فاتقوا الدنيا واتقوا النساء فإن أول فتنة كانت من النساء« . (تفسير ابن كثير ج3 ص73    - 

8-« Le prophète dit : Question de turbulence dans ma nation, je n’ai peur que des femmes et du vin ». (Djamaa el Ahadith li Djalal Eddine Essoyoti ; volume 6, page 253) « 

قال النبي: ما أخاف على أمتي فتنة أخوف عليها من النساء والخمر«  (جامع الأحاديث للسيوطي ج6 ص253 

II-5- Dans l’Islam, la femme est classée en même position que l’animal 

1-« d’après Abi Houraïra ; le prophète de Dieu dit : la femme, le chien et l’âne, annulent la Salat (le rite musulman, appelé souvent prière) ». (Mousnid l’Imam Ahmed Ben Henbel ; volume 2, page 2992)

 عن أبي هُرَيْرَةَ أَنَّ نبي اللَّهِ قال تَقْطَعُ الصَّلاَةَ الْمَرْأَةُ وَالْكَلْبُ وَالْحِمَارُ  (مسند الإمام أحمد بن حنبل ج2 ص2992 

http://www.journaldemourreal.com/arabie-saoudite-des-scientifiques-admettent-que-la-femme-est-un-mammifere-mais-pas-un-humain/

2-« D’après Aïcha ; Il fut cité chez elle, que le chien, l’âne et la femme annulent la Salat. Elle dit : Vous nous avez ressemblé aux ânes et aux chiens ! ». (Sahih El Boukhari ; volume 1, page 192) 

عن عَائِشَةَ، ذُكِرَ عِنْدَهَا ما يَقْطَعُ الصَّلَاةَ الْكَلْبُ وَالْحِمَارُ وَالْمَرْأَةُ فقالت شَبَّهْتُمُونَا بِالْحُمُر ِ وَالْكِلَابِ  (صحيح البخاري ج1 ص192 

3-« De la tradition selon Abi Daoud ; d’après Ibn Abbas ; le messager de Allah dit : Si quelqu’un pratique la salat sans vêtements ; ce qui annule sa salat, c’est le chien, l’âne, le porc et la femme » (Bayenn El-Wahm wa el Ihem fi kiteb el Ahkam, li El-fassi ; volume3, page 354) 

« ذكر من طريق أبي داود عن ابن عباس، قال رسول الله: « إذا صلى أحدكم إلى غير سترة، فإنه يقطع صلاته: الكلب، والحمار، والخنزير والمرأة » (بيان الوهم والإيهام في كتاب الأحكام للفاسي ج3 ص354) 

 4-« La femme est surnommée brebis […] elle est surnommée [aussi] vache et chamelle, parce qu’on monte au-dessus d’elles toutes ». (Ehkèm El-Korane li Ibn El Aarabi ; Volume 4, page 49) 

 كُنِىَ بالنعجة عن المرأة [… ]ويُكْنَى عنها بالبقرة والناقة لأن الكلّ مركوب (أحكام القرآن لابن العربي ج4 ص49   -

5-«Le prophète dit : Amusez-vous de trois choses : Les chevreaux, les femmes et la lutte » (Mousnid Ibn El-Djaad El-Baghdadi ; Volume 1, page 345) 

قال النبي: اجعلوا اللهو في ثلاثة أشياء: الخيل والنساء والنضال » (مسند ابن الجعد البغدادي ج1/ص345 

II- 6- L’Islam ordonne au mari de mépriser sa femme et de la frapper

1-[…] Et quant à celles (les femmes) dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et frappez-les […] (Coran 4, 34) 

وَاللَّاتِي تَخَافُونَ نُشُوزَهُنَّ فَعِظُوهُنَّ وَاهْجُرُوهُنَّ فِي الْمَضَاجِعِ وَاضْرِبُوهُنَّ »[…] (سورة النساء 34

II-7- Dans l’héritage, l’Islam donne deux parts à  l’homme et une part  à la  femme. 1-« Voici ce que Dieu vous enjoint au sujet de vos enfants : au fils, une part équivalente à celle de deux filles […] ». (Coran 4,11)

  يوصيكم الله في أولادكم للذكر مثل حظ الأنثيين […]« (سورة النساء11 

II-8- dans l’Islam le mari n’est pas obligé d’acheter le linceul à sa femme 

1-« Le  mari n’est pas obligé d’acheter le linceul à sa femme [lorsqu’elle meurt], même s’il est riche ; parce que l’habillement [de sa femmes] ne lui était obligatoire que pendant la période de mariage et de jouissance avec elle ; et  ceci (l’habillement de sa femme) est interrompu par la mort. » (Erroad el-morabaa; charh zed el-moustaknaa; li Ibn Idris El-Bahouti; Volume1, page 337)

أن الزوج لا يلزمه كفن امرأته ولو كان غنيا، لان الكسوة وجبت عليه بالزوجية والتمكن من الاستمتاع، وقد انقطع ذلك بالموت(الروض المربع شرح زاد المستقنع لابن إدريس البهوتي ج1 ص337 

II-9- Dans l’Islam; lorsque la femme tombe malade, son mari n’est pas obligé de lui payer le médecin et les médicaments.  1-« Dans le cas où la femme tombe malade, il n’est pas obligé à son mari de lui acheter les médicaments ou lui payer le médecin ; parce que cela ce n’est pas de ses besoins essentiels et habituels.» (Dans l’Islam les besoins essentiels et habituelles de la femme, sont les rapports sexuels) (Kiteb El Fak-h el Henbali page 417) 

‘لا يُلْزَمُ الزوج بشراء دواء لزوجته أو دفع أجرة طبيب إذا مرضت لان ذلك ليس من حاجتها الضرورية المعتادة. » (كتاب الفقه الحنبلي ص 417) 

II-10- Dans l’Islam, la femme ne peut pas être responsable d’une nation, et l’imamat du féminisé est mieux que celui d’elle, pour les femmes 

1-« Un peuple gouverné par une femme ne réussit pas !». (Ce hadith est cité 123 fois dans les références de l’Islam ; y compris Sahih El-Boukhari volume 6 page 360)

 لَنْ يُفْلِحَ قَوْمٌ وَلَّوْا أَمْرَهُمُ امْرَأَةً » (ذكر هذا الحديث 123 مرة في المراجع التراثية، منها: صحيح البخاري ج6 ص360 

2-L’imamat est à l’homme, puis celui du féminisé est mieux que celui de la femme pour les femmes ; et leur présence (les femmes) dans la mosquée parmi les hommes est mal admise ». (Feteh el-wahhab, charh menhedj ettolleb ; li Zakaria el Ensari ; volume1, page 503) 

« إمامة الرجل ثم الخنثى للنساء أفضل من إمامة المرأة لهن، ويكره حضورهن المسجد في جماعة الرجال » (فتح الوهاب شرح منهج الطلاب لزكريا الأنصاري ج1 ص503) 

3-Houdifa Ben El-Yamane dit : J’ai entendu le messager de Allah dire dans son discours : Les femmes sont les pièges du diable […] éloignez-les de-là où Allah les a éloignées ! » (Mouaadjem Djamaa el ossol fi ahadith er-rassol ; li Ibn El-Atir ; volume 11, page 16 )

 عن حذيفة بن الْيَمَان قال: سمعتُ رسولَ الله يقول في خطبته: النَّساءُ حبائلُ الشيطان (مصايد الشيطان)… أخِّروا النساء حيث أخَّرَهُنَّ الله » (معجم جامع الأصول في أحاديث الرسول لابن الأثير ج11 ص16

4-«  […], Il a été confirmé dans le hadith approuvé (sahih), que si la femme, l’âne où le chien noir, passent devant quelqu’un qui prie (pratique la salat), sa salat s’annule ; Comment peut-elle (la femme) être Imam des croyants ? » (El-istikama li Ibn Taimia ; Volume1 ; page315) 

 قد ثبت في الصحيح أنه إذا مر أمام المصلي المرأة والحمار والكلب الأسود نقض صلاته » فكيف تؤم     المؤمنين؟  (الاستقامة لابن تيمية ج1 ص315 

II-11- Dans l’Islam, la femme est une côte fléchie 

1-« Dans le hadith prophétique ; La femme est une côte fléchie. Si tu l’acceptes [telle qu’elle est], tu t’amuseras avec ; mais si tu essayes de la dresser, tu la casses ! » (Charh nehdj el-balagha ; li El-Madaïni ; volume 18, page 96) 

 في الحديث النبوي: « المرأة ضلع عوجاء إن داريتها استمتعت بها، وإن رمت تقويمها كسرتها » (شرح نهج البلاغة للمدائني ج18 ص 96 

II-12- Dans l’Islam la femme vierge se mange comme du pain.   1-« Omar Ben El-Khattab dit : La femme vierge nécessite un travail (comme le blé) […] : Tu la broies, tu la pétris, tu la cuis et tu la manges » (Natr edder fi el-mohadarat, li Ibn El-Houcine El-Abi ; Volume 2, page 18)

  قال عمر بن الخطاب: المرأة البكر تحتاج إلى خدمة  … [كحبة القمح] تطحنها وتعجنها وتخبزها ثم تأكلها » (نثر الدر في المحاضرات لابن الحسين الآبي ج2 ص18 

II-13- Dans l’Islam, l’esprit des femmes est dans leurs vagins, et elles ne sont que des animaux.

  1-Le hadith prophétique dit : «  Tu les (les femmes) consultes et tu les contredis […]. Les femmes sont les pièges du diable […] leur esprit est dans leur vagin […] ; les désirs [sexuels] des femmes sont supérieurs à ceux des hommes […], la bête n’engendre que la bête. » (El-makassid el-housna ; li Es-sakhaoui ; volume 1 ; page 767)

 حديث نبوي: » شاوروهن وخالفوهن […] النساء حبائل الشيطان.  […] عقولهن في  فروجهن، […] شهوة النساء تضاعف على شهوة الرجال […] لا تلد الحية إلا حية » (المقاصد الحسنة للسخاوي ج1 ص767)  

II-14- Dans l’Islam, les rapports sexuels avec les femmes mortes, sont permis. 

1-« La copulation avec l’animal et la femme morte (le cadavre d’une femme), n’annule pas l’ablution. » (Hachiet rad el-mouhtar aala ed-dar el-mokhtar ; charh tenouir el  absar ; fik-h Abou Hanifa, li Ibn Abededine ; Volume1, page 166) 

وطء البهيمة والمرأة الميتة غير ناقض للوضوء » (حاشية رد المحتار على الدر المختار شرح تنوير الأبصار فقه أبو حنيفة  لابن عابدين ج1 ص 166      -

2-« La copulation avec la femme morte (cadavre de la femme) ne nécessite pas la condamnation. La même chose pour la copulation avec la bête. » (Badaïa es-sanaïa fi tartib echaraïa li El-Kassani ; volume 7 ; page 34)

 وَطْءُ الْمَرْأَةِ الْمَيِّتَةِ لا يُوجِبُ الْحَدَّ. وكذا وطء البهيمة » (بدائع الصنائع في ترتيب الشرائع للكاساني ج7 ص34 

II-15- L’Islam autorise la polygamie.

1-« […] Il est permis d’épouser deux, trois ou quatre, parmi les femmes qui vous plaisent, mais, si vous craignez de n’être pas justes avec celles-ci, alors une seule, ou des esclaves que vous possédez. Cela afin de ne pas faire d’injustice.» (Coran 4,3) 

 فَانكِحُواْ مَا طَابَ لَكُم مِّنَ النِّسَاء مَثْنَى وَثُلاَثَ وَرُبَاعَ فَإِنْ خِفْتُمْ أَلاَّ تَعْدِلُواْ فَوَاحِدَةً أَوْ مَا مَلَكَتْ أَيْمَانُكُمْ ذَلِكَ أَدْنَى أَلاَّ تَعُولُواْ » (سورة النساء 3   

LE DANGER ! 

Actuellement, ce verset a créé  des problèmes dans  beaucoup de pays musulmans : Les hommes se remarient en laissant leurs enfants abandonnés, ainsi que leurs femmes qui se divorcent ou se dirigent vers la prostitution. Leurs enfants quittent leurs études et suivent le chemin de la dérive (drogue, ivrognerie, brigandage…)

II-16- Dans l’Islam la femme doit porter le voile. 

 1-«  Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu’elles rabattent leurs voile (le khimar) sur leurs poitrines; et qu’elles ne montrent leurs atours qu’à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs sœurs, ou aux femmes musulmanes, ou aux esclaves qu’elles possèdent, ou aux domestiques mâles impuissants, ou aux garçons impubères qui ignorent tout des parties cachées des femmes. Et qu’elles ne frappent pas avec leurs pieds de façon que l’on sache ce qu’elles cachent de leurs parures. Et repentez-vous tous devant Allah, ô croyants, afin que vous récoltiez le succès. » (Coran 24, 31) 

وَقُل لِّلْمُؤْمِنَاتِ يَغْضُضْنَ مِنْ أَبْصَارِهِنَّ وَيَحْفَظْنَ فُرُوجَهُنَّ وَلَا يُبْدِينَ زِينَتَهُنَّ إِلَّا مَا ظَهَرَ مِنْهَا وَلْيَضْرِبْنَ بِخُمُرِهِنَّ عَلَى جُيُوبِهِنَّ وَلَا يُبْدِينَ زِينَتَهُنَّ إِلَّا لِبُعُولَتِهِنَّ أَوْ آبَائِهِنَّ أَوْ آبَاء بُعُولَتِهِنَّ أَوْ أَبْنَائِهِنَّ أَوْ أَبْنَاء بُعُولَتِهِنَّ أَوْ إِخْوَانِهِنَّ أَوْ بَنِي إِخْوَانِهِنَّ أَوْ بَنِي أَخَوَاتِهِنَّ أَوْ نِسَائِهِنَّ أَوْ مَا مَلَكَتْ أَيْمَانُهُنَّ أَوِ التَّابِعِينَ غَيْرِ أُوْلِي الْإِرْبَةِ مِنَ الرِّجَالِ أَوِ الطِّفْلِ الَّذِينَ لَمْ يَظْهَرُوا عَلَى عَوْرَاتِ النِّسَاء وَلَا يَضْرِبْنَ بِأَرْجُلِهِنَّ لِيُعْلَمَ مَا يُخْفِينَ مِن زِينَتِهِنَّ وَتُوبُوا إِلَى اللَّهِ جَمِيعاً أَيُّهَا الْمُؤْمِنُونَ لَعَلَّكُمْ تُفْلِحُونَ 

2-«  Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles (leurs djelbeb) : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. Allah est pardonneur et Miséricordieux. » (Coran33, 59)  

يَا أَيُّهَا النَّبِيُّ قُل لِّأَزْوَاجِكَ وَبَنَاتِكَ وَنِسَاء الْمُؤْمِنِينَ يُدْنِينَ عَلَيْهِنَّ مِن جَلَابِيبِهِنَّ ذَلِكَ أَدْنَى أَن يُعْرَفْنَ فَلَا يُؤْذَيْنَ وَكَانَ اللَّهُ غَفُوراً رَّحِيماً

LE KHIMAR : 

Avant l’Islam, la femme bédouine arabe mettait un tissu sur ses épaule et qui s’appelle khimar ou châle en français. Elle l’utilisait pour couvrir ses cheveux pendant le vent de sable et pour protéger sa tête contre le soleil. Autrement-dit, il joue le rôle du turban chez l’homme bédouin.

 Le Coran a ordonné à la femme musulmane de le porter en présence des hommes cités dans le verset En-nor31 (c’est-à-dire Coran 24, 31). 

LE NIKAB :

 Avant l’Islam, la femme bédouine arabe mettait un morceau de tissu sur son visage pour  le protéger du soleil et pour éviter l’inhalation de la poussière du vent de sable. 

L’Imam Youcef Kardaoui dit : « Le nikab est un tissu avec lequel la femme cache son visage ; soit tolalement soit partiellement en laissant les yeux. Il s’appelle aussi el-borkaa  ou el-battola  dans certains pays. Il dit aussi pour le nikab, suit la couverture des mains de la femme par des gants, car ceux (les musulmans) qui disent que le visage de la femme est un sexe (Aawra) ; disent aussi la même chose pour les mains. »  

L’Imam Kardaoui dit aussi : « Avant la venue de l’Islam, la femme portait le nikab sans cacher ses yeux » 

LE DJELBAB :

Le Djelbeb est une tenue arabe bédouine qui était avant l’Islam et qui enveloppe tout le corps de la femme. Dans l’anté-islam, la femme utilisait le djelbab pour faire discrètement  des rapports sexuels avec des hommes, par autorisations de leurs maris, afin qu’elles ne soient pas reconnues. ( voir liens suivants : http://quran.maktoob.com/vb/quran34732/ , http://majdah.maktoob.com/vb/majdah13182/

Le verset coranique El-Ahzeb 59 (Coran 33,59) dit : « Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles (leurs djelbeb) : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. Allah est pardonneur et Miséricordieux. » 

Selon En-Nissabori ; El-Chikh Et-Tabari ; Ibn Katir et El-Djalalani : « Lorsque les femmes musulmanes libres sortaient la nuit pour faire leurs besoins ; il y’avait à la Médine des malfaiteurs qui les offensaient en les prenant pour des esclaves. Ce verset (Coran33, 59) se révéla afin que  ces malfaiteurs fassent la distinction et n’agressent pas les femmes musulmanes libres. » (C’est-à-dire, à l’époque de Mahomet, les malfaiteurs peuvent offenser les femmes esclaves) 

LE HIDJAB ET SON DANGER !

Dans la langue arabe, le mot  « hidjab » veut dire séparation de deux choses par un obstacle, de la vue des gens. Dans la Charia, le hidjab est la séparation des femmes non âgées de la vue des hommes, dans toutes les situations (au travail, à l’école, etc.)  Ce mot n’existe pas dans le Coran, mais il se trouve implicitement dans les hadiths. Au sujet du hidjab, l’Imam Echitk Youcef El-Kardaoui dit : « Dans notre tradition musulmane, le mot hidjab a un sens : Il veut dire que la femme musulmane doit rester  à la maison [séparées des hommes], mais cela n’était spécifique qu’aux femmes du prophète.  Le mot hidjab dans notre époque, a pris le sens de khimar qui ne cache que le visage et la poitrine de la femme. » L’Imam Kardaoui dit aussi : « Le mot hidjeb est une appellation moderne donnée à  la tenue musulmane actuelle. » Pour les femmes musulmanes, le hidjeb est un devoir religieux prescrit dans le Coran, quoi qu’on n’y  trouve pas ce mot ! Ceci n’est qu’une politique qui montre aux occidentaux la puissance musulmane par le nombre de femmes voilées ; car le hidjab est le symbole moderne de l’Islam qui a remplacé le croissant.

II-17- Dans le paradis musulman l’homme aura 72 houris ; mais la femme n’aura rien. 

1-Rapporté de Abi Amama; « Le messager de Dieu dit: Il n’y a pas quelqu’un que Allah le fait entrer au paradis et Allah tout puissant ne le marie pas avec 72 femmes (houris) : Deux houris qui sont sa part et 70 [houris] qui sont  la part des gens de l’enfer. Chacune d’elles possède une chose sur son devant (un sexe), et lui a un pénis  qui ne se plie pas. (Sounene Ibn Madja ; kiteb ezzahd ; Hadith 4481) 

عَنْ أَبِى أُمَامَةَ أن رَسُولَ اللَّه قَالَ «مَا مِنْ أَحَدٍ يُدْخِلُهُ اللَّهُ الْجَنَّةَ إِلاَّ زَوَّجَهُ اللَّهُ عَزَّ وَجَلَّ ثِنْتَيْنِ وَسَبْعِينَ زَوْجَةً ثِنْتَيْنِ مِنَ الْحُورِ الْعِينِ وَسَبْعِينَ مِنْ مِيرَاثِهِ مِنْ أَهْلِ النَّارِ مَا مِنْهُنَّ وَاحِدَةٌ إِلاَّ وَلَهَا قُبُلٌ شَهِىٌّ  [عورتها] وَلَهُ ذَكَرٌ لاَ يَنْثَنِى (سنن ابن ماجه كتاب الزهد حديث 4481  

III-La femme dans le Christianisme 

 III-1- La Bible cite des femmes prophètes. 

1-« Et Marie, la prophétesse, sœur d’Aaron, prit un tambourin en sa main, et toutes les femmes sortirent après elle, avec des tambourins et en chœurs. » (Exode 15,20)(cf. l’anachronisme sourates 19 – Maryam – 28 – 66, 12)

2-« Et Hilkija, le sacrificateur, et Akhikam, et Acbor, et Shaphan, et Asçaïa, allèrent vers Hulda la prophétesse, femme de Shallum fils de Thikva, fils de Harkhas, qui avait la garde des vêtements ; et elle habitait à Jérusalem dans le second quartier de la ville ; et ils lui parlèrent. »(2 Roi 22,14)     

 3-« Souviens-toi, ô Dieu, de Tobija et de Sanballat selon ces œuvres qu’ils ont faites ; et aussi de Noadia la prophétesse, et du reste des prophètes qui voulaient m’effrayer ! » (Néhémie 6,14)   4-« Et il y avait Anne une prophétesse, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser ; elle était fort avancée en âge, ayant vécu avec un mari sept ans depuis sa virginité. » (Luc2, 36) 

III-2- La Bible cite une femme qui était prophétesse et juge pour tout le peuple d’Israël.

1-« Et Debora une prophétesse femme de Lappidoth, jugeait Israël en ce temps-là. »(Juges 4,4)

III-3- Dans la Bible la femme peut avoir des qualités meilleures que celles de l’homme. 

 1-« Et le nom de l’homme était Nabal, et le nom de sa femme, Abigaïl ; et la femme avait du bon sens et était belle de visage ; et l’homme était dur et méchant dans ses actes ; et il était de la race de Caleb. »(1Samuel 25,3)

III-4- Contrairement à l’Islam ; dans le Christianisme, il n’y a ni polygamie ni divorce. 

1-« Il a été dit aussi : « Si quelqu’un répudie sa femme qu’il lui donne une lettre de divorce ».
 Mais moi (Jésus), je vous dis que quiconque répudiera sa femme [et en épouse une autre], si ce n’est pour cause de fornication la fait commettre adultère; et quiconque épousera une femme répudiée, commet adultère. » (Mathieu 5,31-32 ; Marc 10,11-12 ; Luc 16,18)  Nb : Dans le Christianisme la femme ne se répudie par son mari  que lorsqu’elle commet  l’adultère ; et elle peut se remarier facilement après avoir fait la confession de ce pêché. L’Eglise classique (catholique, orthodoxe) est très sévère dans ce point, et cela tout simplement pour ne pas encourager les divorces et les remariages. 

2-« Et les pharisiens vinrent à lui (Jésus), l’éprouvant et [lui] disant : Est-il permis à un homme de répudier sa femme pour quelque cause que ce soit ? Et lui, répondant, leur dit : N’avez-vous pas lu que celui qui les a faits, dès le commencement, les a faits mâle et femelle, et qu’il dit : « C’est pourquoi, l’homme laissera son père et sa mère et sera uni à sa femme; « et les deux seront une seule chair »?

Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Donc ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas. Ils lui disent : Pourquoi donc Moïse a-t-il commandé de donner une lettre de divorce, et de la répudier ? Il leur dit : Moïse, à cause de votre dureté de cœur, vous a permis de répudier vos femmes ; mais au commencement il n’en était pas ainsi.

Et je vous dis que quiconque répudiera sa femme, non pour cause de fornication, et en épousera une autre, commet adultère ; et celui qui épouse une femme répudiée, commet adultère. » (Matthieu 19,3-9 ; Marc 10,2-12) 

III-5- Il y avait des femmes disciples de Jésus. 

1-« Et il (Jésus) arriva après cela, qu’il passait par les villes et par les villages, prêchant et annonçant le royaume de Dieu ; et les douze [étaient] avec lui, et des femmes aussi qui avaient été guéries d’esprits malins et d’infirmités, Marie, qu’on appelait Magdeleine, de laquelle étaient sortis sept démons, et Jeanne, femme de Chuzas intendant d’Hérode, et Susanne, et plusieurs autres, qui l’assistaient de leurs biens. » (Luc8, 1-3)

III-6- Dans l’Islam la femme qui trompe son mari en pratiquant l’adultère est lapidée ; mais dans le Christianisme, elle peut être pardonnée. 

1-« Et Jésus s’en alla à la montagne des oliviers. Et au point du jour il vint encore au temple, et tout le peuple vint à lui; et s’étant assis, il les enseignait. Et les scribes et les Pharisiens lui amènent une femme surprise en adultère; et l’ayant placée devant lui, ils lui disent : Maître, cette femme a été surprise sur le fait même, commettant adultère. Or, dans la loi, Moïse nous a commandé de lapider de telles femmes: toi donc, que dis-tu ? Or ils disaient cela pour l’éprouver, afin qu’ils eussent de quoi l’accuser. Mais Jésus, s’étant baissé, écrivait avec le doigt sur la terre. Et comme ils continuaient à l’interroger, s’étant relevé, il leur dit : Que celui de vous qui est sans péché, jette le premier la pierre contre elle. Et s’étant encore baissé, il écrivait sur la terre. Et eux, l’ayant entendu, sortirent un à un, en commençant depuis les plus anciens jusqu’aux derniers; et Jésus fut laissé seul avec la femme devant lui. Et Jésus, s’étant relevé et ne voyant personne que la femme, lui dit : Femme, où sont-ils, ceux-là, tes accusateurs ? Nul ne t’a-t-il condamnée ? Et elle dit : Nul, Seigneur. Et Jésus lui dit : Moi non plus, je ne te condamne pas; va, — dorénavant ne pèche plus. » (Jean 8,1-11) 

III-7-Dans le Christianisme le mariage est basé sur l’amour mutuel ; contrairement à l’Islam qui ne voit en la femme que sexe. 

1-« Or, pour ce qui est des choses au sujet desquelles vous m’avez écrit, il est bon à l’homme de ne pas toucher de femme; mais, à cause de la fornication, que chacun ait sa propre femme, et que chaque femme ait son mari à elle. Que le mari rende à la femme ce qui lui est dû, et pareillement aussi la femme au mari. La femme ne dispose pas de son propre corps, mais le mari; et pareillement aussi le mari ne dispose pas de son propre corps, mais la femme. Ne vous privez pas l’un l’autre, […] Mais quant à ceux qui sont mariés, je leur enjoins, non pas moi, mais le Seigneur : que la femme ne soit pas séparée du mari;(et si elle est séparée, qu’elle demeure sans être mariée, ou qu’elle se réconcilie avec son mari;) et que le mari n’abandonne pas sa femme. » (1Corinthiens 7,1-11)

Nb : Ce message fut envoyé par Saint-Paul à l’Eglise de Corinthe, en conseillant ses membres qui sont des prédicateurs de l’Evangile, de ne pas se marier et qu’ils consacrent leurs vies au Christ de la même façon que lui. 

III-8- Contrairement à l’Islam ; le converti au christianisme ne doit pas répudier sa femme non convertie, et vice versa.

1-« Mais quant aux autres, je dis, moi, non pas le Seigneur : Si quelque frère a une femme incrédule, et qu’elle veuille habiter avec lui, qu’il ne l’abandonne pas; et si une femme a un mari incrédule, et qu’il veuille habiter avec elle, qu’elle n’abandonne pas [son] mari. Car le mari incrédule est sanctifié par la femme, et la femme incrédule est sanctifiée par le frère, [son mari]; puisque autrement vos enfants seraient impurs; mais maintenant ils sont saints.  Mais si l’incrédule s’en va, qu’il s’en aille; le frère ou la sœur ne sont pas asservis en pareil cas; mais Dieu nous a appelés [à marcher] dans la paix. Car que sais-tu, femme, si tu ne sauveras pas ton mari ? Ou que sais-tu, mari, si tu ne sauveras pas ta femme ? » (1Corinthiens7, 12-16) 

2- »La femme est liée pendant tout le temps que son mari est en vie; mais si le mari s’est endormi (dans la mort), elle est libre de se marier à qui elle veut, seulement dans le Seigneur. » (1Corinthiens 7,39)

LE DANGER !

Dans l’Islam, et la loi des pays musulmans « le mariage du non-musulman par la femme musulmane est interdit ». Et cela est conforme au verset coranique « En-nor 3 » (Coran 24,3) qui dit : «  Le fornicateur n’épousera qu’une fornicatrice ou une associatrice (une non-musulmane) ; et la fornicatrice ne sera épousée que par un fornicateur ou un associateur (un non-musulman); et cela a été interdit aux croyants.» Actuellement beaucoup d’hommes musulmans sont en train de se convertir au christianisme et leurs femmes les quittent conformément à cette loi, en laissant les enfants abandonnés. Ces enfants quittent leurs études et se dirigent le plus souvent vers la drogue, le brigandage, etc. 

 III-9- Contrairement à l’Islam ; la femme chrétienne ne doit mettre le voile sur sa tête qu’à l’Eglise.

 1-« Mais je veux que vous sachiez que le chef de tout homme, c’est le Christ, et que le chef de la femme, c’est l’homme (son mari), et que le chef du Christ, c’est Dieu. Tout homme qui prie ou qui prophétise en ayant [quelque chose] sur la tête, déshonore sa tête(le Christ) ; et toute femme qui prie ou qui prophétise, la tête découverte, déshonore sa tête (son mari), car c’est la même chose qu’une femme qui serait rasée. » (1Corinthiens11, 3-5)

Nb : Il n’y a aucun verset biblique qui incite la femme chrétienne à porter le voile dans sa vie quotidienne ; et ce passage biblique n’est qu’un règlement interne à l’intérieur de l’Eglise, qui est actuellement non appliqué ; car dans le Christianisme, il n’a pas de lois, mais des recommandations.

III-10- Contrairement à l’Islam ; La femme chrétienne et son mari forment un seul corps ; seulement elle doit-être sous son autorité. 

1-« Femmes, soyez soumises à vos propres maris comme au Seigneur; parce que le mari est le chef de la femme, comme aussi le Christ est le chef de l’assemblée, lui, le sauveur du corps. Mais comme l’assemblée est soumise au Christ, ainsi que les femmes le soient aussi à leurs maris en toutes choses.

Maris, aimez vos propres femmes, comme aussi le Christ a aimé l’assemblée et s’est livré lui-même pour elle, afin qu’il la sanctifiât, en la purifiant par le lavage d’eau par [la] parole; afin que lui se présentât l’assemblée à lui-même, glorieuse, n’ayant ni tache, ni ride, ni rien de semblable, mais afin qu’elle fût sainte et irréprochable. De même aussi, les maris doivent aimer leurs propres femmes comme leurs propres corps; celui qui aime sa propre femme s’aime lui-même. Car personne n’a jamais haï sa propre chair, mais il la nourrit et la chérit, comme aussi le Christ l’assemblée : Car nous sommes membres de son corps, de sa chair et de ses os. C’est pour cela que l’homme laissera son père et sa mère et sera joint à sa femme ; et les deux seront une seule chair. Ce mystère est grand; mais moi je parle relativement à Christ et à l’assemblée. Toutefois, que chacun de vous aussi en particulier aime sa propre femme comme lui-même; et quant à la femme, qu’elle craigne son mari. » (Ephésiens 5,22-33) 

2-« Femmes, soyez soumises à vos maris, comme il convient dans le Seigneur. Maris, aimez vos femmes et ne vous aigrissez pas contre elles. » (Colossiens3, 18-19) 

III-11- Contrairement à l’Islam ; la femme chrétienne peut gagner son mari, par sa conduite. 

1-«  Pareillement, vous, femmes, soyez soumises à vos propres maris, afin que, si même il y en a qui n’obéissent pas à la parole, ils soient gagnés sans [la] parole, par la conduite de leurs femmes, ayant observé la pureté de votre conduite dans la crainte.  Vous, dont la parure ne doit pas être [une parure] extérieure qui consiste à avoir les cheveux tressés et à être paré d’or et habillé de [beaux] vêtements, mais la parure caché du cœur, dans l’incorruptibilité d’un esprit doux et paisible qui est d’un grand prix devant Dieu ; car c’est ainsi que jadis se paraient aussi les saintes femmes qui espéraient en Dieu, étant soumises à leurs propres maris, comme Sara obéissait à Abraham, l’appelant seigneur, de laquelle vous êtes devenues les enfants, en faisant le bien et en ne craignant aucune frayeur.  Pareillement, vous, maris, demeurez avec elles selon la connaissance, comme avec un vase plus faible, [c’est-à-dire] féminin, leur portant honneur comme étant aussi ensemble héritiers de la grâce de la vie, pour que vos prières ne soient pas interrompues. » (1Pierre 3, 1-7)

III-12- Dans l’Eglise les femmes chrétiennes doivent obéir au règlement interne, de même que les hommes. 

1-«  Qu’est-ce donc, frères ? Quand vous vous réunissez, chacun de vous a un psaume, a un enseignement, a une langue, a une révélation, a une interprétation : que tout se fasse pour l’édification. Et si quelqu’un parle en langue, que ce soient deux, ou tout au plus trois, [qui parlent], et chacun à son tour, et que [quelqu’] un interprète; mais s’il n’y a pas d’interprète, qu’il se taise dans l’assemblée, et qu’il parle à soi-même et à Dieu; et que les prophètes parlent, deux ou trois, et que les autres jugent; et s’il y a eu une révélation faite à un autre qui est assis, que le premier se taise. Car vous pouvez tous prophétiser un à un, afin que tous apprennent et que tous soient exhortés. Et les esprits des prophètes sont assujettis aux prophètes. Car Dieu n’est pas [un Dieu] de désordre, mais de paix, comme dans toutes les assemblées des saints. Que vos femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis de parler; mais qu’elles soient soumises, comme le dit aussi la loi. Et si elles veulent apprendre quelque chose, qu’elles interrogent leurs propres maris chez elles, car il est honteux pour une femme de parler dans l’assemblée. » (1Corinthiens14, 26-35) 

2-« Je veux donc que les hommes prient en tout lieu, élevant des mains saintes, sans colère et sans raisonnement. De même aussi, que les femmes se parent d’un costume décent, avec pudeur et modestie, non pas de tresses et d’or, ou de perles, ou d’habillements somptueux, mais par de bonnes œuvres, ce qui sied à des femmes qui font profession de servir Dieu. Que la femme apprenne dans le silence, en toute soumission ; mais je ne permets pas à la femme d’enseigner ni d’user d’autorité sur l’homme ; mais elle doit demeurer dans le silence ; car Adam a été formé le premier, et puis Eve. Et Adam n’a pas été trompé ; mais la femme, ayant été trompée, est tombée dans la transgression ; mais elle sera sauvée en enfantant, si elles persévèrent dans la foi et l’amour et la sainteté, avec modestie. « (1Timothée 2,8-15)  

3-« Cette parole est certaine, que si quelqu’un aspire à la surveillance, il désire une œuvre bonne : il faut donc que le surveillant(l’évêque)soit irrépréhensible, mari d’une seule femme, sobre, sage, honorable, hospitalier, propre à enseigner, non adonné au vin, non batteur, mais doux, non querelleur, n’aimant pas l’argent, conduisant bien sa propre maison, tenant ses enfants soumis en toute gravité.  (Mais si quelqu’un ne sait pas conduire sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l’assemblée de Dieu ?)  Qu’il ne soit pas nouvellement converti, de peur qu’étant enflé d’orgueil, il ne tombe dans la faute du diable. Or il faut aussi qu’il ait un bon témoignage de ceux de dehors, afin qu’il ne tombe pas dans l’opprobre et dans le piège du diable. De même, [il faut] que les diacres soient graves, non doubles en paroles, non adonnés à beaucoup de vin, non avides d’un gain honteux, gardant le mystère de la foi dans une conscience pure ; et que ceux-ci aussi soient premièrement mis à l’épreuve ; ensuite, qu’ils servent, étant trouvés irréprochables.  De même, que les femmes [diacres] soient graves, non médisantes, sobres, fidèles en toutes choses. » (1Timothée 3,1-11) 

Nb : Ce règlement interne  concernant les hommes et les femmes dans l’Eglise, et qui est écrit dans le Nouveau Testament, n’est pas un ensemble de lois, mais c’est des recommandations ; car le Christianisme n’est pas une religion de loi, mais de Foi, d’Amour et de Paix. Dans le Christianisme Dieu est semblable à un bon père qui dit à ses fils de suivre ce chemin et  non pas l’autre ; mais si ses fils font le contraire, le père ne sera pas content, mais il les pardonne. Ce Père ne punit ses fils que pour  des fautes très graves. Et dans le Royaume de Dieu, les premiers seront les derniers et les derniers seront les premiers. (C’est-à-dire chacun se classe selon ses actes) Actuellement, l’Eglise ne suit pas convenablement les  recommandations de l’Evangile, et on y trouve des femmes pasteurs, des prédicatrices, des femmes fidèles portant des tenues non conformes aux recommandations de l’Evangile, etc.  Mais elle est toujours  l’Eglise du Christ. 

IV- Conclusion.

 Les musulmans disent que  relativement à la société occidentale et chrétienne, la femme a une très grande valeur dans la société musulmane. Mais cette étude a montré le contraire : Selon le Coran et la Sounna, la femme dans la société musulmane est prise pour un sexe ; elle est en même position que l’animal ; elle n’a pas le même droit que l’homme même dans le paradis, elle est déshonorée au point où elle porte le djelbeb qui était souvent un habillement de prostitution dans l’anté-islam (Comme il est actuellement dans beaucoup de pays musulmans), et au point où les rapports sexuels sont permis avec son cadavre. 

Selon la Bible, la femme chrétienne a les mêmes droits que l’homme ; elle peut être juge, prophétesse, roi, présidente, etc. ; mais elle est sous l’autorité de son mari, qui doit l’honorer et l’aimer comme lui-même.  Certes on trouve des musulmans qui honorent leurs femmes en négligeant les textes de l’Islam ; comme on trouve aussi des chrétiens qui déshonorent  leurs femmes malgré que le Christianisme les honore. On ne doit jamais juger une doctrine selon le comportement de son fidèle, mais on la juge selon ce qui est dedans. La propagande de la femme honorée dans la société musulmane, n’est qu’une tromperie utilisée pour faire convertir les femmes de l’occident à l’Islam, et aveugler plus les femmes pratiquantes l’Islam, en se moquant d’elles. 

Tout ça est pour le but de la reconstruction de l’empire musulman qui doit contrôler le monde entier.

Il n’y a qu’un seul Islam et non pas plusieurs. Un musulman est un musulman : Il n’y a pas de  musulmans extrémistes et de musulmans non extrémistes. Mais, il y a des musulmans qui connaissent l’Islam et des musulmans qui ne le connaissent pas et ne cherchent pas à le connaitre, en suivant aveuglement les mensonges des Imams et des politiciens. 

Les musulmans qui sont actuellement en train de tuer des innocents et persécuter des gens, ne sont ni vauriens, ni malades mentaux ; mais ce sont des musulmans très conscients qui appliquent convenablement l’Islam conformément au Coran et à la Sounna. Et c’est ça l’Islam ! 

 

Lisons les citations coraniques :

http://torah-injil-jesus.e-monsite.com/pages/citations-coraniques.html

 

Le texte en pdf pour une meilleure lecture

 

ContrefemmespdfContrefemmespdf (973.16 Ko)

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau