ARGUMENTAIRES 1

 

VIVE LE CORAN ! 

C’EST L’ARME ABSOLUE CONTRE L’ISLAM 

 

Après la lecture de ces deux pages, vous pourrez répondre aux questions suivantes : 

 

L’islam est-il une religion comme les autres? Est-ce une religion de tolérance et de paix? 

 

1.     ISLAM, CORAN, HADITHS ET SUNNA 

 

L’islam est un système religieux, politique, juridique et social initié au VIIe siècle par Mahomet, qui se 

déclare être le dernier prophète et donc LE prophète à qui Allah aurait transmis ses préceptes par l’entremise 

de l’ange Gabriel. Ces préceptes sont compilés dans le Coran. Ce Coran, fixe, immuable, non interprétable est 

formé de 114 chapitres appelés sourates et chaque sourate est formée d’un nombre variable de phrases 

appelées versets. Les sourates et les versets sont numérotés de manière standard depuis 1923, par exemple 

[4:34] désigne le verset 34 de la sourate 4. 

 

Il est à noter que Mahomet entendait les paroles de l’ange Gabriel pendant des crises mystiques ! « Les 

témoins disent qu’il (Mahomet) avait des syncopes au cours desquelles il avait de l’écume aux lèvres et des 

rugissements analogues à ceux d’un jeune chameau » (Mizanu’l Haqq, p. 345). (L’ange Gabriel du Coran - 

Djibril, l’ange des Ténèbres - n’est pas celui de l’Evangile de St Luc, l’ange des Lumières, l’ange de 

l’Annonciation, de l’Incarnation – cf. Epître aux    Galates 1 : 7-9) 

En plus de leur livre saint, les musulmans prennent aussi pour modèle Mahomet en s’inspirant de ses actes 

et paroles rapportés entre le VIIIe et le Xe siècle par les traditionnistes, Bukhari, Muslim, Daoud et d’autres 

encore dans les hadiths (les dires), qui forment la Sunna (tradition). 

 

En parcourant les hadiths et le Coran (traduit en français par Hamidullah, version largement acceptée par les 

musulmans et qui est aussi celle que l’on trouve sur le site de l’UOIF), vous allez constater que l’islam est 

violent dès ses origines, qu’il est inégalitaire et discriminatoire envers les femmes, les non-musulmans, les 

homosexuels, etc., et qu’en fait, l’islam rejette et combat tout ce qui n’est pas lui-même. 

C’est une idéologie qui instrumentalise une religion dans le but de soumettre par la persuasion ou la violence 

tous les non-musulmans du monde. D’ailleurs islam veut dire soumission en arabe et musulman soumis. Bien 

sûr les musulmans ne partagent pas cette analyse, d’où cet argumentaire ayant pour objectif de les contrer à 

l’aide de leur propre Coran et ainsi de montrer que l’islam est incompatible avec la Déclaration des Droits de 

l’Homme et du Citoyen, qui fonde notre Constitution. 

 

2.     TACTIQUE ET DIALECTIQUE DE L’ISLAM (GRANDES LIGNES) 

 

a) Un point fondamental. Ne soyez jamais étonné qu’un musulman mente par omission ou par action, 

dissimule ou falsifie car c’est une prescription coranique. Quand il s’agit de développer l’islam, tous les coups 

sont permis. La taqqya, qui s’écrit aussi takia (dissimulation), est un devoir pour les croyants en situation 

d’infériorité (= de minorité). Par contre, dès que le rapport de force s’inverse, alors le musulman peut 

envisager l’agression : 

 

« Ne faiblissez donc pas et n'appelez pas à la paix alors que vous êtes les plus hauts, qu'Allah est avec vous, 

et qu'Il ne vous frustrera jamais [du mérite] de vos oeuvres. » [Coran 47:35]. 

On trouvera 2 exemples de cet « art de la taqqya » aux adresses suivantes : 

 

 

b) Quand on  s’oppose à un musulman qui affirme que l’islam est une religion de tolérance, de paix et d’amour 

en lui citant quelques sourates violentes, misogynes, antichrétiennes ou antijuives et qu’il est à court 

d’arguments il finit toujours par dire au bout du compte «… oui mais le Coran, pour le comprendre, il faut le 

lire en arabe. » 

 

La parade est simple : si tel était le cas, alors un converti français, sauf s’il lisait l’arabe, ce qui doit être 

extrêmement rare, serait une personne qui adopterait une religion dont il serait incapable de lire un traître mot 

du livre saint ! Ce n’est pas tenable, donc le musulman doit bien reconnaître implicitement qu’il existe des 

traductions du Coran en français acceptables pour un mahométan, ne serait-ce que celle de l’UOIF qu’on ne 

peut soupçonner d’être islamophobe et que l’on peut lire à l’adresse http://www.uoif-online.com 

 

 Ensuite il reste à le contredire avec les sourates de « son » Coran. 

 

c) Il faut aussi réfuter l’argument récurrent utilisé par des musulmans qui souvent n’ont jamais lu le  Coran, 

ainsi que par des Français ignares en islamologie qui jouent les idiots utiles de l’islam et qui affirment que 

l’islam est une religion comme les autres et donc que les musulmans ont les même droits que les adeptes des 

autres religions. Il faut objecter à cette affirmation que de nombreux versets incitant au meurtre figurent dans 

le Coran (aller au paragraphe 4 pour des exemples) ou encore lire les hadiths où le messager d’Allah, 

Mahomet lui-même, commandite de nombreux assassinats. Donc l’islam ne saurait être considéré comme une 

religion comme les autres. 

 

d) A la longue liste de versets du Coran appelant clairement au meurtre des mécréants, les musulmans 

rétorquent souvent qu’ils ne faisaient que  répliquer, que se défendre face aux attaques des « méchants » 

polythéistes. On reconnaît déjà à cette époque la posture victimaire des musulmans. Il faudrait donc  croire que 

les arabo-musulmans ont conquis d’immenses territoires au nom d’Allah, uniquement en se défendant et parce 

que les autres peuples les attaquaient. Pour se convaincre au contraire de l’arrogance et de l’agressivité du 

chef de guerre Mahomet, il suffit de lire les lettres missionnaires qu’il envoyait aux différents chefs ou rois, 

pour les « inviter » à embrasser l’islam : aux chefs des tribus d’Arabie, aux rois de Byzance, de Perse, 

d’Abyssinie, etc. 

 

Voici la « lettre d’invitation au peuple d’Oman : 

 

« Paix soit sur celui qui suit le chemin droit ! Je vous appelle à l'islam. Acceptez mon appel, et vous  serez 

indemne. Je suis le messager de Dieu envoyé à l'humanité, et l'annonce sera effectuée sur les mécréants. Si, 

donc, vous vous identifiez à l'islam, j'accorderai la puissance sur vous. Mais si vous refusez d'accepter l'islam, 

votre puissance disparaîtra, mes chevaux camperont sur l'étendue de votre territoire et nous régnerons en votre 

royaume. Signé : Mahomet, messager de Dieu ». 

 

e) Il faut aussi savoir que 2 versets peuvent se contredire, mais Allah, étant omniscient et infaillible, a tout 

prévu. Dans un tel cas il a développé la doctrine des versets abrogeants (nasikh) et des versets abrogés 

(mansukh) qui consiste à décider que le verset le plus récent annule le plus ancien et donc qu’un verset 

médinois ou  post-Hégire peut annuler, en cas de contradiction, un verset mecquois ou pré-Hégire. L’ Hégire 

désigne la période où Mahomet a été chassé de la Mecque pour aller se réfugier à Médine. Pour preuve de ce 

qui précède, on peut citer les deux versets : « si nous abrogeons un verset quelconque ou que nous le faisons 

oublier, nous en apportons un meilleur ou un semblable. Ne sais-tu pas qu’Allah est omnipotent ? » [Coran 

2:106] et « Quand Nous remplaçons un verset par un autre – Et Allah sait mieux ce qu'Il fait descendre –ils 

disent : "Tu n'es qu'un menteur". Mais la plupart d'entre eux ne savent pas. » [Coran 16:101]. 

 

Donc ne vous laissez pas désarçonner quand un adepte d’Allah vous cite un verset tolérant car il est  

vraisemblablement abrogé ou rendu obsolète par un verset médinois. Si l’islam était pacifique il ne devrait 

pas y avoir un seul verset violent dans le Coran... or des mots tels que « tuer », « combattre » ou « jihâd » y 

apparaissent des centaines de fois ! 

 

3. CHOIX DU CORAN 

 

Nous avons déjà signalé tout l’intérêt que  représente pour nous de choisir un Coran en français agréé par les 

musulmans eux-mêmes. C’est donc le Coran d’Hamidullah qui servira de référence dans la suite et 

uniquement celui-là. On peut le parcourir  sur le site : 

 

 

qui est très utile pour quelqu’un désirant se cultiver sur le Coran et l’islam. Toute personne éprise de rigueur 

aura le loisir de vérifier nos dires en consultant Internet ou en se procurant le Coran d’Hamidullah en version 

papier. 

 

 

Remarque importante : le Coran (« récitation » en arabe) est moins un texte que la récitation de ce texte en 

arabe. C’est donc, pour les non-arabophones, une longue suite de sons appris par cœur, dans des « écoles 

coraniques »  (madrassa, où le musulman apprend à haïr l’Occident). Il s’agit donc d’un véritable bourrage de 

crâne, un lavage de cerveau auquel le musulman est soumis souvent dès l’âge de 4 ans ! 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau