LE TRENTAIN GREGORIEN

 

LE TRENTAIN GREGORIEN 

 

TRENTAIN  signifie une série de trente. Faire célébrer un trentain grégorien pour le repos de l'âme d'un défunt 

«consiste à demander à un prêtre de dire une messe chaque jour pendant trente jours sans interruption pour 

l'âme dudit défunt. » 

 

Le trentain grégorien a été instauré par le pape (64°) St Grégoire le Grand, pape de 590 à 604. A cette époque, 

la messe était dite en latin, le prêtre tourné vers le tabernacle, c'est-à-dire vers Notre Seigneur Jésus-Christ, - 

Jésus étant réellement présent dans l'hostie qui se trouve dans le ciboire renfermé dans le tabernacle. Pour 

respecter la tradition et la validité, il est indispensable que les messes soient dites selon le rite de St Pie V, en 

application de la bulle QUO PRIMUM. Pour mémoire, rappelons que Vatican II et le pape n'ont pas interdit la 

messe en latin. 

 

Nous empruntons l'exposé sur le trentain grégorien à une mince brochure parue en 1902 à la 

 

Chapelle-MONTLIGEON, et munie de l'imprimatur de Mgr Claude, évêque de Sées dans l'Orne. 

 

1) En quoi consiste la pratique des messes grégoriennes ? 

Elle consiste à faire célébrer trente messes (une chaque jour durant trente jours) pour une âme du purgatoire. 

2) Quelle est l'origine de cette dévotion ? 

Elle a été, sinon instituée, du moins propagée par le pape St Grégoire le Grand. Voici en quelle occasion que 

le saint pape rapporte lui-même dans son livre "Dialogues" : 

Un moine de son monastère, nommé Justus, exerçait la médecine avec la permission de ses supérieurs. Il en 

avait profité pour recevoir en cachette trois écus d'or. C'était une faute grave contre le v   u de pauvreté 

religieuse. Mais touché par les remontrances de son frère Copiosus à qui il avait avoué sa faute, humilié par la 

peine salutaire de l'excommunication qui avait été prononcé contre lui, il mourut dans de vrais sentiments de 

repentir. 

Cependant St Grégoire, voulant inspirer à tous les frères une juste horreur du crime de propriété chez un 

religieux, ne  leva pas pour cela l'excommunication. Justus fut donc enterré à l'écart, dans l'endroit où l'on 

déposait les immondices, et les écus furent jetés dans la fosse, pendant que les religieux répétaient la parole de 

St Pierre à Simon le Magicien (Actes 8, 20) : 

« Maudit sois-tu avec ton argent !.Que ton argent périsse avec toi ! » 

Mais quelques instants plus tard, le saint abbé, se sentant touché de compassion, fit appeler l'économe 

Pretiosus et lui dit : 

" Il y a longtemps que notre frère défunt est torturé dans les flammes du Purgatoire. Nous devons par charité, 

nous efforcer de l'en délivrer. Allez donc, et à partir d'aujourd'hui, offrez pour lui le Sacrifice pendant trente 

jours. N'en laissez aucun sans que l'hostie  de propitiation soit immolée pour sa délivrance. 

L'économe se mit aussitôt en devoir d'obéir, mais occupé à mille autres soins, il ne songeait pas, non plus que 

l'abbé à compter les jours. Une nuit, le défunt apparut à son frère Copiosus : " Eh ! quoi ! C'est vous ! 

Comment vous trouvez-vous à cette heure ! " -" Jusqu'à présent, j'étais très mal, répondit l'apparition, mais 

maintenant, je suis heureux, car aujourd'hui même, je suis dans la société des élus.' 

On compta les jours qui s'étaient écoulés depuis que l'on avait commencé d'offrir pour lui le divin sacrifice de 

la messe , et l'on reconnut que ce jour était précisément le trentième. Ce miracle devait encourager les fidèles 

à faire pour les défunts ce que St Grégoire avait fait pour le moine Justus. Les bénédictins donnèrent l'exemple 

encore suivi à ce jour. 

3) Cette dévotion est-elle approuvée par l'Eglise ? 

La Sacrée Congrégation des Indulgences,  interrogée à ce sujet, a répondu le 15 Mars 1184 : que la confiance 

des fidèles regardant la célébration des trente messes dites grégoriennes, comme spécialement efficaces, grâce 

à l'acceptation qu'en daigne en faire la divine Bonté, pour la délivrance d'une âme du Purgatoire, est pieuse et 

raisonnable, et que l'usage de célébrer ces messes est approuvée par l'Eglise. 

4) Quelles sont les conditions requises pour profiter du privilège des messes grégoriennes ? 

a) Les trente messes doivent être célébrées pour une seule âme du Purgatoire. L'efficacité particulière de ces 

messes n'existetait pas si elles étaient offertes pour des personnes vivantes 

b) Les messes doivent être célébrées pendant trente jours consécutifs. 

5) Est-il préférable de faire dire des messes pour soi-même ou pour autrui avant ou après sa mort ? 

Benoît XV a répondu à cette question par un bref du 31 mai 1921: " Les fruits du sacrifice de la messe sont 

d'une plus grande efficacité pendant la vie qu'après la mort, parce que l'application qui en est faite aux vivants 

bien intentionnés est plus directe, plus certaine, plus abondante. En conséquence, la messe, avec la vertu de 

nous assurer la grâce de la pénitence, a encore celle de nous offrir dès cette vie, le moyen efficace d'apaiser la 

justice divine, d'acquitter entièrement ou du moins, d'abréger considérablement l'expiation des peines 

réservées au feu du Purgatoire. 

" Un trop grand nombre d'hommes, oublieux ou ingrats, négligent malheureusement de faire célébrer le Saint 

sacrifice de Messe pour le repos des personnes qui leur furent les plus chères ; mais un bien plus grand 

nombre encore, au grave préjudice de leurs intérêts spirituels (mais aussi matériels), ignorent que ce sacrifice 

leur serait d'un plus grand profit si, de leur vivant, ils le faisaient offrir pour eux ou leurs proches, - au lieu de 

laisser à leurs proches ou amis le soin de le faire célébrer pour le soulagement de leur âme après la mort. ' 

Pensées du St Curé d'Ars sur la Sainte Messe (Sacrifice non sanglant du Christ sur l'autel) : 

" Toutes les bonnes    uvres réunies n'équivalent pas au saint Sacrifice de la Messe, parce qu'elles sont les 

oeuvres des hommes et la Messe est l'   uvre de Dieu."- 

Aucune dévotion, aucune pratique de piété, ne peut se comparer, même de très loin, au Saint sacrifice de la 

Messe institué et voulu par Notre Seigneur Jésus-Christ, auquel, chaque dimanche et fête d'obligation, il y a 

pour le chrétien, une obligation grave d'assister. 

Messes en latin selon le rite de St Pie V     Fraternité sacerdotale Saint Pie X 

 

http://www.fsspx.org/fr/ 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau