SOUFI ou MOUFTI

SOUFI  ou  MUFTI  

 

Anne-Marie Delcambre, Soufi ou mufti ? 

 

Quel avenir pour lلislam ? 

 

Paris, 2007, Desclée de Brouwer 

 

Anne-Marie Delcambre est arabisante et spécialiste du droit musulman. Elle connaît la langue arabe classique 

et tous les textes fondateurs de lلislam : 

 

le Coran, les hadiths, les recueils de lois, les décisions des quatre écoles juridiques, qui ont été prêchés ou 

écrits entre 611, au tout début de la prédication, et la fin du VIIIe siècle, quand tout a été terminé, que le licite 

(ou hallal) a été distingué de lلillicite (ou haram) et que la charia, la voie à suivre et la loi à appliquer en toute 

occasion dans les pays islamiques et dans ceux qui sont en passe de le devenir, a été pour toujours tracée. 

 

Elle connaît aussi bien ces textes et traditions que les muftis et autres imams, et mieux que tous les 

intellectuels laïques, dits musulmans ou dلorigine musulmane, qui se répandent dans les media. 

 

Elle a pour principales qualités le souci de la vérité, la volonté de ne rien cacher et de ne rien dissimuler, 

lلambition de tout dire de ce qui est établi, attesté, avéré. Rien ne lui est plus étranger que la tartufferie. Cلest 

ce qui fait la force de ses livres. 

 

Son dernier livre Soufi ou mufti ? 

 

a pour point de départ (cf. Introduction, p 17 à 22) les débats quلelle a avec Daniel Pipes, ce spécialiste 

américain du monde arabe et bon connaisseur de lلislam qui préface dلailleurs son livre, au sujet de la nature 

de lلislam ou du sens des textes, que ce sens soit littéral ou quلil soit « figuré » ou symbolique. 

 

Les termes de ce débat sont résumés par les deux mots du titre : 

soufi et mufti, lesquels recouvrent une grande question : 

 

lلislam est-il une religion (soufi) ou un droit (mufti) ? 

 

Une mystique présentée comme libre et parfois comme libertaire, ou bien un code de normes contraignantes, 

établies il y a quatorze siècles et qui sلappliquent à la vie des hommes, du berceau au tombeau, quلelle soit 

privée ou publique, aux m”urs et à lلorganisation politique, 

aux « arts » et à la physiologie du corps, aux rites de purification, 

à lلaccouplement, à la vie intellectuelle ? 

 

Daniel Pipes penche pour le premier terme de lلalternative (soufi) ; Anne Marie Delcambre pour le second 

(mufti). De fait, elle examine, sous la forme dلun dictionnaire (articles abrogation, adultère, apostasie, 

blasphème, boissons alcoolisées, charia, communauté, dialogue avec lلislam, enseignement coranique, 

Eurabia, fatwa, frères musulmans, gens du Livre, hérésies, homosexualité, Iran, islam de France, islam des 

Lumières, islamisme, islamophobie, Israël, jihad, langue arabe, martyr, monothéisme, musique, mysticisme 

musulman, orientalisme, paradis, philosophie arabe, prophète de lلislam, purification, sourates du Coran, 

voile) 

 

les grandes questions que pose lلislam. 

 

Lلarticle 1 abrogation est sans doute le plus important. Lلabrogation est la règle qui permet dلinterpréter le 

Coran. La voici résumée : 

 

Quand deux versets se contredisent sur un point, ce qui se produit souvent, la prédication de Mahomet 

sلétalant sur vingt ans environ, de 611 à 632, cلest le dernier verset « révélé » qui fait autorité et qui 

abroge tous les versets antérieurs. 

 

Aussi pour lire le Coran et en comprendre le sens, il faut le lire, 

non pas dans lلordre dans lequel il est présenté (des sourates, ou ensembles de versets, les plus longues aux 

sourates les plus courtes), 

 

mais dans lلordre chronologique dans lequel les versets ont été prêchés. 

La chronologie, lلhistoire réelle, la succession des faits font apparaître une rupture fondatrice : lلhégire, 

cلest-à-dire le début officiel de lلislam et du comput islamique. 

 

Cلest en 622 que Mahomet a fui La Mecque, où il ne comptait que peu de disciples, pour se réfugier à 

Médine, où il a levé des armées et dلoù il a imposé par le sabre sa loi aux Arabes. 

Les sourates de La Mecque (de 611 à 622) sont gentillettes, les sourates de Médine ne le sont pas ; elle sont 

guerrières, violentes, agressives. 

 

Chaque question, une fois exposée et illustrée par de nombreuses citations, est pensée et éclairée à la lumière 

de lلalternative soufi ou mufti, et aussi tranchée, mais jamais de façon arbitraire, sans hostilité, ni partialité. 

Anne-Marie Delcambre fait parler les textes, les traditions, les lois, le droit, les fatwas, etc. lesquels sont 

éloquents. 

 

De fait, son ouvrage est un manuel qui se  lit en lecture continue et qui peut être consulté, comme le sont les 

dictionnaires. Ainsi, peu à peu, dلun livre à lلautre, elle constitue une encyclopédie de lلorthodoxie 

islamique quلelle destine aux citoyens, vigilants ou éclairés, qui sont désireux de comprendre le monde et qui 

ne prennent pas des vessies pour des lanternes ou qui ne croient pas que lلon puisse « changer la vie », le 

monde, la société ou quoi que ce soit dلautre, à grands renforts de formules magiques ou autres, de 

mensonges, de vérités tronquées, de dissimulations. 

 

Sources: 

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau