LA LIBERTE DE L'HOMME

LA LIBERTE DE L'HOMME

 

L'homme a été créé LIBRE, pouvant par sa propre volonté, régler son attitude spirituelle vers Dieu.

 

Pourquoi Dieu a-t-il voulu que l'Homme soit libre ? Mystère profond. Ne serait-ce que par un acquiescement libre est une condition ontologique de la participation à la vie surnaturelle de l'être souverainement libre qu'est Dieu.

 

Mystère ! Mais l'homme est libre, c'est un fait ; appelé à participer à la vie divine, l'homme est libre de répondre « oui » ou « non ».

 

« Si tu le veux, tu garderas les commandements : Etre fidèle dépend de ton bon plaisir. Il a mis devant toi le feu et l'eau, Du côté que tu voudras, tu peux étendre la main.

Devant les hommes sont la vie et la mort ; Ce qu'il aura choisi lui sera donné. » Ecclésiaste, 15, 15-17

 

C'est parce qu'il a créé l'homme libre que Dieu, non seulement n'a pas voulu, mais même n'a pas pu empêcher son refus et sa déchéance. S'il eût fait autrement, il eût agit contre la nature de sa créature telle qu'il l'avait conçue et réalisée, c'est-à-dire douée du libre arbitre                  ce qui répugne à sa sagesse de Dieu. Et que cette impuissance en Dieu ne nous surprenne pas ni ne nous scandalise. Il y a en effet des choses que Dieu ne peut pas faire, sans que cela nuise aucunement à sa toute puissance.

 

Saint Thomas l'a démontré magistralement.

 

« Tout le monde, dit-il, accorde que Dieu est tout puissant. Ce qui paraît difficile d'expliquer, c'est cette notion de toute puissance. A y bien regarder, cette puissance ne concerne que ce qui est possible. Quand on dit : Dieu peut tout, on ne peut le mieux comprendre qu'en concevant qu'il peut tout ce qui est possible, et que c'est à ce titre qu'on le dit tout-puissant Il peut tout le possible absolument parlant. Or, on dit une chose possible ou impossible absolument d'après le rapport des termes :

  • Possible, parce que le prédicat ne répugne point au sujet, par exemple que Socrate s'assoie.
  • Impossible absolument, parce que le prédicat répugne au sujet, comme ceci, que l'homme soit un âne. Il faut en outre considérer que tout ce qui peut répondre à la notion d'être se trouve contenu dans le possible absolu, à l'égard duquel Dieu se dit tout-puissant. Dès lors, comme rien ne s'oppose à la notion d'être, si ce n'est le

non-être, cela seul répugne à la notion du possible absolu soumis à la divine puissance, qui implique en soi simultanément l'être et le non-être. Cela en effet n'est pas soumis à la toute-puissance, non à cause d'un défaut de cette toute-puissance divine, mais parce qu'il ne peut revêtir la qualité de faisable et de possible. Ainsi, tout ce qui n'implique pas contradiction est contenu sous ses possibles à l'égard desquels Dieu est dit tout-puissant. Quant aux choses qui implique contradiction, elles ne sont pas comprises dans la puissance divine parce qu'elles ne comportent point la qualité de possibles. Pour cette raison, il convient de dire d'elles qu'elles ne peuvent pas être réalisées, plutôt que de dire : Dieu ne peut pas les faire. »

St Thomas d'Aquin. S. Th. I, q. 25, c

 

 

 

 

Voici des exemples de ces choses qui ne sont pas réalisables et donc que Dieu ne saurait accomplir :

  • Dieu ne peut pas cesser d'être Dieu.
  • Dieu ne peut pas faire qu'un cercle qui, de sa nature est rond, soit en même temps carré.
  • Dieu ne peut pas faire que la vérité soit l'erreur et l'erreur la vérité.
  • Dieu ne peut pas faire le mal, il ne peut pas pécher.
  • Dieu ne peut pas non plus créer la liberté et agir comme si elle n'existait pas. Cela constituerait une

 

contradiction.

 

  • Adam et Eve ayant été créés libres, Dieu ne pouvait pas se comporter avec eux comme s'ils ne l'étaient pas. Il ne pouvait pas les obliger à faire quelque chose malgré eux, il ne pouvait pas les forcer à se maintenir dans le bien. Il se serait contredit lui-même et pareille contradiction aurait abouti à la destruction totale de la liberté et, par suite de leur esprit, de leur amour et donc de la nature elle-même. En effet, le caractère propre de la liberté étant de choisir librement, c'est lui enlever ce caractère que de le forcer dans son choix. Il lui serait alors impossible de subsister. Et cette disparition de la liberté entraînerait la destruction de l'esprit. En effet, l'esprit qui est « une participation à l'essence divine » est essentiellement une puissance de se posséder, de se diriger et de se choisir. Lui enlever cette liberté, c'est le détruire. A des objectants qui opposent que « Dieu pouvait s'il le voulait, amener de force les récalcitrants eux-mêmes à accepter la bonne nouvelle » Saint Grégoire de Nysse répond : « Où serait donc ici la liberté ? Où seraient la vertu et la gloire d'une conduite droite ? Aux seuls êtres inanimés et privés de raison, il appartient de se laisser mener au gré d'une volonté étrangère. La nature raisonnable et pensante, au contraire, si elle met de côté la liberté, perd du même coup le privilège de la pensée. Quel usage fera-t-elle de la raison, si le pouvoir de choisir à son gré dépend d'un autre ?

» Discours catéchétique, P.G. 45, cl. 30

 

La destruction de la liberté entraînerait également celle de l'amour, puisque, comme nous l'avons vu, l'amour, c'est la liberté même. Aussi les Pères de l'Eglise répètent-ils à l'envie :

« Dieu peut tout, sauf contraindre l'homme à l'aimer. »

 

La destruction de la liberté entraînerait enfin celle de la nature même de l'homme. Il existe, en effet une relation fondamentale entre la nature de Dieu et sa liberté, car la nature divine est essentiellement indépendance souveraine, laquelle est la plus haute expression de la liberté. Or la nature humaine se définit par rapport à la nature divine, puisqu'elle a été créée à son image. La nature de l'homme est donc, elle aussi, en un certain sens, l'indépendance souveraine, et sa liberté, qui est l'expression la plus haute de cette dernière, s'identifie, dans une certaine mesure, avec sa nature. Elle en est le sens. Par conséquent, toucher à sa liberté, c'est toucher à sa nature même.

 

A la lumière de ces explications, nous comprenons mieux pourquoi Dieu ne pouvait pas empêcher par force Adam et Eve de pécher, et pourquoi il ne peut pas contraindre qui que ce soit à éviter de faire le mal.

 

En décidant de créer l'homme libre, Dieu a donc accepter de le traiter en égal, donc de le rendre, par rapport au mal, indépendant de lui-même dans ses choix, capable, par conséquent, de faire échec à sa toute-puissance, puisqu'il lui a conféré un pouvoir qui est, comme s'exprime saint Grégoire de Nysse, « la ressemblance avec celui qui est sans maître et souverain. » (ibid.) Devant cette paradoxale impuissance, cette mystérieuse faiblesse de Dieu face à la redoutable liberté de l'homme, certains Pères de l'Eglise orientale n'ont pas hésité à conclure à l'étonnante, à la bouleversante humilité et à l'amour fou dont Dieu a fait preuve en dotant l'homme d'une volonté libre et indépendante.

 

J'aurai l'occasion de revenir sur cette liberté de l'homme. Retenons que dans le Genèse, Dieu a créé l'homme libre et non pas « soumis » comme dans le Coran.

 

La soumission

Sourate 2    la vache   112 p.22 traduction Muhammad HAMIDULLAH 12° édition 1986

« Non mais quiconque soumet à Dieu son visage tout en faisant le bien, son salaire est auprès de son Seigneur. Sur eux nulle crainte ; et point ne seront affligés. »

 

Note du traducteur : « soumet son visage : traduction littérale pour « tends à Dieu un visage soumis »

Se soumettre et soumission que nous rencontrerons souvent sont la simple traduction de Muslim, c'est-à-dire Musulman et Islam. » Voir citation suivante :

 

Sourate 3    la famille de   Imran- 18   19

19    Oui la religion, aux yeux de Dieu, c'est la Soumission. Ceux à qui le livre a été apporté ne se sont

 

disputés, rebelles les uns contre les autres, qu'après que science leur fut venue. Et quiconque mécroit aux signes de Dieu, alors Dieu est prompt à prendre compte. » (Dieu au sens d'Allah)

 

Note la Soumission, i-e l'Islam, Religion universelle.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau